ScrivenerApp : l’application est-elle utilisable sans le logiciel Scrivener ?

L’application Scrivener pour iOS est-elle utilisable sans le logiciel de bureau Scrivener pour Mac ou Windows ?

Non, si on veut garder l’extraordinaire potentiel du logiciel de bureau pour le formatage et la compilation avant publication, tout en bénéficiant de la légèreté de la mobilité pour la conception et le flux de l’écriture.
Oui, on pourrait utiliser seulement l’application. Je pense même que si cette application était utilisée très tôt par les enfants dans les écoles et a fortiori par les étudiants dès l’entrée à l’université, les enseignants recevraient de bien meilleurs documents à corriger et s’arracheraient moins les cheveux devant les mauvaises présentations des mémoires faits sur des traitements de texte mal maîtrisés et trop lourds à gérer.

Cette application est un jeu d’enfant. Il est simple de passer d’un projet à l’autre, de fusionner deux morceaux de texte dans une seule page ou d’exporter un morceau de document pour le récupérer dans un autre projet. Sans passer forcément par Dropbox, puisqu’on passe par le presse-papier du mobile Apple iOS.

Les formats de compilation offerts par l’application sont largement suffisants pour les besoins scolaires, lycéens ou étudiants. La présentation d’un document qui sort de l’application est impeccable.

Je sais que le concepteur a pris ses précautions légales pour dire que son application ne faisait que des brouillons. Il ne veut pas avoir d’ennui avec les grosses machines de guerre. Moi je dis que ce qui sort de cette application est bien mieux présenté que ce qui est conçu sur les grosses machines de guerre, conçues au départ pour des formatages d’impression papier, sans tenir compte des exigences du numérique. Si tout le monde bénéficiait de ce genre d’outil, on verrait des romans et des documents beaucoup mieux formatés et plus agréables à lire. On verrait aussi des mémoires et rapports bien présentés, avec légèreté et efficacité.

(Extrait du Guide Scrivener plus simple pour iPhone et iPad)

Gaelle
Kerantorec, 25 novembre 2016


© MBB 2019
Portrait de l’auteur au panama et bandana © MBB 2009

Gaelle Kermen est écrivain diariste, conseil en informatique et management du temps depuis 25 ans, experte du logiciel anglais Scrivener. Sociologue polyvalente, diplômée es Sciences Humaines et Sociales des Universités françaises de Paris : la Sorbonne et Paris-8 Vincennes (1964 à 74)

Gaelle Kermen a écrit des guides Scrivener plus simple pour Mac et Windows, pour permettre aux auteurs francophones d’écrire et publier plus facilement avec le logiciel anglais Scrivener. Le troisième guide est Scrivener plus simple pour iPad  et iPhone.

Chris Simon (auteur de Memorial Tour et Lacan et la boite de mouchoirs) :
« Nouveau Guide Scrivener pour ceux qui écrivent sur iPad et iPhone – Les guides de Gaelle Kermen sont complets, faciles à utiliser et vous feront gagner des heures de recherches et d’essais !« 

amazon-iconnook-iconKobo_Icon-150x150

Smashwords_logo

Publicités

4 réflexions sur “ScrivenerApp : l’application est-elle utilisable sans le logiciel Scrivener ?

  1. Ayant découvert scrivener il y a 3 jours et l’ayant appris sur IOS (iPad) ce week-end, je reviens assez déçu que le concepteur ait jugé bon de ne pas prévoir la fonction snapshot dans la version IOS. C’est une énorme déception car garder des versions est pour moi indispensable pour évaluer la progression, comparer des versons, voir ce qui a été ajouté, changé et surtout pour avoir la garantie que l’on ne supprime pas par erreur un passage.
    Partir en we avec uniquement l’iPad nous oblige à n’écrire qu’en ajoutant, sans supprimer de peur que l’on ne puisse récupérer le contenu, ou alors de sauver ce que l’on efface et alors, cela ne vaut guère plus que d’écrire avec pages qui lui conserve les changements même sur ipad.
    Cette lacune est une vraie déception pour moi car elle m’oblige à ne travailler que sur Mac.
    Et j’ajoute que cette absence de snapshot n’est pas annoncée, il faut fouiller pour s’en rendre compte

    J'aime

    1. J’avoue que je n’utilise jamais Snapshot sur le Mac, je n’ai donc pas été gênée sur l’iPad. Quand je risque de changer un texte, je duplique le fichier… et je garde le premier dans Recherches. Si j’enlève des paragraphes, je les déplace dans un dossier Chutes, où je peux les retrouver. Je comprends que ça vous déçoive, mais il serait dommage de vous priver de la version iOS qui est réellement performante. Mais chacun a ses propres façons de travailler, il faut trouver ce qui vous convient.

      J'aime

      1. merci de la réponse rapide. Non, je ne m’en passerai pas pour cette raison (d’autant que j’ai déjà acheté cette version puisque pas de possibilité de tester avec apple store mais cela m’aurait fait sérieusement hésiter je l’avoue) mais c’est vraiment dommage. Sans doute parce que j’écris des textes « non-fiction » mais le suivi de versions est vraiment un outil appréciable quand par exemple je travaille sur le style. Qu’est-ce qui fait que le texte est plus léger, plus lisible, la comparaison livre alors de précieux enseignements. Et sauver tout un document pour une phrase, un mot remplacé, effacé… c’est là qu’on voit la puissance de la comparaison de version.
        Et aussi pour voir la progression quand on retravaille un texte et que le comptage des mots n’est plus du tout indicatif de l’effort fourni.
        Bref dommage, …. mais le concepteur peut encore corriger le tir ;-)

        J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s