Camp NaNoWrimo juillet 2017 : la fin

La fin est dure, mais gratifiante

Le 28 juillet 2017, j’écrivais sur Facebook après la session d’écriture matinale :

« #CampNaNoWriMo plus que 2200 mots pour arriver à la fin. Les mots sont dans la tête, le cerveau pense les derniers chapitres, mais le corps s’épuise, souffre, ralentit. La phase la plus difficile du Camp est là… On lâche rien ! »

Oui la fatigue est là et m’empêche de continuer le travail dynamique de rédaction. Tout devient laborieux. Le « mois » est trop long pour moi.
Par contre, le livre est écrit. J’ai tissé la toile du tissu dans lequel je pourrai tailler des pièces et les assembler pour en faire un bon ouvrage comme j’ai su le faire en couture, puis en menuiserie ou maçonnerie.
Mais désormais, après cette nouvelle expérience, je m’organiserai autrement en préparant mieux le projet.

Une jeune amie Facebook, Marie-An Avel, qui écrit des livres Jeunesse, a commenté hier un de mes posts en me disant qu’elle fera un prochain NaNoWriMo, grâce à cette phrase d’un de mes derniers articles de blog :

« Bel été à toi aussi. Bonne fin de camp NaNOWriMO. Trop occupée cette année, mais l’idée me tente pour une prochaine fois, surtout par rapport à cette phrase que tu écris dans ton blog : « Et c’est ainsi que j’ai avancé. Sans cette carotte symbolique devant moi, l’âne que je suis aurait trouvé de nombreuses raisons pour vagabonder le long des haies à faire tout autre chose qu’à écrire mon livre. Rien que pour ça, le NaNoWriMo est intéressant. Car cette concentration est la base même de la vie créative, qui doit de temps en temps, pour produire quelque chose de valable, se donner des impératifs et un cadre de travail. » Tellement vrai !🙂 »

Ce qui prouve qu’on me lit, que je n’écris pas au désert et m’encourage à continuer.

En effet, voilà qui change toutes les perspectives. Pour l’instant, je travaille seule dans mon coin et j’ai besoin de cette solitude choisie pour bien faire mon œuvre. Mais la prochaine fois, pour le mois de novembre, je publierai sans doute sur mon blog et Facebook et Twitter des appels à cabane francophone. Le terme de cabin n’est peut-être pas celui qui est choisi pour les sessions des mois de novembre ou avril, nous aviserons alors. Ainsi nous pourrons nous soutenir moralement par des mails sur le site du NaNo.

Je préparerai mieux le travail. Cette fois le projet était déjà décidé, mais je n’avais pas imaginé le faire tout de suite. C’était une très bonne idée de me lancer dans cette aventure dès le premier jour du mois de juillet en m’enregistrant sur un coup de tête, trouvant la perspective d’un travail suivi soudain évidente. Je l’affirme, ce cadre m’a permis de faire le premier jet d’un livre qui me tient à cœur, une sorte de testament presque.

Mais quatre semaines, c’est trop long pour moi. Ou j’ai trop traîné la première semaine en négligeant le texte, parce que je finissais un volet en menuiserie. Il me semble que trois semaines intensives sont un très bon rythme. Je comprends que dans ma cabine, certains auteurs américains aient fini leur roman de 50 000 mots autour du 21 juillet, la validation devenant possible sur le site à partir du 20.

Trois semaines, c’est le temps que j’avais mis en décembre 2016 pour rédiger le guide Scrivener plus simple pour Mac. Vingt et un jours, c’est le temps de prendre de bonnes habitudes. On se met en mode « poule qui couve et ne s’éloigne jamais du nid » pour faire un travail profond et suivi. Vingt et un jours, c’est le temps de faire un poussin. C’était une excellente expérience.
Je vais désormais caler mes projets en fonction des NaNo. En les organisant mieux le mois précédent, quand les mails commencent à inspirer les habitués.

La prochaine fois, je préparerai le travail à faire le mois d’avant et je me focaliserai sur la rédaction les trois premières semaines du mois, pour éviter l’extrême fatigue que je ressens actuellement. Le genre de fatigue qui nous met en risque. Ces derniers jours, mon pied droit a glissé sur une plaque de mousse sous la pluie et je suis tombée, mains en avant, dont l’une tenait Monsieur Proust de Céleste Albaret que je voulais relire, ce qui a amorti le choc. Je me suis bien reçue, mais je savais que c’était un avertissement, je ne devais pas en faire trop. Un peu plus tard, je me suis coincée le pouce gauche en fermant une fenêtre ! Faut être un peu fatiguée pour en arriver là. Pouce donc ! Stop enfin !

J’arrive au bout et ça fait du bien de savoir que j’ai fini le livre, la matière du livre, sa structure. Je vais pouvoir le laisser reposer. Je le reprendrai plus tard, dans pas trop longtemps, pour ne pas en oublier la substantifique moelle et le message à transmettre. Je sais qu’il continuera à me hanter encore et que sans doute je complèterai certains chapitres. Mais l’essentiel est fait, et grâce à Scrivener for iPad, j’ai le sentiment de l’avoir déjà bien fait. Les corrections et les relectures seront facilitées et le temps est déjà gagné !

Victoire ! J’ai écrit plus de 42000 mots. J’ai fini. Je suis épuisée, mais je l’ai fait.
J’ai gagné le Camp du NaNoWriMo de juillet 2017. J’ai rempli le défi des mots que je m’étais imposés. J’ai gagné contre moi-même et c’est une des plus belles victoires que l’on puisse obtenir. Je suis en accord avec ma vie. Je marche dans la beauté. Vive le NaNo !

Maintenant, un peu de repos est mérité, en essayant d’éviter le NaNo blues post scriptum, suite habituelle de toute production créative. Travail au jardin, tonte, taille, bouturages, conserves et confitures sont au programme de la semaine. Un grand ménage aussi !

Belles écritures estivales à vous !

Gaelle Kermen, Kerantorec, le 1 août 2017

Lien au site du Camp NaNo 2017 : http://campnanowrimo.org/campers/gaellekermen


PS Tout a été construit, écrit et enregistré sur le site du NaNo via l’application Scrivener pour iPad, sans laquelle je n’aurais pas travaillé aussi bien et vite. Merci à Keith Blount et à l’équipe de Literature & Latte dont le travail change la vie des gens qui écrivent. Fini le labeur, place à la joie !

 


© MBB 2019
Portrait de l’auteur au panama et bandana © MBB 2009


Gaelle Kermen est écrivain diariste, conseil en informatique et management du temps depuis 25 ans, experte du logiciel anglais Scrivener. Sociologue polyvalente, diplômée es Sciences Humaines et Sociales des Universités françaises de Paris : la Sorbonne (1966) et Paris-8 Vincennes (1969-1972)

Gaelle Kermen a écrit des guides Scrivener plus simple pour Mac et Windows, pour permettre aux auteurs francophones d’écrire et publier plus facilement avec le logiciel anglais Scrivener. Le troisième guide est Scrivener plus simple pour iPad  et iPhone.

Chris Simon (auteur de Memorial Tour et Lacan et la boite de mouchoirs) :
« Nouveau Guide Scrivener pour ceux qui écrivent sur iPad et iPhone – Les guides de Gaelle Kermen sont complets, faciles à utiliser et vous feront gagner des heures de recherches et d’essais !« 

amazon-iconnook-iconKobo_Icon-150x150 Smashwords_logo

Publicités

Tracer ses progres d ecriture sur le Camp NaNoWriMo

Suivre ses progrès d’écriture est une bonne garantie pour aller au bout de son projet.
Un petit outil en ligne permet de suivre la progression du livre en mots écrits chaque jour. Le traçage de la progression de la production peut être publié sur un blog.
3266 / 50000 (6.53%)

L’outil complète celui que l’on trouve bien sûr dans le compte du site Camp NaNoWriMo directement sur la page du site à son nom, en haut à Current Word Count. Il suffit de noter là le total de mots du projet en cours, tel qu’on le repère sur nos traitements de texte.


L’actualisation du nombre de mots se fait aussi à la page Edit Project Info sur http://campnanowrimo.org, une fois qu’on a créé son compte, éditer ses infos personnelles et celles de son projet d’écriture.



Des statistiques apparaissent en cliquant sur My Camp NaNo au-dessus de la photo, en bas : Stats.

Ou dans l’édition du comptage des mots par jour dans Edit Word Counts by Day.


Et bien sûr on trouve les mots écrits chaque jour en consultant le tableau des objectifs sur le traitement de texte utilisé pour le Camp de Juillet. Pour moi, c’est Scrivener, pour bureau fixe ou nomade.


Scrivener pour iPad et iPhone

Dans n’importe quelle page, en mode d’écriture, on clique sur le nombre de mots de la page (en haut sur l’iPhone, en bas sur l’iPad) pour faire apparaître les objectifs du projet (Targets et Draft) : on note le total des mots écrits du projet par rapport aux nombres de mots déterminés au départ. Par standard, un roman américain est au minimum de 50 000 mots. C’est la base que je me suis fixée aussi, mais qui peut changer en cours de route.
 mots_jour-e1499154759511

Scrivener pour Mac

Dans la barre de menu, on va dans Projet —> Afficher les objectifs du projet.


Scrivener pour Windows

Dans la barre de menu du haut, on va dans Projet —> Cibles du projet.

Capture d'écran 2017-07-04 08.10.59

On reporte la somme dans le champ number de Progress sur le site http://honorless.net/progressbar.htm


C’est un peu obsessionnel, j’en conviens, mais on a besoin de rituels un peu bêtes pour avancer la création. Un peu comme un encouragement virtuel, un engagement personnel. Déjà, je constate qu’ayant commencé cet article hier, ce matin en allumant le notebook pour voir ce que ça donne sur Windows, je vois que j’ai écrit 848 mots, alors que cette première semaine de Camp est réservée à la structuration du plan, pas encore à la rédaction. Mais quand une idée arrive, je la note tout de suite.A bientôt, pour la suite de l’écrit dans l’écrit. Une sorte de mise en abîme.

Belles écritures estivales !
Gaelle,
Kerantorec, le 4 juillet 2017

Gaelle Kermen est l’auteur de Scrivener plus simple, les guides francophones pour Mac, Windows et iOS, publiés par ACD Carpe Diem, 2016-2017.

scrivener_wordpress_banner

amazon-iconnook-iconKobo_Icon-150x150Smashwords_logo

Scrivener plus simple : deuxieme edition des trois premiers guides pour Mac, Windows et iOS

Sur ce blog auteur, j’avais parlé début janvier de la deuxième édition des trois premiers guides Scrivener, publiés, pour la version Mac le 10 janvier 2016, la versionWindows le 21 juin 2016 et la version iOS le 28 octobre 2016. J’ai publié la deuxième édition le 10 janvier 2017 sur Iggybook et sur Amazon. C’est l’occasion de faire le point sur les pratiques d’édition indépendante, avec le point de vue de l’auteur et celui de ses lecteurs.

La deuxième édition porte le bandeau rouge 2e édition 2017. La date d’édition reste la même. L’ISBN ne change pas. C’est le même livre qui évolue, suivant l’avantage de la publication numérique. Ils gardent la première date d’édition.

Amazon n’a pas voulu informer mes lecteurs de la mise à jour des fichiers. Leurs explications étant peu probantes, j’ai laissé tomber la discussion.

Chez Apple, dès qu’une édition est mise à jour, le lecteur en est avisé sur son iPhone ou iPad. Tout se fait en un clic.

Le refus d’Amazon est une des raisons qui m’ont incitée à publier les guides sur Iggybook. Grace à ce support que je gère moi-même, je pourrai toujours fournir aux premiers lecteurs qui le désirent, le lien vers un coupon Iggybook leur permettant le téléchargement du guide en trois formats. Iggybook permet de faire des coupons gracieux en service de presse, une fonction très pratique. Le site est en anglais et en français.

Page auteur sur Iggybook

L’avantage d’Iggybook est de mettre en contact direct l’auteur et le lecteur. En me payant directement, par PayPal ou carte bancaire, certaines personnes m’ont fait part de leur enchantement et de la facilité de la plateforme.

Il est en effet rassurant de savoir que l’auteur n’est pas loin et qu’il peut répondre aux questions, si besoin en était. Le blog est là aussi pour ça, mais savoir qu’on peut écrire à l’auteur en toute intimité est rassurant. Beaucoup de lecteurs n’aiment pas que leurs commentaires soient exposés à tous les vents de l’Internet.

D’autres supports qu’Amazon

Beaucoup me font part aussi de leur volonté de ne plus acheter sur Amazon, pour des raisons d’éthique souvent, mais aussi parce qu’ils lisent sur iPad, liseuse autre que le Kindle ou support Android, préférant le format ePub au format propriétaire d’Amazon, le mobi.

Trois formats de fichiers sur Iggybook

Je tiens donc à fournir à mon lectorat plusieurs formats de fichiers, au moins les trois de bases : ePub, mobi et PDF.

Les trois guides 2e édition 2017 sont aussi sur Smashwords

Ce n’est que récemment que j’ai fait la mise à jour sur Smashwords, après la sortie du guide d’utilisation de cette plateforme numérique américaine par les auteurs francophones : Smashwords plus simple pour les francophones.

Je viens de publier la deuxième édition des trois premiers guides sur Smashwords. Ils ont été compilés par Scrivener pour Mac, acceptés par l’AutoVetter, sans erreur de formatage, enregistrés sur le catalogue Premium. Ils sont donc disponibles sur Kobo, Nook et Apple et quelques librairies en ligne.

Demandez-moi la deuxième édition

Si jamais la plateforme de téléchargement ne vous fournissait pas cette mise à jour automatique, veuillez me contacter, kerantorec at icloud point com. Envoyez-moi une preuve d’achat de votre guide dans sa première édition (masquez votre adresse, je ne vous écrirai jamais, je n’écris plus en papier depuis que je suis sur Internet, ça fait plus de vingt ans). Je vous enverrai le lien à ma page auteur Iggybook avec un coupon gracieux pour un téléchargement en trois formats.

Truc sur Iggybook

Après le premier téléchargement, pensez à revenir en arrière (flèche du haut à gauche sur votre navigateur) pour télécharger un deuxième, puis un troisième format. Ces trois formats seront stockés dans votre espace Lecture.

Opinion

Une de mes lectrices, enchantée de me payer directement, m’a confié :

Très simple et fluide cette plateforme.

Contact plus facile

Et, si jamais vous bloquiez sur une question que je n’aurais pas abordée, ou pas assez développée, dans le guide, n’hésitez pas à me contacter, j’essaie d’être réactive. Priorité au service :)

Les articles du blog sont complémentaires des chapitres du guide. Les deux sont utiles. Travaillez bien ! Belles écritures et bonnes publications !

Gaelle Kermen,
Kerantorec le 11 mars 2017, publié le 23 mars 2017


Page auteur sur Iggybook
Page auteur sur Smashwords
Page auteur sur Amazon

Scrivener : importer un projet Scrivener et faire un coffret

Importer un projet Scrivener et créer un coffret

Pour compléter le projet que j’ai créé à partir du modèle Vide sur Scrivener, il m’arrive d’avoir besoin d’importer un autre projet pour ajouter des pages écrites ailleurs.

La grande souplesse de Scrivener permet de jongler avec des éléments qui auraient nécessité beaucoup de temps de chargement de dossiers bien lourds dans les traitements de texte traditionnels. Ici tout se fait en quelques clics, sans jamais attendre.

Je commence par importer le projet précédent dans Recherche. Je vais dans :

Fichier > Importer -> Projet Scrivener… Sélectionner le dossier -> Importer.

recherchesimporterprojetscrivener

Ici j’importe le projet de Roman avec parties que j’ai trouvé en anglais dans les modèles proposés par Scrivener et que j’ai traduit. Il est à votre disposition sur mon blog gaellekermen.net.

Le projet est importé dans le dossier Recherche avec le titre Roman que je lui ai donné dans le modèle.

projetromantraduit

Comment créer un coffret

C’est par cette procédure que j’ai pu créer avec aisance les coffrets des guides Mac et Windows avec le guide pour iOS.

J’ai d’abord fait une copie de chaque guide sur le Mac de bureau. Il suffit de cliquer sur Dupliquer le projet sélectionné. Ou de sélectionner le projet et de faire le raccourci [cmd+D].

Pour garder une légèreté d’importation, j’ai enlevé tout ce qui était dans le dossier Recherches. Je garde les chutes et la documentation dans ce projet d’origine. Ce sont mes Archives de travail.

J’ai vidé la poubelle.

J’ai travaillé sur la copie du projet du guide Scrivener plus simple pour iOS, dénominateur commun des trois coffrets prévus en fin d’année 2016.

J’ai importé d’abord le premier guide pour Mac et j’ai tout vérifié. Encouragée par des messages de lecteurs qui utilisaient aussi les trois versions, j’ai fini par intégrer la version Windows de mon guide Scrivener plus simple.

Les projets s’importent à l’identique dans le projet en cours. C’est-à-dire que vous allez avoir trois dossiers dans chaque projet importé. Il suffit de mettre les deux dossiers vidés à la corbeille. Ils ne sont plus actifs. Seuls les dossiers Recherches et Corbeille de votre projet de travail sont en cours.

Puis, vous renommez le projet et le rangez à sa bonne place pour parfaire votre travail.

J’ai pu ainsi gérer avec aisance et fluidité un guide complet de plus de 650 pages illustré de plus de 570 images. J’ai tout corrigé dans l’application mobile pour iOS. Le formatage final continue à se faire sur le logiciel de bureau Scrivener pour Mac, ainsi que le passage sous les fourches caudines du correcticiel Antidote 9. Mais tout s’est fait beaucoup plus facilement que lorsque j’avais fait sur Word la version Journal 60 des publications des cahiers des années 60, que j’ai dépubliée en attendant de la reprendre sur Scrivener.

Je précise que chaque guide a été construit, rédigé et illustré sur chaque plateforme d’origine : Mac OS X, Windows10 et iOS 9 et 10. La fusion des trois projets n’a rencontré aucun écueil. Tout est compatible. Tout reste léger. Tout est sécurisé et stable.

Et voici l’organisation du guide complet des trois versions Scrivener, à paraître cette fin d’année 2016. Il reste la compilation à faire, qui permettra de ne choisir que la version Mac avec la version iOS, ou Windows avec iOS. Un seul projet regroupe l’ensemble des besoins pour trois guides différents.

Et dans les Front Pages, mises au-dessus du brouillon, sont préparées les pages concernant les différentes plateformes de publication.

La publication aura lieu cette semaine.

Gaelle,
Kerantorec, le 27 décembre 2016

Post-Scriptum le 2 janvier 2017

Les trois coffrets sont sortis sur Amazon et Iggybook.


***

Gaelle Kermen est l’auteur de Scrivener plus simple, les guides francophones pour Mac, Windows et iOS, publié sur toutes les plateformes numériques par ACD Carpe Diem, 2016.

Amazon : format .mobi pour Kindle, Fire et application pour ordinateurs

Iggybook : trois formats, PDF, mobi et epub.

Scrivener : pourquoi et comment j’ai vaincu ma peur de Scrivener 

Comme vous peut-être, j’ai d’abord été rebutée plusieurs mois par l’apparente complexité du logiciel Scrivener.

Nous sommes nombreux à avoir acheté le logiciel de bureau et à ne pas l’avoir utilisé tout de suite. Je ne connais qu’une auteure bilingue à avoir acheté Scrivener, ouvert dans Fiction un Template (modèle) de Novel with Parts (Roman avec chapitres) et commencé à écrire son roman : Murielle Lucie Clément.

Six mois de blocage

Beaucoup d’auteurs se laissent rebuter et n’adhèrent pas à Scrivener. Je les comprends, j’ai eu le même blocage. Six mois pour être précise, six mois je me suis privée des richesses de Scrivener, parce que je n’arrivais pas à me plonger dans le Manual ni le Tutorial en anglais. Car, si le logiciel est traduit en français, si le tutoriel interactif a un titre en français, tout est en anglais. Les vidéos et le manuel sont en anglais. Le forum aussi.

Pourtant, je suis à l’aise avec la langue anglaise, je l’ai apprise en Angleterre quand j’étais petite fille, les étés 58 et 59, en totale immersion avant de l’apprendre au lycée, puisque je faisais Allemand et Latin en premières langues. À plus de 70 ans, j’entretiens ma mémoire et ma dynamique mentale en lisant beaucoup de littérature anglo-saxonne, surtout depuis que je lis sur Kindle ou iPad, peut-être plus que de littérature francophone. Je ne traduis pas l’anglais que je lis, je le pense. Il est en moi comme une langue maternelle.

Malgré mon aisance en anglais écrit, je n’arrivais pas à comprendre certaines fonctions du logiciel et je me laissais rebuter. Comment des utilisateurs moins à l’aise pouvaient-ils plonger dans les richesses de Scrivener, dont toute la documentation était en anglais ?

Un réveil grâce à Smashwords

Six mois je suis restée bloquée, jusqu’à ce que Smashwords, la plateforme de diffusion numérique de Mark Coker à Los Gatos en Califormie, m’avise que certains de mes ebooks publiés entre 2010 et 2012 n’avaient plus le bon formatage pour être acceptés en Premium, le catalogue qui permet d’être diffusé chez Apple, Kobo et Barnes & Noble. Pour certains ebooks, le format de couverture ne convenait plus, la norme était devenue plus grande. Mais la compilation des quatre premiers ebooks en coffret, le Journal 60, ne convenait plus par sa table des matières, il manquait le fichier NCX, indispensable pour un bon fonctionnement. Ces livres avaient été formatés sur Word pour Windows sur un PC. J’avais laborieusement créé des dizaines et des dizaines de liens sur des centaines de pages pour faire d.   es tables des matières cliquables sur les liseuses Kindle, Kobo, Bookeen ou les tablettes iPad ou Android. J’ai dépublié le Journal 60.

Le découragement m’a saisie. J’allais abandonner la publication des cahiers suivants, des années 70 aux années 2010, alors que c’est l’œuvre de toute une vie.

Heureusement, au cours de ma veille technologique, j’ai trouvé des articles d’écrivains américains sur Scrivener. J’ai appris que le logiciel permettait le formatage en ebooks aux formats mobi et epub, avec des tables des matières cliquables, comme il se doit pour guider la lecture numérique.

Alors, j’ai décidé qu’il valait la peine de me former au logiciel Scrivener. Je ne ferais rien d’autre tant que je n’aurais pas compris comment ça marchait.

Une autoformation active

Je l’avais acheté en même temps que mon Mac mini en juillet 2014, profitant d’une promo Apple d’outils de productivité. En janvier 2015, je me suis immergée dans le Tutorial, le Manual et toute la littérature anglophone que je pouvais trouver sur Scrivener, dont le gros livre de Gwen Hernandez, Scrivener for Dummies, First Edition, 2012. J’ai visionné toutes les vidéos possibles sur Scrivener, dont celles en français du formateur toulousain François Magnan, et les vidéos d’auteurs anglo-saxons qui racontaient leurs façons de s’organiser pour écrire leurs romans, les chapitres, les parties.

Très vite, j’ai compris les bénéfices que je pouvais tirer de Scrivener pour gérer mes nombreux, très nombreux, projets d’écriture accumulés depuis les années 60, qui me causaient de réels problèmes de gestion sur Word. Très vite, j’ai créé mes propres modèles pour intégrer les années de mes cahiers, Journal de Vie et Cahier de Chantier. Très vite, je n’ai plus pu me passer d’écrire au quotidien sur Scrivener, pour préparer mes articles, écrire mon journal, conserver ma documentation et mettre en forme les publications prévues.

La suite est racontée au début du guide Mac, mon premier livre écrit pour aider les auteurs francophones à se former à Scrivener dans les meilleures conditions, celles de l’écriture et de la publication. Il existe maintenant une abondante documentation en français sur Scrivener.

Des publications numériques en français 

Au cours de l’année 2016, j’ai pu publier les trois guides d’initiation aux trois versions de Scrivener, Mac et Windows de bureau et iOS pour mobiles Apple. En fin d’année j’ai réuni ces trois guides en coffrets (boxsets) pour avoir chaque version de bureau avec la version mobile, ou les trois versions ensemble pour ceux qui travaillent sur les trois systèmes.

Jamais je n’ai été aussi productive que depuis que je travaille mes écrits sur Scrivener. La version mobile a même décuplé les possibilités depuis l’été 2016. J’ai publié six livres illustrés de captures d’écran. J’ai aidé trois auteurs à corriger, formater, publier leurs romans. Le tout représente des milliers de pages. J’ai publié 70 articles. Jamais je n’aurais publié autant sans Scrivener.

C’est aussi ce qu’écrivent certains lecteurs de mes guides.

Je constate une plus grande envie d’écrire grâce à cet outil vraiment découvert par votre entremise. Je l’avais depuis longtemps (Scrivener), mais il traînait sur mon bureau (fermé). Il est maintenant toujours présent quand je sors mon Macbook air du sommeil. On a beau dire, on a beau faire, ce n’est qu’un logiciel, mais quel logiciel ! Je terminerai en disant la même chose de votre guide : quel livre! 

Daniel Marleau, écrivain québécois (publications en cours)


Une bonne gestion du temps

Ne croyez pas que je passe mes journées derrière mes ordinateurs. Non, je ne travaille jamais plus de quatre heures par jour, sauf les quelques jours avant la sortie des ebooks, où il m’arrive de travailler entre cinq et six heures. Je me suis bien organisée et vis à mon rythme, privilège de l’âge, que chacun devrait avoir. Et, désormais, avoir mes projets en cours sur Dropbox pour y accéder depuis mon Mac de bureau ou depuis un de mes mobiles, iPad mini 4 ou iPhone 5c, ça fait toute la différence du monde. Tout est devenu clair, simple à gérer et efficace. L’écriture n’est plus un rêve inaccessible, elle est devenue une réalité concrète et vivante.

Je vous souhaite le même bonheur pour l’année 2017.

Faites de grands projets. Soyeux ambitieux ! Que l’écriture vous soit fluide et légère avec Scrivener !

Bonne année 2017
Gaelle Kermen, Kerantorec, le 2 janvier 2017

Scrivener : suivre les statistiques des projets et sessions en cours (Windows)

Les statistiques des projets en cours permettent de suivre les objectifs d’écriture pendant les sessions. Un outil indispensable à qui veut bien gérer ses progrès et garder sa motivation en éveil.
(Copies écran faites sur la version Windows)
« 


Il faut d’abord paramétrer les objectifs dans les Cibles du projet.

Projet -> Cibles du projet

Raccourci : Ctrl+,


On constate la progression du guide en cours d’écriture. La session peut se paramétrer.

Scrivener donne des statistiques très détaillées, en mots, en caractères, en pages de livre format de poche, en pages de livre imprimé, pour l’ensemble du projet comme pour la sélection pendant la session.


Un outil indispensable pour bien maîtriser l’avancement des projets d’écriture.

Belles écritures,

Gaelle,

Kerantorec, le 10 décembre 2016


© MBB 2019
Portrait de l’auteur au panama et bandana © MBB 2009

Gaelle Kermen est écrivain diariste, conseil en informatique et management du temps depuis 25 ans, experte du logiciel anglais Scrivener. Sociologue polyvalente, diplômée es Sciences Humaines et Sociales des Universités françaises de Paris : la Sorbonne (66) et Paris-8 Vincennes (1969 à 72)

Gaelle Kermen a écrit des guides Scrivener plus simple pour Mac et Windows, pour permettre aux auteurs francophones d’écrire et publier plus facilement avec le logiciel anglais Scrivener. Le troisième guide est Scrivener plus simple pour iPad  et iPhone.

Chris Simon (auteur de Memorial Tour et Lacan et la boite de mouchoirs) :
« Nouveau Guide Scrivener pour ceux qui écrivent sur iPad et iPhone – Les guides de Gaelle Kermen sont complets, faciles à utiliser et vous feront gagner des heures de recherches et d’essais !« 

amazon-iconnook-iconKobo_Icon-150x150 Smashwords_logo

ScrivenerApp : s’adresse-t-elle à tout le monde ?

L’application Scrivener pour iOS s’adresse-t-elle à tout le monde ?

Non, pas à tout le monde !

Ne l’utiliseront pas :

Ceux qui refusent d’avoir du matériel Apple,

Ceux qui pensent que pour être un auteur sérieux, il faut écrire sur Word et rien d’autre,

Ceux qui ne se voient pas prendre de notes autrement qu’avec un calepin et un stylo,

Ceux qui écrivent en linéaire du début à la fin sans débander,

Ceux qui balancent leurs documents en vrac sur leur bureau d’ordinateur, en accumulant chapitres, notes, rapports, PDF, images, au petit bonheur la chance…

Ceux qui ne veulent pas apprendre quelque chose de nouveau au motif qu’ils sont trop vieux pour ça,

Ceux qui pensent qu’ils n’ont pas assez de temps pour se former à un nouvel outil d’écriture…

L’utiliseront :

Ceux qui ont déjà un mobile Apple, ou ceux qui, comme moi, sont prêts à investir dans du mobile Apple pour bénéficier de l’application Scrivener,

Ceux qui aiment planifier et structurer leurs projets avant de rédiger le corps du texte,

Ceux qui aiment avoir des dossiers de recherches et des documents bien organisés pour mieux se concentrer sur l’écriture et le sens du message à transmettre,

Ceux qui veulent utiliser le temps passé en transports en commun pour rédiger et publier des articles de blog,

Ceux qui écrivent mieux leurs romans s’ils sont entourés de monde dans un café,

Ceux qui veulent noter ce qu’il leur passe par la tête, où qu’ils soient, à bord d’un voilier, d’un train ou d’un avion,

Ceux qui aiment écrire dans leur lit, dans leur jardin en été, au coin du feu en hiver,

Ceux qui ne sont pas toujours connectés, mais veulent quand même relire et travailler leurs textes, qu’ils synchroniseront en rentrant au bureau,

Ceux qui veulent avoir leurs projets d’écriture dans leur poche ou leur sac, pour ne jamais perdre le fil de leur pensée,

Ceux qui pensent qu’il vaut mieux passer une semaine à se former pour ensuite gagner des mois et des années de travail,

Ceux qui sont prêts à changer leurs habitudes pour optimiser leur créativité,

Alors ceux-là vont adorer l’application Scrivener et ne lâcheront plus leurs mobiles iOS.

Ils en oublieront même leur version de bureau du programme, car l’application est désormais : « Simple comme Scrivener ! »

On a parfois reproché au logiciel d’écriture Scrivener d’être trop compliqué. Cette fois, l’application d’écriture Scrivener pour iOS est minimaliste. Faite d’icônes, elle est pleine de ressources aussi. Il suffit, comme dans les cuisines intégrées, de savoir ouvrir les bons tiroirs. Quand on a compris les procédures de base, on fait ce que l’on veut, quand l’on veut, où l’on veut.

J’ai dit ailleurs qu’elle est un jeu d’enfant et je la recommande aux collégiens, lycéens, étudiants, tout de suite, pour prendre de bonnes habitudes de travail et de gestion des documents.

Et comme Noël approche, l’application est le cadeau idéal à s’offrir quand on écrit tous les jours, couplé avec le guide francophone Scrivener plus simple pour iPad et iOS qui en explique les chemins.

cover-guideios-rouge

L’année 2017 sera productive. Belle fin d’année !

Gaelle,
Kerantorec, 3 décembre 2016


Scrivener est une application pour les mobiles iOS, développée par Keith Blount et diffusée par Literature & Latte sur l’App Store.


© MBB 2019
Portrait de l’auteur au panama et bandana © MBB 2009


Gaelle Kermen est écrivain diariste, conseil en informatique et management du temps depuis 25 ans, experte du logiciel anglais Scrivener. Sociologue polyvalente, diplômée es Sciences Humaines et Sociales des Universités françaises de Paris : la Sorbonne et Paris-8 Vincennes (1964 à 74). Elle tient son journal depuis les années 60.

Gaelle Kermen a écrit des guides Scrivener plus simple pour Mac et Windows, pour permettre aux auteurs francophones d’écrire et publier plus facilement avec le logiciel anglais Scrivener. Le troisième guide est Scrivener plus simple pour iPad  et iPhone.

Chris Simon (auteur de Memorial Tour et Lacan et la boite de mouchoirs) :
« Nouveau Guide Scrivener pour ceux qui écrivent sur iPad et iPhone – Les guides de Gaelle Kermen sont complets, faciles à utiliser et vous feront gagner des heures de recherches et d’essais !« 

amazon-iconnook-iconKobo_Icon-150x150

Smashwords_logo