5 ans de lecture numerique 2010-2015 #1 les supports

#Lecture #numerique #kindle #tablette #android #ipad #apple #temoignage #experience #5ans #liseuse

Kindle et MacBook il y a cinq ans en septembre 2010. © gaelle kermen 2015
Kindle se connectant au MacBook le 16 septembre 2010. © gaelle kermen 2015
Carte SimpleMind plan du billet #1 5 ans de Kindle
Carte SimpleMind plan du billet #1 5 ans de Kindle

La lecture est le plus grand loisir de ma vie, celui qui me détend après mes gros chantiers, intellectuels ou physiques, celui qui m’apprend le monde, me cultive, me fait rêver et voyager, me nourrit et me comble depuis mes toutes jeunes années. Au fil des années j’ai accumulé les livres, je les ai dévorés, relus, prêtés, perdus, retrouvés. Je ne saurais pas me passer de la lecture et longtemps j’ai pensé ne pas pouvoir me passer des livres, en tant qu’objets. Pourtant en septembre 2010, j’ai changé ma façon de lire, je suis passée à la lecture exclusivement numérique. Et je ne reviendrai pas au papier. Si vous hésitez encore à franchir le pas, mon expérience peut vous guider dans vos choix de supports de lecture numérique.

Je lis tous les jours, plusieurs heures par jour en hiver, en été au moins un quart d’heure ou une demi-heure avant de m’endormir, moment sacré entre les deux mondes de la vie et des songes.

Une partie de la bibliothèque du salon. Automne 2014 © gaelle kermen
Une partie de la bibliothèque du salon. Automne 2014 © gaelle kermen

Ma bibliothèque personnelle est assez conséquente, elle recèle plus de trois mille ouvrages. Elle a été importante tout au long de ma vie et je n’imaginais pas me passer de livres.

Sauf depuis cinq ans ! Cinq ans qui ont changé les habitudes que j’avais depuis cinquante ans, souris papivore que j’étais jusque là.

La date du changement est le 16 septembre 2010 et c’était à Toulouse, avant le Festival numérique de la Novela 2010 (album Flickr).

Ce jour-là j’ai reçu mon Kindle 3, précommandé sur le site d’Amazon, à l’époque uniquement U.S, depuis le 23 août. J’en ai testé la première citation le 23 septembre, dans le message adressé par le créateur d’Amazon, Jeff Bezos.

Welcome gaelle
– Highlight Loc. 9-15 | Added on Thursday, September 23, 2010, 10:50 PM

Our top design objective was for Kindle to disappear in your hands – to get out of the way – so you can enjoy your reading. We hope you’ll quickly forget you’re reading on an advanced wireless device and instead be transported into that mental realm readers love, where the outside world dissolves, leaving only the author’s stories, words, and ideas. Thank you and happy reading!
Sincerely,
Jeff Bezos
Founder and CEO Amazon.com

La réception du Kindle a changé ma vie. La mutation d’un monde en papier à un monde numérique s’est faite en un quart d’heure pour la prise en main de l’appareil et en quelques jours pour abandonner le papier, le temps de finir un gros pavé de Ken Follet que ma fille m’avait prêté (Les piliers de la terre). Depuis ce jour, j’ai laissé les auteurs s’adresser directement à mon cerveau, à mon cœur, à mon âme, en oubliant le support pour ne garder que le texte et ses messages.

J’ai apprécié tout de suite :

Sa facilité d’emploi, je pouvais l’avoir dans la poche de mon manteau de voyage, ou dans une pochette en bandoulière à sa taille avec mes papiers et mon petit appareil photo, numérique lui aussi.

Le confort de l’écran E-Ink, lisible même en plein soleil et c’est bien agréable en été de pouvoir lire au soleil. Aucun autre écran ne permet cette lecture. On peut lire des heures sans fatigue visuelle.

– Sa solidité : j’ai raconté à l’époque les mésaventures subies par mon Kindle, j’avais marché sur lui une nuit, plus tard il avait reçu du café à Paris. Malgré tout ça, cinq ans après il marche toujours !

La gestion d’Amazon : j’ai apprécié l’aisance avec laquelle je pouvais télécharger des ebooks de mon compte en 30 secondes, pas une de plus. Comme je fouillais surtout le Domaine public, Amazon me proposait le même type d’achat, gratuits la plupart du temps.

Send to Kindle : une extension de navigateur permet d’envoyer sur la liseuse tous les documents qu’on a besoin de lire, que ce soit un article de blog trouvé sur le net ou un document personnel.

– L’envoi par email : Amazon fournit un email special pour l’envoi de documents sur la liseuse, une fonction très pratique pour relire ses manuscrits, les afficher sur l’écran du Kindle permet de voir tout de suite les  fautes et de les souligner, pour une correction ultérieure dans le support d’origine (Word, Pages, Scrivener, etc.).

Contrairement à ce qui s’est souvent dit, Amazon n’emprisonne pas ses clients et il est très facile de copier les livres trouvés sur d’autres plateformes au format .mobi pour les mettre dans le dossier Documents de la liseuse qui s’affiche sur l’écran dès qu’on connecte le Kindle à l’ordinateur. J’ai donc trouvé beaucoup de mes bonheurs en littérature francophone sur :

Ebooks gratuits : livres francophones du domaine public, des bénévoles y font un travail remarquable, leurs corrections sont impeccables, et ils pourraient donner des leçons à bien des professionnels.
BNR la Bibliothèque Numérique Romande : on y trouve Jean-Jacques Rousseau, par exemple.
Feedbooks : livres francophones du domaine public, et autres catégories, payantes.
Gallica : pour les PDF, car les textes en .epub ne sont pas corrigés par un œil humain après le scan et on n’a pas toujours le temps de le faire soi-même.

J’ai donc changé avec le Kindle toutes mes habitudes de Grande Lectrice devant l’Éternel.

Abandon quasi immédiat du livre papier
En 5 ans, je n’ai pas dû lire plus de dix livres sur papier – des relectures de ma bibliothèque lors de la correction de mes 50 ans d’écriture sur cahiers – ou parce que j’avais prêté mon Kindle à un jeune ami opéré pendant sa convalescence.

Abandon du besoin d’aller chercher des livres à la bibliothèque
Désormais je trouvais tout sur Internet qui depuis quinze ans déjà (l’été 1995) était ma principale source de richesses et d’information.

Abandon du plaisir d’aller parfois dans des librairies chercher de quoi combler mon besoin de connaissance
J’avais déjà perdu cette habitude que mon petit budget ne me permettait plus d’assouvir, j’avais la chance d’avoir des amis voisins aux bibliothèques bien fournies et nous échangions nos livres avec passion. Désormais je pouvais tout trouver tout de suite, sans attendre, sans me déplacer, sans bouger de mon ermitage choisi.

Abandon des livres des éditions traditionnelles
En me connectant sur l’Internet dès la mi-1995, j’avais délibérément décidé de changer de monde et d’aider à le changer aussi. Depuis vingt ans, le monde numérique me convient, je m’y sens mieux que dans l’ancien. J’y reste. Je me fie plus aux billets de blogueurs passionnés comme moi, ou à d’autres auteurs francophones, qu’aux articles de critiques, journalistes, ou animateurs télé, puisque je ne regarde plus la télé non plus. C’est peut-être une forme d’autisme social, mais j’y trouve ma sérénité et préserve ma créativité.

Le prochain billet de 5 ans de lecture numérique détaillera les lectures que j’ai faites sur les différents supports.

Comparaison entre les supports de lecture numérique

Tablettes

En tant qu’auteur Smashwords, j’ai bénéficié d’un Abonnement gratuit d’un an à Scribd, bibliothèque numérique américaine, qui m’a un peu obligée à lire sur les tablettes, l’application n’existant pas pour le Kindle3 (mais est valable pour le Kindle Fire).

J’ai fait l’essai de diverses Apps Android, peu convaincantes. Aucune ne m’a satisfaite comme le Kindle ou l’iPad.

J’ai éprouvé une grande fatigue des yeux.

Les batteries ne tiennent jamais longtemps sur les tablettes, alors que le Kindle reste chargé des semaines et l’iPad des jours.

Le seul point positif que j’ai apprécié dans les tablettes, c’est que les couvertures sont plus attrayantes en couleurs que sur le Kindle en noir et blanc, disons même gris.  On en voit un exemple avec la couverture du livrel de Jacques Vandroux, Les Pierres Couchées, sur Kindle et tablette. Les tablettes sont donc pratiques pour voir le catalogue de la bibliothèque, moins agréables pour lire les livrels.

Ecran Kindle de Pierres couchées de Jacques Vandroux
Ecran Kindle de Pierres couchées de Jacques Vandroux
Ecran tablette Cube Pierres couchées de Jacques Vandroux
Ecran tablette Cube Pierres couchées de Jacques Vandroux

J’ai quand même dû lire 100 livres en trois ans sur mes tablettes, la plupart l’année de l’abonnement Scribd.
Sur Kindle j’ai lu 400 livres, la plupart énormes, en quatre ans, sans fatigue, ni des yeux, ni des bras. Car lire des gros livres m’étaient devenu très pénible en vieillissant (bientôt 70 ans quand même !).

L’iPad1 que j’ai reçu d’une amie début juillet 2015 est le plus récent support numérique que j’ai testé.

La bibliothèque de l'iPad (je cherche des livres de jeunesse pour mes petits-fils)
La bibliothèque de l’iPad (je cherche des livres de jeunesse pour mes petits-fils)

Son étagère de bibliothèque en faux bois est vraiment moche et ne cadre pas avec le style Apple. C’est sans doute pour garder les habitudes visuelles de lecture sur papier, ce dont je ne me soucie plus guère depuis cinq ans que j’ai abandonné la lecture sur papier.

Confort, réactivité, écran :
L’iPad présente un certain confort par la réactivité des pages et son écran est plus agréable que tous ceux que j’ai eus sous les yeux en trois ans de tablettes Android (six tablettes en trois ans, à éviter !). Il est le meilleur pour voir les illustrations des ouvrages illustrées. Je n’ai pas essayé les bandes dessinées, ni les mangas, mais j’imagine que ce doit être parfait.

Traduction, recherches, citations :
L’iPad est aussi le plus pratique pour traduire (il suffit de mettre le pointeur devant le mot), souligner, rechercher sur le Web ou sur Wikipedia, ou extraire des citations. J’y ai lu six ebooks en trois mois, ce qui est une bonne moyenne d’été.

Pourtant, pour lire, ne faire que lire, et partager des citations, le Kindle reste mon favori, même dans sa version 3, avec  son clavier archaïque d’avant le Minitel.

Confort
Le Kindle reste le plus confortable pour les yeux, et je sais de quoi je parle, il m’arrive de lire entre trois et six heures par jour en hiver.

Traduction, recherches, citations, partage
Le Kindle reste facile pour traduire, il faut un peu plus de manips que sur l’iPad, mais ça marche très bien, et ce doit être parfait avec les nouveaux Kindle tactiles. Il est parfait aussi pour souligner, copier des citations, les partager sur Facebook et Twitter. Au bout de cinq ans je l’utilise toujours.

Le Kindle actuel vaut moins de 70 euros.
C’est beaucoup moins cher que celui que j’ai payé 150 euros il y a cinq ans. Certaines fonctions de recherche ont dû être améliorées depuis cet ancêtre.

Amazon vient de sortir une nouvelle tablette à moins de 60 €.
J’ai eu en main la tablette Kindle Fire de mon petit-fils, c’est un meilleur outil que toutes les tablettes Android que j’ai eues en main. L’écran est beau, la manipulation est agréable, la batterie tient bien, l’outil est solide et il marche bien.

Cette nouvelle tablette peut réunir l’avantage de gestion du compte par Amazon et celui du partage des lectures. Si je n’étais déjà bien équipée avec mes Kindle et iPad de 2010, géniales antiquités, ce serait mon choix.

***

Bilan de cinq ans

Moins de lectures disparates, soumises aux modes, ou aux parutions.

Plus de lectures suivies, approfondies, comme si je comblais en fin de vie les lacunes culturelles de ma jeunesse.

De grande lectrice sur papier, je suis devenue lectrice compulsive, boulimique, commençant un nouveau livrel dès que j’en ai fini un, cherchant à lire les œuvres par chronologie d’écriture, pour mieux comprendre l’évolution de l’écrivain, la genèse de son œuvre.

Inconvénient
Je ne tiens plus une bibliographie à jour par année sur une base de données et je ne fais plus de fiches de lecture comme j’en publiais autrefois sur mon site internet quand des livres me marquaient particulièrement.

Avantage
Je prends plus de notes de lectures dans mon Journal de Vie, que je pense publier un jour. Et je suis persuadée que cette méthode me permet de mieux mémoriser les ouvrages lus, puisque je m’en souviens des années après, quand certaines de mes contemporaines ont tout oublié au bout de quelques jours ce qu’elles ont lu sur papier.

En attendant la publication de mes derniers cahiers, car j’ai le projet de les publier dans leur ordre chronologique, je prévois de publier quelques fiches sur mon blog d’auteur. Certaines lectures marquent les prises de conscience importantes et induisent certains tournants de vie. Il est bon de les partager, c’est ainsi qu’on s’informe et progresse. À bientôt !

Gaelle Kermen,
Kerantorec, 15 octobre 2015

Articles précédents sur le Kindle
Kindle 3 mon expérience en 2010
Mon Kindle est solide  (2010)

Albums photos sur Flickr pro
Arrivée du Kindle (2010)
Kindle dans sa housse

Amazon propositions actuelles
Un Kindle tactile à 69,99 €
Le nouveau Fire à 59,99 €
Amazon propose un Pack pour les enfants à 89,99 € des tarifs vraiment démocratiques pour inciter les plus jeunes à la lecture.

Crédits
Mind map créée sur SimpleMind+ sur iPad1
(merci à son développeur René Post à Arnhem, NL, disponible pour résoudre les problèmes de mise à jour d’app.)

Albums Novela 2010 Flickr pro

Photos Gaelle Kermen 2010-2015

4 ans sans MacBook c est trop dur mais j ai sauve le mien avec un kilo de riz

#MacBook #riz #Windows #Android #Apple #iPad #tablette #blogs #photos #ecriture #systeme #MacOs #iOs

4 ans sans MacBook c’est trop dur, mais j’ai sauvé le mien avec 1 kilo de riz

Ces dernières années, mes blogs ont été bien négligés. Le naufrage de mon MacBook en mars 2011 avait stoppé toutes mes velléités d’écriture de blog ou de publication de photos. Je n’ai quasiment rien écrit ni publié pendant quatre ans. J’en ai profité pour faire d’autres choses, comme saisir 15.000 pages de Journal et de Chantier sur un eMac de 2004. Ou abattre 210 arbres à la tronçonneuse. Ou faire tous les meubles dont j’avais besoin pour être confortablement installée pour écrire. Mais ça m’a manqué de ne pouvoir bloguer quand j’en avais besoin, ni de publier aisément les photos que je continuais à prendre.

1 an d’essais de Windows

J’ai bien essayé d’autres solutions proposées par des amis sincèrement désireux de m’aider, en me prêtant, l’une un NoteBook Sony, l’autre un PC portable HP. Hélas ! trois fois hélas ! Windows n’a pas l’ergonomie de Mac OS X, j’y ai perdu mon temps et mon inspiration s’est tarie. Des essais, mais rien de concret.

3 ans d’usages d’Android

Puis j’ai passé trois ans sur des tablettes Android et là j’ai perdu de l’argent, de l’énergie et encore beaucoup de temps.

Android, c’est bien au début, c’est tout beau, tout neuf. Ça fait même semblant d’être comme Apple.

Deballage de la tablette Cube2, installation des applications. © gaelle kermen 2015
Déballage de la tablette Cube2, installation des applications. © gaelle kermen 2015

On ajoute les applications dont on a besoin et là ça commence à coincer. Très vite on a des écrans noirs nous avisant que l’application en question ne veut pas s’ouvrir, juste quand on voulait l’utiliser.

Si on met une application de nettoyage pour optimiser la batterie, on risque de devenir cardiaque par les messages de mauvaise santé affichés sur l’écran dès le réveil, alors qu’on n’a encore rien fait avec la machine. Et on devient parano avec des messages de vol de mémoire. Et on piaffe pendant les mises à jour quotidiennes avant de commencer quoi que ce soit.

Alors on est obligé de désinstaller les applications dont on a vraiment besoin (Facebook, ou un dictionnaire Latin que j’étais si contente de mettre sur mes tablettes) et on finit par se demander à quoi ça sert.

Je n’ai jamais tant juré de ma vie, tant ça marche mal. Une vraie charretière.

Copie d'écran de tablette © gaelle kermen 2015
Ecran noir au moment d’écrire, le flip. © gaelle kermen 2015
Copie d'écran de tablette © gaelle kermen 2015
Copie d’écran de tablette : ça ne marche pas. © gaelle kermen 2015
Ecran de tablette. Vol de mémoire. Parano ambiante. © gaelle kermen 2015
Ecran de tablette. Vol de mémoire. Parano ambiante. © gaelle kermen 2015
Copie d'écran de tablette © gaelle kermen 2015
Copie d’écran de tablette © gaelle kermen 2015
Copie d'écran de tablette © gaelle kermen 2015
Copie d’écran de tablette : juste quand on a besoin de son e-billet. © gaelle kermen 2015
Copie écran de tablette © gaelle kermen 2015
Copie écran de tablette : Facebook trop lourd ! devenu ingérable… © gaelle kermen 2015

Pour que Android marche correctement, il faudrait changer de tablette ou de smartphone tous les six mois ou tous les ans, ce qui devient très onéreux.

Je trouve dommage qu’Android soit devenu un standard et que tant de gens pensent faire une bonne affaire en achetant moins cher une tablette ou un smartphone Android qu’un produit Apple. C’est deux fois moins cher, peut-être,  mais ça marche dix fois moins bien et moins longtemps, ça c’est sûr.

Pour avoir pratiqué d’autres systèmes pendant quatre ans, je sais maintenant que rien ne remplace un MacOs ou un iOS.

Sauvetage du MacBook par un simple sac de riz d’un kilo

Heureusement pour ma créativité, j’ai récupéré mon MacBook. En l’enfermant pendant quatre jours dans un grand sac plastique avec un kilo de riz dans une pièce bien sèche, ma chambre, il est ressuscité de son oxydation, alors que les experts qui l’avaient vu à l’époque du naufrage avaient diagnostiqué une carte mère grillée, que mon modeste budget n’avait jamais permis de remplacer, les assurances ayant trouvé une clause d’exclusion pour ne pas prendre l’accident en charge.

J’ai eu l’idée du sac de riz en regardant un épisode de Meurtres au Paradis où le premier inspecteur anglais préconisait de mettre un portable tombé dans l’eau de mer dans du riz, sans l’allumer, et ça marchait. Moi, j’avais tenté d’allumer le MacBook. J’ai essayé quand même, je n’avais rien à perdre, le MacBook était inerte depuis quatre ans. Ça a marché. Je n’oublierai jamais le bonheur d’entendre le bruit du MacBook qui se réveille de son long sommeil.

Résurrection du MacBook après 4 ans d'oxydation. © gaelle kermen 2015
Résurrection du MacBook après 4 ans d’oxydation. © gaelle kermen 2015

J’ai récupéré mon MacBook en bonne forme, sa batterie reste chargée comme autrefois, j’ai retrouvé mes petits là où je les avais laissés.

Il a juste perdu la lettre t en cours de route, t sans doute parce qu’il avait été noyé par une tisane, comme me l’a suggéré Frédéric Daubagna de l’agence Aestetype de Toulouse, dont je conte la visite sur mon blog de voyage.

— Il manque un t parce qu’une tisane l’a noyé, dit Frédéric.
— Avec un café, il manquerait un c, dit Jacques.
— Et avec du whisky il manquerait un w, ajoutai-je.

Alors, j’ai offert un petit clavier acheté chez Pearl, comme celui que j’avais pour écrire plus vite sur mes tablettes Android. Je le pose sur le clavier du MacBook et je travaille aussi bien qu’avant son naufrage, car même âgé de sept ans, mon MacBook marche mieux que ma dernière tablette de six mois seulement.

Toujours est-il que depuis le 18 mars, date historique de mes retrouvailles avec mon cher MacBook, j’ai pu aussi récupérer mes photos (je n’avais plus de système me permettant d’ouvrir iPhoto 09′) quelque chose comme 25.000, plus celles que j’avais prises en quatre ans, stockées sur mes tablettes. Elles s’affichent en un clic, alors que j’attendais des minutes pour moins de 2000 sur les tablettes. Je les ai classées et sauvegardées, sur Google Photos pour partager les albums privés et sur Flickr pro pour les albums publics pour illustrer mes blogs.

5 ans d’attente et enfin 1 iPad

L'iPad rêvé est arrivé. Cinq ans d'attente. © gaelle kermen 2015
L’iPad rêvé est arrivé. Cinq ans d’attente. Désormais mon meilleur ami d’écriture de notes. © gaelle kermen 2015

J’ai aussi un iPad depuis juillet, donné par une amie, qui, m’entendant râler une fois de plus contre les tablettes Android qui ne marchaient jamais, a pensé que je ferai meilleur usage qu’elle de son iPad. C’est vrai. C’est mon meilleur ami d’écriture de notes de départ. C’est le premier iPad, l’historique, celui qui a bouleversé le paysage des tablettes. Mais même obsolète avec son système iOs 5.1.1, mon vieil iPad one marche mieux que toutes les tablettes que j’ai eues entre les mains en trois ans.

Au mois d’août 2015, j’ai repris l’écriture de blogs et la publication des albums photos. J’ai publié quelques articles sur mon blog de voyages : hentadou.

L’inspiration est revenue avec l’iPad pour la prise de notes sur Simplenote pour mon Journal et sur SimpleMind+ pour construire les articles. Tout s’exporte vers le  MacBook pour la mise en forme des articles, ou des cahiers que je suis en train de travailler, sur Scrivener. Je n’ai plus à me soucier de technique, tout roule, tout marche, tout fonctionne. Je peux avoir tous les programmes dont j’ai besoin ouverts en même temps. Rien ne me ralentit. Je n’ai plus qu’à écrire, à reprendre des notes restées en brouillon, des projets restés en instance, quand tout était si compliqué que les bras m’en tombaient, que le désespoir me guettait, que la dépression m’accablait.

Maintenant je peux aller au bout de mes rêves, juste portée par de bons outils, dans l’harmonie retrouvée.

Je vous dis donc à bientôt pour de nouvelles lectures. Bel équinoxe d’automne 2015 !

Gaelle

23 septembre 2015 Kerantorec

Extrait du Journal de vie 2015 Sauvetage du MacBook apres 4 ans d’inaction

Mercredi 18 mars 2015 21:19

Un miracle a eu lieu aujourd’hui, 18 mars, entre la Saint Patrick hier et la Saint Joseph demain. Le MacBook est revenu à la vie. Incroyable, mais vrai ! Après quatre jours de repos dans un sac en compagnie d’un kilo de riz Basmati, j’ai rechargé la bête ce matin. Cet après-midi, après ma sieste, j’ai tenté de la démarrer. Et j’ai entendu le doux bruit de rallumage du MacBook, pas entendu depuis le 2 mars 2011 de sinistre mémoire. Je croyais au miracle et le miracle est arrivé. J’ai vu l’écran s’allumer, restant blanc d’abord, puis un dossier s’afficher avec un point d’interrogation, il cherchait un système d’exploitation et ne le trouvait pas, j’avais dû mal remettre le disque dur d’origine dans le boitier. Alors j’ai branché l’ancien disque dur sur un port USB. J’ai vu une pomme, puis un écran bleu, un peu trop longtemps à mon goût, l’adrénaline montait, car je ne savais pas si l’ordinateur allait remarcher, mais en définitive j’ai attendu moins longtemps que chaque fois que j’allume la tablette, surtout quand je dois la redémarrer parce que l’écran reste noir. Et j’ai retrouvé mon environnement d’autrefois, le tableau de Samson, Carribean Moon en fond d’écran et tous les dossiers tels que je les avais laissés. Enfin, je vais pouvoir reprendre mon vrai travail d’écriture. Ouf !

Le MacBook avec le tableau d'Yves Samson en hommage à Kevin Ayers Carribean Moon. © gaelle kermen 2015
Le MacBook avec le tableau d’Yves Samson en hommage à Kevin Ayers Carribean Moon. © gaelle kermen 2015

Mes autres blogs
Chantiers : kerantorec
Voyages : hentadou.

Sites cités
Pearl : clavier pour iOs, clavier pour Android
Agence aestetype Toulouse
Scrivener
Simplenote
SimpleMind+

© Gaelle Kermen 2015

Ce qu’on reproche a l’iPad

Sur ce qu’on reproche à l’iPad

Je lis ce matin dans ma revue de presse cet article sur les tablettes sur le site de 20mn.com.

Je vois que l’on emploie le mot « tablette » qui nous renvoie au scribe accroupi égyptien du Louvre.

The Scribe Accroupi
Credit photo : Source Flickr, groupe Musée du Louvre, par Caribb, de Montreal

Curieux que nous ayons toujours besoin de nous référer à ce que nous connaissons même quand nous nous trouvons en présence d’une innovation. Je crois que je préfère le terme d’ardoise magique.

L’iPad, même si certaines de ses qualités sont mises en valeur, y est considéré comme un « gadget ultime ». Un gadget me semble-t-il est quelque chose d’inutile, de non indispensable.
Pourtant je reste persuadée depuis la fin janvier de cette année 2010, que cet outil est aussi important que l’invention de l’imprimerie par Gutemberg ou celle de l’internet plus récemment.
On lui oppose le manque de Flash, de webcam, de Skype, de connectique, notamment pour imprimer.
A la lumière de ma propre expérience des ordinateurs Macs, voici ce que j’en pense.

Flash :
Je serai enchantée de ne plus subir les agressions visuelles des pubs générées par les Flash « bling bling » que je ne supporte pas. Que l’on ne me dise pas que la publicité est un passage obligé pour publier sur le net, car j’ai des sites depuis 1997 et je n’ai jamais fait le moindre contrat avec un organisme de publicité, malgré un très petit budget mensuel de vie, afin de rester indépendante.

Webcam :
J’ai une webcam intégrée en standard sur mon MacBook mais je ne m’en sers jamais. Je remarque que Apple supprime au fil des nouvelles séries de ses machines les fonctions que les consommateurs n’utilisent pas vraiment.

Skype :
Je n’aime pas le téléphone et n’utilise donc pas Skype que je trouve chronophage. Le contact est tellement plus simple avec les réseaux sociaux que sont Twitter et Facebook (je parle de ce que je connais) que j’ai même perdu l’habitude de faire mes courriels avec Mail. Il parait que les jeunes utilisent plus leur téléphone pour « texter » que pour parler. Evolution…

Impression :
On reproche à l’iPad de ne pas avoir de prise USB pour imprimer. Mais est-il vraiment besoin d’imprimer ? Déjà nous recevons tous nos relevés de banque ou nos factures en ligne, en accédant à nos serveurs. Cela fait des années que je n’imprime plus rien, ayant pris l’habitude de tout lire en ligne. Sauf courriers administratifs exigés en papier. Et encore ! De plus en plus tout passe par internet, heureusement.
L’impression papier va disparaitre. Elle n’est pas écologique, elle est source de gaspillages inconvenants dans les bureaux et administrations. C’est une nécessité que de limiter nos impressions.
Apple montre l’exemple en supprimant cette fonction de sa « tablette », comme elle avait supprimé le lecteur de disquette à la sortie du premier iMac en août 1998.

Nuage :
Si Apple se permet de supprimer des fonctions qui paraissent encore indispensables à ceux qui s’accrochent à leurs acquis, c’est que sa formule Mobile.me permet la connection entre tous les appareils iPhone, iPod, iPad, iMac ou MacBook. Un inconvénient, elle est trop chère encore pour moi. Mais elle me parait excellente. Car la synchronisation des données entre nos applications comme Carnet d’Adresse, Mail, iCal, iWorks ou Bento, se fait non pas par câble mais par le nuage. J’aime bien l’idée que mes idées partent dans les nuages…

iTunes Store :
On reproche à Apple sa « politique fermée ». Bon ! Ce qui est sûr c’est que je n’ai pas hésité à créer un compte iTunes en donnant mon numéro de carte bancaire, en toute confiance, n’ayant jamais eu le moindre problème avec la marque. Je trouve formidable de pouvoir acheter en ligne mes musiques, juste ce que je veux, un titre ou deux, pour un tarif moins lourd que celui de l’album plastique et papier, que je ne sais plus où mettre ensuite, car de toutes façons tout est dans les ordis, comme les DVD destinés aussi à disparaitre, qui justifiaient leur prix par des emballages ressemblant aux livres mais aussi inconvenants que l’impression papier.
En plus je peux télécharger sur l’iTunes Store des podcasts gratos, écouter la radio, voir des vidéos ! Et Apple n’interdit à personne d’acheter aussi chez Virgin, à la FNAC ou sur Amazon !
Si je peux avoir les livres dans un iBookstore avec autant d’aisance que la musique, je dis : « Merci Apple ! »

Prix :
On en a toujours pour son argent. Un de mes amis, responsable informatique à Auchan Toulouse, m’a dit récemment qu’il n’y avait aucun retour sur les produits Apple dans le SAV. C’est bon à savoir quand même. Les seuls problèmes que j’ai eus avec mes ordinateurs Macintosh depuis 1992 étaient liés aux périphériques, jamais au matériel ni aux logiciels.
Quand on paie « cher » un beau matériel comme l’est celui d’Apple, on en prend soin, il est sacralisé, respecté, manipulé avec précaution. Et on le garde plus longtemps.

Un seul regret :
Moi, la seule chose que je pourrais regretter pour l’iPad, c’est qu’il ne soit pas rechargeable par l’énergie solaire. J’ai fait hier un mail à Steve Jobs pour lui dire ça. Steve me répondra-t-il ? En fait il a déja dû y penser mais il a paré au plus pressé eu égard à la concurrence. Un de mes jeunes amis Facebook, Gilles Seiller, me dit qu’il existe des stations solaires pour recharger les iPhones, alors je suis rassurée, ça devrait marcher aussi pour l’iPad.

© gaelle kermen 2010

Aquamarine 67 vers l iPad par Smashwords

La sortie de l’iPad est prévue pour demain, samedi 3 avril.

Apple iPad Store product-wifi
Apple iPad Store product-wifi

L’iPad a reçu beaucoup de moqueries, genre « bah il a même pas de prise usb ! », qui m’ont rappelé celles qui avaient accueilli le premier iMac en 1998, genre « bah il a même pas de lecteur de disquettes ! ». Qui utilise encore les disquettes ?

Malgré ça, l’iPad avant sa sortie a déjà changé les comportements, et toutes les grosses entreprises ont prévu d’y être. Même Amazon, concurrent direct, sort son application Kindle pour être lue sur l’iPad. Même Adobe, dont le Flash est méprisé, développe pour l’iPad.

Sauf les éditeurs français qui boycottent Google, Amazon et Apple, au lieu de négocier !!!

Moi, dans mon coin, tranquille, au fond des landes et des bois, je me suis dit que c’était le moment de publier mes écrits sur ce support, sans attendre que des éditeurs français sortent de leur torpeur et comprennent que c’est maintenant qu’il faut prendre la mer.

J’ai trouvé un éditeur californien, qui a tout mis en route, tout est prêt pour la sortie de l’iPad…

Mon premier roman de jeunesse est déjà disponible sur Smashwords :

De Aquamarine67

Book : Aquamarine 67
Author : Gaelle Kermen (gaellekermen)
Publisher : Smashwords Inc.
Published : 2010-03-10
ISBN : 978-1-4523-0101-3
ISBN assigned : 2010-03-28

1 avril 2010 : examen par Apple pour l’expédition sur l’iBook Store

Et je pense déjà à tous mes Cahiers, ceux de chantier et de jardin notamment, que je vais pouvoir publier, avec des illustrations, au format ePub.

Que de projets en perspective !
J’aime vraiment ça !!!

© gaelle kermen 2010

iPad futur outil

Notes prises sur mon profil Facebook au fil de la présentation de la Keynote d’Apple le 27 janvier 2010 à San Francisco et revisitées le 2 avril 2010 la veille de la sortie de l’iPad

L’article d’origine mis en ligne immédiatement après la Keynote est ici : http://kerantorec.wordpress.com/outils/ipad-futur-outil/

Gaelle Kermen | Créez votre badge

http://www.facebook.com/#!/gaellekermen

(Certains liens pris en direct peuvent ne plus être fonctionnels.)

En live de Lyon par welovemac

En direct sur Engadget dont sont extraites les citations en anglais, merci au site.

CNN va diffuser en différé à partir de 19:15 fuseau horaire de Paris-Amsterdam

…….

ça commence, on a demandé d’éteindre les téléphones

bob dylan like a rolling stone ! oh my god

steve jobs sur scene, canapé et guéridon style knoll
so chic

…….

iPad !

iPad
iPad

mêmes apps que sur l’iPhone

mais en plein écran :-)

appel aux développeurs !

good for games

entièrement recyclable, arsenic free, BFR free, mercury free, PVC free system

10 heures d’autonomie

pfffff ça va coûter une fortune,
je vais devoir attendre des années avec mon very very petit budget !

l’avantage sur la lecture des journaux sur l’iPad (ici le New-York Times) c’est qu’on n’aura plus besoin de consommer du papier

sans le Flash : chouette !
on n’aura plus de pubs blings blings à supporter en naviguant

la présentation est impeccable comme toujours sur Mac

format A 4, portrait ou paysage,
confortable pour lire dans son lit, comme j’aime
sans s’abimer le pouce ou les mains à tenir le livre, le garder ouvert

Brushes inside
on peut faire des tableaux avec les doigts pour retrouver notre créativité de la maternelle !

processeur Apple 1 Ghz

http://live.cnn.com/
ça y est CNN démarre avec un grand décalage

et voilà l’iBooks Store et la liseuse iPad : iBooks app

c’est bien plus grand que le Kindle

vraiment comme un livre qu’on feuillette avec le doigt
mais sans le poids

« And the new iBooks application. You can carry literally thousands of books around. »
toute la bibliothèque dans l’iPad
comme déjà notre discothèque dans nos Macs

choix des polices et couleurs pour lire confortablement
les liseuses Kindle et Sony sont en noir et blanc

format ePub ouvert

new tool Page Navigator pour aller sur le net

glissé déposé exponentiel

je vois bien ça dans les mains de mon petit fils de 4 ans et demi

iWorks avec Keynote Pages et Numbers
chaque app d’iWorks = 9,99€ soir 30 dollars les trois, moins cher que la suite à 79 euros actuels sur nos Macs

donc l’iPad n’est pas fait que pour jouer voir des vidéos ou lire mais aussi travailler partout

ça remplace un ordinateur, ça fait tout, sauf le café

750 g de poids, epaisseur 11,5 mm

wi-fi et 3G

fin mars

ici en Europe faudra attendre… juin juillet

iPad 3G débloqué

999$ ?

non 499$ !

alors que le Kindle DX en N&B plus petit avec beaucoup moins de fonctions vaut 489$ !
bravo Apple !!!

« So $499 for 16GB of iPad. That’s our base model. 32GB is $599, 64GB is $799. 3G models cost an extra $130. $629, 729, and 829 with 3G. »

disponible dans 60 jours dans le monde entier

90 jours pour les modèles 3G

on peut avoir un clavier en plus… keyboard dock

à mon sens pas indispensable ou alors on sort de ses fonctions de nomadisme, légèreté et efficacité

c’est un mini ordinateur qui démode tous les autres, même mon cher MacBook

j’attendais ça depuis au moins 15 ans

super confort

ardoise magique

c’est encore mieux que ce que j’imaginais

je suis sûre que ça va redonner le goût de lire

je n’aime plus les journaux ni les revues qui encombrent,
là, ouah !

quant aux livres, j’adopte

et je publie sur ce support, sûr…
c’est mon vecteur d’expression

idéal pour les gamins dans les classes !

superdémocratique, simple pour tout le monde, à prix abordable

mieux qu’un laptop à utiliser sur canapé

« This is a magical device, at a breakthrough price. »

« We’ve always tried to be at the intersection of technology and liberal arts — we want to make the best tech, but have them be intuitive. It’s the combination of these two things that have let us make the iPad. »

11:33AM That’s it. Time for a hands-on!

si les gamins pouvaient n’avoir que ça à emmener à l’école au lieu des livres lourds, chers, qu’il faut renouveler chaque années, sincèrement moi je n’hésiterais pas

j’imagine ça aussi entre les mains de mes vieilles amies (comme entre les miennes) qui trouvent trop lourds les livres à tenir…

affaire à suivre
Ite missa est

© gaelle kermen 2010

28 janvier 2010 La video de l’Apple Event2010 peut être vue sur le site Apple (durée 1:33)

http://www.apple.com/fr/ipad/design/

********************************
© gaelle kermen 2010