ScrivenerApp : régler la Nouvelle Session des mots en Objectifs

L’application Scrivener, comme le logiciel de bureau, est si riche qu’on n’utilise pas toujours ses possibilités. Puis, un beau matin, on se demande pourquoi on n’avait pas essayé tel ou tel truc et on l’adopte.

Désormais, je sais régler la nouvelle session sur l’application Scrivener, pour avoir une idée du nombre de mots que j’écris par jour dans mon Journal de Vie.


J’ai paramétré l’ensemble du projet à 300 000 mots pour l’année. C’est à peu près ce que ça représente si j’en crois les années précédentes. Pas tout à fait 1000 mots par jour, qui serait une moyenne. Et puis je n’écris pas tous les jours. Et j’écris en plus sur le cahier de chantier, qui est hors de ce compte et plus sporadique, suivant les gros travaux annuels sur le domaine; comme la taille des ronces que je vais commencer bientôt, la création de barrières ou quelques abattages d’arbres pour le bois de chauffe de prochaines années.

Pour avoir le nombre total de mots de la journée, il faudrait que je mettre les deux cahiers ensemble pour avoir un compte de mots communs. Oui, c’est gérable, mais ça alourdirait le fichier et je veux rester légère dans ma gestion de projets. Et puis, je ne tiens pas à être obsessionnelle. L’essentiel, c’est d’écrire et publier ses projets, pas de procrastiner sur des comptes d’apothicaires.

Il est bon aussi de voir avancer l’ampleur de la production. Pour reprendre courage en cas de doute.

Pour savoir la production du jour, il faut mettre la page en cours d’écriture sur Done, haut de page à droite, la synchroniser avec Dropbox en bas de page à droite encore, toucher le nombre de mots au milieu en bas et sélectionner : Start New Session.


On règle l’objectif de la nouvelle session : ici j’ai mis 1 000 mots.


Quand on vérifie ce qu’on a fait, le cercle montre :

  • à l’intérieur le camembert de la production générale du projet,
  • à l’extérieur celui de la Nouvelle Session.

En fin de journée, je vérifie si j’ai rempli la mission du jour.

Pas tout à fait. Mais qu’importe, l’essentiel est d’avoir transcrit ce que j’avais envie de garder de la journée, sa quintessence. En sachant qu’il y aura beaucoup de coupes lorsque je déciderai de publier. La session est un échauffement intellectuel, comme il est bon de faire des exercices physiques tous les jours pour garder la forme.

Ce genre de petits détails ajoute beaucoup à l’immense facilité d’utilisation de l’application Scrivener dans nos vies vouées à l’écriture.

Gaelle Kermen, Kerantorec le 7 janvier 2017

Post-Scriptum du 8 janvier 2017

Ça y est j’ai dépassé les 1 000 mots de ma session quotidienne. C’est vrai que c’est stimulant. Surtout quand on pense que j’en ai aussi écrit presqu’autant sur l’autre projet en cours, celui qui attend depuis la mi-2016, du guide Smashwords que je veux finir avant de me replonger dans l’abondante documentation de mes archives des années 60 et 70 pour en extraire la substantifique moelle, comme disait le cher Rabelais, un des écrivains français qui avait enchanté ma classe de seconde.

Scrivener est quand même un outil puissant, fiable, sécurisant, et inspirant. Il n’y a plus de blocage entre la pensée qui surgit parfois au réveil et la mise en forme dans le projet ou l’article en cours… Une fois franchie la période d’initiation et d’adaptation à nos besoins, on peut vraiment se lancer et aller au bout de tous nos écrits. Je vous souhaite ce bonheur incomparable !

Publicités