Conseils pour bien lire un ebook de guide pratique avec captures d’écran

Il n’est jamais inutile de donner quelques conseils pour mieux utiliser nos outils numériques. On n’a pas forcément fouillé toutes les possibilités offertes et on peut ainsi se priver d’un confort indispensable à une bonne vision de lecture, en particulier des illustrations d’un guide pratique en ebook.


Lire un roman en mode Portrait

Lire un roman sur un Kindle, un iPad, une tablette, une liseuse Nook, Kobo, Bookeen, quelle que soit sa marque, est chose simple : on le tient dans le sens de la hauteur comme on le ferait d’un livre papier. Cette présentation est dite Portrait.


Lire un guide pratique en mode Paysage

Lire un guide pratique nécessite de bien voir les images, le plus souvent faites de captures d’écran de logiciels, applications ou sites internet. Il vaut mieux changer l’orientation du support numérique dans le sens de la longueur. Cette présentation est dite Paysage.

Les Kindle des premières générations n’affichent pas les images en couleur. Je ne les recommande pas pour la lecture des guides pratiques.

Les captures d’écran explicatives seront plus lisibles en couleur sur l’application Kindle Amazon de votre ordinateur ou de vos supports numériques.


Faites vous-même les tests en changeant d’orientation

Ainsi, si je regarde une page au format Portrait, la capture d’écran n’est pas très grande.

Ecran_Portrait
écran d’iPhone 6 en Portrait

Je bascule l‘iPhone 6 en mode Paysage et je vois parfaitement le tableau issu de Scrivener.

Ecran_Paysage2
Ecran d’iPhone 6 en Paysage

Sur les iPhone à partir du 6, on peut agrandir les captures d’écran avec deux doigts comme on le fait des photos.

AgrandissementIPhone6
Agrandissement d’un écran du livre de MarieBo sur iPhone 6 avec deux doigts

Faire les bons réglages de lecture

Pour bien afficher les images, il faut faire des réglages en cliquant en haut et à droite des écrans sur :

  • (Kindle) Aa Défilement continu
  • (iPad) aA  Faire défiler

Defil_Kindle
Réglages Kindle
Defil_iPad
Réglages iBooks

Ma méthode d’apprentissage par guide pratique illustré

  • Quand je découvre un nouveau guide pratique, je le lis d’un bout à l’autre sur mon iPad (défilement continu et paysage) pour avoir une idée générale de toutes les possibilités du nouveau logiciel, de la nouvelle application ou du site à utiliser. Je suis souvent dans un demi-sommeil, car je lis dans mon lit, mais j’intègre beaucoup de paramètres de cette façon subconsciente.
  • En général, j’ai de nombreuses idées qui me viennent à l’esprit lors de cette première étape. Je les laisse se développer tranquillement.
  • Ensuite, je vois ce que je peux faire sur le logiciel ou l’application. Je fais mon travail en testant certains trucs compris à la première lecture.
  • Puis, si je bute sur une fonction, je reprends le guide en visualisant le chapitre concerné, je mémorise les procédés, je crée les images mentales dont j’ai besoin et les mets en pratique. J’ai rarement besoin d’avoir un livre ou une tablette près de moi.
  • C’est un entrainement cérébral qui me réussit plutôt bien de faire confiance à ma mémoire tout en gardant la possibilité de tout vérifier à portée de clic !
  • Quelques semaines ou mois plus tard, je relis tout le guide d’un œil neuf avec le recul de l’expérience et je découvre des trucs plus subtils que je n’avais pas compris au début.
  • Je les mets en pratique et ainsi je maîtrise de mieux en mieux mes apprentissages.

À vous de trouver la façon dont vous mémorisez le mieux les manipulations qui correspondent à vos besoins de travail. Bonne lecture !

Gaelle Kermen,
Kerantorec, 15 août 2018


  1. Merci à Marie Bo d’avoir attiré mon attention sur ce défaut de vision qu’on a en lisant la tablette comme un roman alors qu’on voudrait décrypter un guide pratique.
  2. Marie Bo a écrit un guide pour faire les guides pratiques avec Power Point et Kindle Creator Texbook : Publier sur Kindle avec Power Point.
  3. Je prends ces exemples de réglage avec les supports de lecture que j’ai sous la main, mes iPad et iPhone avec les apps iBooks et Kindle. N’hésitez pas à mettre les vôtres en commentaires si vous utilisez une liseuse Kobo, Bookeen, Nook, ou une tablette Android. Merci.
Publicités

Après la publication : dépression post-scriptum, articles, mots-clés, sérendipité

En reprenant mon blog auteur le 11 mars, j’ai vu que j’avais omis de publier un article qui aurait dû l’être le 2 février, le jour de la sortie du dernier guide pratique Kermen, Scrivener 3 plus simple : guide francophone de la version Mac 3.0. Quarante jours, c’est le temps qu’il m’aura fallu pour reprendre des forces intellectuellement et physiquement. C’est une réalité après la sortie de mon dernier livre. Je ne sais pas comment font les auteurs pour assumer leur promo après la sortie de leur livre, comme le recommandent les guides d’autoédition, pour moi c’est impossible.


Quand j’écris, mets en forme et publie un livre, je vais au bout de mes forces en donnant le meilleur de moi-même et de mes connaissances. Il m’est impossible d’en faire plus après la publication. Les batteries sont à plat. Je n’ai plus aucune énergie. Je suis abrutie, sans ressort. L’idée même de me mettre devant mon ordinateur pour envoyer des messages et solliciter l’intérêt des gens me fatigue et me fait baisser les bras. Je tombe dans la dépression post-scriptum, ce sentiment de vide absolu après avoir porté avec intensité et mis au monde un ouvrage dans les meilleures conditions possibles.

Après la sortie, c’est comme si le livre ne m’appartenait plus, comme s’il vivait sa propre vie et ne dépendait plus de moi, comme si je ne devais plus intervenir. Je ne sais pas comment les auteurs parviennent à faire leurs campagnes marketing après la sortie de leur livre. Cela m’est physiquement et intellectuellement impossible. Dès le premier livre publié en janvier 2010, Aquamarine 67, je n’ai jamais réussi à faire le moindre envoi par mail à mes correspondants, nombreux pourtant, collectés depuis 1995, pour les aviser de la sortie de mon livre et des suivants. Je parviens par courtoisie à envoyer un service de presse aux personnes citées dans mon ouvrage et c’est tout.

Il faut que je fasse des activités physiques comme tailler des branches dans le jardin, sortir à vélo, faire du ménage. Ou au contraire je dois me mettre en boule sous la couette comme un chat frileux en lisant des livres reposants. Cette année, j’ai eu une panne de ligne téléphonique et j’ai été déconnectée de l’internet quinze jours. C’était presque une chance, je l’ai bien vécue et me suis reposée en prenant des notes tranquillement pour d’autres projets. Après ce passage à vide, je peux reprendre courage, idée et dynamisme.

IMG_2434
Thaï et Toy, les petites siamoises sauvages recueillies pendant le Camp NaNo de juillet 2017, veillent désormais sur mon repos et ma sérénité intérieure.

Après la période de précommande et la sortie du livre, je ne suis plus en mesure d’informer mes correspondants par des envois de courriels. Je n’aime guère en recevoir moi-même. Les auteurs qui pratiquent de cette façon me détournent de leur livre au lieu de m’encourager à le lire. Mon intérêt personnel à cliquer sur un lien et à acheter un livre numérique est inversement proportionnel aux nombres de fois où je le vois partagé. Une bonne présentation sur Facebook ou Twitter peut m’y inviter si le sujet m’intéresse. Son partage ad libitum m’agace et finit par m’ulcérer.

Impossible donc pour moi de faire des mails répétés que je juge invasifs à la limite du harcèlement.

Alors comment se fait-il que, malgré cette carence de ma part, cette faute professionnelle selon tous les critères de lancement, mes livres se fassent quand même connaître ?

  • Sans doute parce que je publie des articles sur des sujets qui intéressent mon lectorat potentiel.
  • Sans doute parce que je ne ménage pas ma peine pour dépanner les auteurs francophones qui veulent maîtriser Scrivener.
  • Sans doute parce que les mots-clés des métadonnées de mes livres et articles permettent de bons référencements dans les moteurs de recherche.

La période de précommande me permet de caler toutes ses mises au point, invisibles pour nos yeux, détectables par les moteurs de recherche. Mon expérience de vieille routarde du web me permet de tabler sur ces algorithmes bénéfiques.

Si je lançais mon livre dans l’océan numérique sans autre accompagnement en amont ou en aval, je n’aurais aucune retombée, le livre serait comme une bouteille à la mer, sans grand espoir d’être trouvée par un navigateur solitaire.

Les ressources numériques offrent des possibilités d’être trouvé même par des gens qui n’ont jamais entendu parler de nous. La sérendipité fait parfois des merveilles. Beaucoup de lecteurs m’ont connue comme ça par hasard, en cherchant autre chose. Souvent, ils m’écrivent personnellement. Je réponds tout de suite aux questions, ne laissant jamais un lecteur actuel ou potentiel sans réponse.

Établir une relation directe avec le lectorat est une priorité que j’apprécie dans la publication numérique indépendante. Construire un capital confiance est ce qui m’est le plus précieux dans ma démarche d’aide aux auteurs. Ma récompense ultime est de recevoir des messages d’auteurs me tenant au courant de l’avancée de leurs travaux d’écritures. Ces échanges n’ont pas de prix. Ils donnent vie et sens à tout mon travail.

Donc, pour être bien répertoriée par les moteurs de recherche, j’écris des articles et des livres. Plus je publie, plus se multiplient les occasions d’être mise en avant lors de recherches dans les pages Internet.

La vie m’a appris qu’on ne pouvait pas tout faire, qu’on ne pouvait pas être bon partout, que rien n’était parfait ! Mais tout est perfectible. Alors j’organise ce qui est à ma portée, dans mes cordes, me convient et me ressemble. Avec naturel et sincérité, en partageant mes compétences en toute assistance.

Demandez-vous ce que vous avez à apporter à la communauté. Partagez vos centres d’intérêt, vos sources d’inspirations, vos témoignages d’expériences différentes, apportant un regard nouveau sur certains sujets. Partagez vos connaissances et compétences. Avancez dans la confiance que vous êtes unique et sachez le dire.

Belles écritures !

Gaelle Kermen,
Kerantorec, le 13 mars 2018


Aquamarine 67 Amazon mobi Apple epub Kobo Fnac epub

La sérendipité est un anglicisme. Fiche Wikipedia. Appliqué d’abord au domaine des sciences, le mot est devenu courant depuis l’ère Internet. C’est la faculté de faire des découvertes à l’occasion de circonstances fortuites. On trouve autre chose que ce que l’on cherchait et on est content du résultat.


L’auteur
Gaelle Kermen est l’auteur de plusieurs guides francophones sur le logiciel et l’application Scrivener (Mac, Windows, iOS).

Page auteur sur Amazon (format mobi)
Page auteur sur Apple (format epub)
Page auteur sur Kobo (format epub)
Page auteur sur Smashwords (formats : PDF, epub, mobi.
Page auteur sur Iggybook (trois formats : PDF, epub, mobi, paiement direct à l’auteur)

 

Comment lire un ebook

Comment lire des ebooks

Comment lire des ebooks.png

Glossaire

Si vous cliquez sur l’icône d’un ebook sur un PC sans application de lecture numérique, il est fort probable que votre ordinateur vous propose Word pour le lire. Mais Word est un traitement de texte pour écrire et on ne lit pas d’ebook avec un logiciel d’écriture.

Les fichiers numériques se lisent dans trois formats courants : epub, mobi, PDF.


Sur Ordinateurs Pc ou Mac fixes

On peut lire sur les ordinateurs, mais c’est beaucoup moins pratique, agréable et confortable que de lire sur une liseuse ou sur une tablette, bien au chaud sous la couette en hiver ou dans sa chaise-longue l’été.

Format mobi

Pour lire le fichier mobi issu des publications faites sur la plateforme Amazon, une application Kindle a été développée pour tous les systèmes. Elle est bien organisée, à partir du compte créé sur Amazon, et permet les citations, les partages et les annotations, (si le fichier n’a pas été publié avec DRM).

Application Kindle pour PC

Application Kindle pour Mac


Format epub

Le format epub est très agréable et permet les citations, les partages, les annotations (si l’éditeur n’a pas mis de blocages, ce qui est une erreur fatale, équivalant à scier la branche sur laquelle on se croyait confortablement assis !).

Je corrige les manuscrits sur mon vieil iPad 1 de 2010, en faisant les surlignements et annotations nécessaires, c’est très pratique. Avant, je le faisais sur mon Kindle de septembre 2010, mais il n’a pas tenu le choc aussi bien que l’iPad historique, toujours aussi beau qu’à sa naissance !

Travailler ainsi sur tablette fait partie des bases de travail d’écriture comme de lecture.


Sur Mac

Pour lire le format epub, format standard choisi par la plupart des plateformes, sauf Amazon, l’application iBooks est livrée en standard sur tous les Mac : iBooks sur Mac


Sur Windows

Ebook-Reader sur Win [ https://icecreamapps.com/fr/Ebook-Reader/ ]

Calibre [ https://calibre-ebook.com/ ]

Adobe Digital Edition [ http://www.adobe.com/fr/solutions/ebook/digital-editions/download.html ]


Sur tablettes Android

Google Play [ Sélection d’applications de lectures ]


Sur iPad ou iPhone : iBooks est livré en standard

Les liseuses Nolim ou Kobo sont conçues pour lire le format epub.


Le format PDF est en général lisible par tous les supports informatiques et numériques avec le logiciel Adobe-Acrobat-Reader : https://get.adobe.com/fr/reader/


Et pour compléter mon expérience, voici un tableau récapitulatif de toutes les possibilités : http://fr.upblisher.com/e-lecteur/comment-lire-ebooks


Bonnes lectures !

Gaelle Kermen,
Kerantorec, le 15 septembre 2017


Gaelle Kermen est écrivain diariste, experte du logiciel anglais Scrivener. Sociologue polyvalente, diplômée es Sciences Humaines et Sociales des Universités françaises de Paris : la Sorbonne (66) et Paris-8 Vincennes (1969 à 72)

Gaelle Kermen a écrit des guides disponibles sur toutes les plateformes numériques en plusieurs formats de lecture : Scrivener plus simple pour Mac et Windows, pour permettre aux auteurs francophones d’écrire et publier plus facilement avec le logiciel anglais Scrivener. Le troisième guide est Scrivener plus simple pour iPad  et iPhone. Elle publie aussi ses archives Cinquante ans d’écriture en cahiers.

Chris Simon (auteur de Memorial Tour et Lacan et la boite de mouchoirs) :
« Les guides de Gaelle Kermen sont complets, faciles à utiliser et vous feront gagner des heures de recherches et d’essais !«

Scrivener ecrire un ebook en un mois #1

Le projet du guide francophone pour débuter avec le logiciel d’écriture Scrivener a été commencé le 3 décembre 2015 et terminé le 18 décembre. Deux semaines ont permis de le construire et le mettre en forme. Je m’étais lancé un défi. Il a été respecté, grâce à Scrivener.

Voici le tableau d’affichage final du Projet au 18 décembre :

Tableaufinal
Le tableau d’affichage de Scrivener permet de suivre la gestion du projet d’écriture. © gaelle kermen 2016

Il a fallu encore autant de jours pour élaguer le projet, enlever des pages entières, ajouter une Partie PUBLIER, corriger encore et encore, revoir, modifier des captures d’écran, désactiver les liens vers Amazon pour être accepté par Apple et passer le cap du Premium Catalogue de Smashwords, vérifier les conversions des plate-formes et le publier enfin. Le 31 décembre 2015, l’ebook a été mis en précommande pour la sortie du 10 janvier 2016.

http://www.amazon.fr/Scrivener-plus-simple-francophone-Collection-ebook/dp/B019XR6JQE/

Adamcover5

https://www.smashwords.com/books/view/604115

175 pages. 14 500 mots. 144 illustrations. 177 heures. Un mois de travail d’écriture intense.

Bien sûr, je maîtrisais mon sujet, avec une expérience de plusieurs mois intensifs sur Scrivener. Je ne me lançais pas en quinze jours dans l’inconnu. Sauf que je me demandais si l’ajout d’images dans les pages allait passer. J’avais renoncé à publier en 2012 un livre illustré sur le Festival de Wight 70 (avec Jimi Hendrix, Leonard Cohen, Melanie, Joan Baez, etc.) parce que le travailler sur Word était un cauchemar, avec un fichier trop lourd, qui plantait et me décourageait. Avec Scrivener, 144 illustrations sur 175 pages sont passées !

Ce dont je suis sûre, c’est qu’aucun autre traitement de texte ne m’eût permis une telle rapidité d’exécution ni ne m’aurait autant motivée à construire ce guide. Peut-être aurais-je renoncé à aller au bout de l’aventure. Avec Scrivener, j’ai été stimulée, émerveillée même, par ce que j’apprenais encore en balisant vos chemins dans ses méandres.

Maintenant, c’est à vous de prendre Scrivener en main, de l’adapter à vos besoins, d’en faire un outil productif, un compagnon de vie, une ressource d’expression de vos richesses les plus précieuses.

Que ce guide vous accompagne dans vos premiers pas ! Il n’est pas complet, il faudra faire une suite pour les utilisateurs avancés, mais déjà il vous permet de vous lancer dans votre écriture.

Avec mes meilleurs vœux pour la nouvelle Année 2016, qu’elle soit productive, riche et épanouissante.

En guise d’étrennes, vous pouvez télécharger le Roman-modèle (avec parties et chapitres) que j’ai traduit du modèle proposé dans Scrivener.

Écrivez ! Ici et maintenant !

Gaelle Kermen,
Kerantorec, le 9 janvier 2016

Scrivener est un studio d’écriture diffusé par Literature & Latte. https://www.literatureandlatte.com/scrivener.php

Couverture par Indiegraphics

***
ScrivenerSimpleCover

Gaelle Kermen est l’auteur de Scrivener plus simple, le guide francophone pour Mac, publié par ACD Carpe Diem, 2016.

Acheter le guide en ebook

amazon-iconnook-iconKobo_Icon-150x150

Smashwords_logo

 

 

Voir un extrait sur Amazon

 

Si cet article vous a plu, merci de le commenter, l’aimer, le partager. C’est ainsi que nous progressons tous ensemble depuis l’invention de l’Internet.

5 raisons de publier sur smashwords

5 premières raisons de s’autopublier sur smashwords

Self Publish on Smashwords
Self Publish on Smashwords

Aquamarine 67 est publié sur Smashwords.

J’ai trouvé ce que je cherchais, depuis bientôt quinze ans, un bon éditeur de livres numériques.

1) Site parfaitement organisé

Je suis très heureuse d’avoir choisi ce site pour publier aquamarine 67 parce que c’est la première fois, depuis quinze ans que je publie sur internet que je vois un site aussi bien fait, aussi bien pensé, aussi bien réalisé. Autant j’ai pu râler contre la plate-forme digitale d’Amazon, autant là à chaque pas, j’ai été admirative. Le meilleur compliment que je puisse faire à Mark Cover, le créateur de Smashwords c’est :  » Je n’aurais pas fait mieux !  »

Tout est formidablement organisé, cadré, prévu, négocié, structuré, tout au long de la création du compte auteur, que pour la publication des ouvrages.

2) Tous les formats prévus

Lorsque l’on télécharge son manuscrit au format .doc (disponible par Open Office si comme moi on ne veut pas utiliser l’usine à gaz de Word) ou .rtf, impeccable pour la MacManiaque que je suis, qui saisis des millliers de pages avec le tout petit TextEdit de base, la conversion se fait en tous les formats possibles et existants à ce jour.

Le site évolue avec les besoins et les technologies avec une grande réactivité. Tout est déjà prévu pour l’iPad qui n’est pas encore sorti. Il est vrai que le format choisi par Apple est le format ePub, en open source, un format que j’aime bien, agréable à mettre en oeuvre. J’y reviendrai dans mes futurs posts.

L’eBook est disponible dans tous les formats numériques : HTML, Javascript, Kindle mobi, Epub, PDF, RTF, LFR Sony, APB Palm Doc, il est donc lisible par toutes les liseuses (Amazon Kindle, Sony ou iPad, iPod, iTouch, etc) et tous les ordinateurs ou notebooks. La présentation est claire et la lecture en est confortable.

3 Distribution chez les grands détaillants

Smashwords distribue ses livres aux nombreux détaillants en ligne d’ebooks, incluant Amazon, Apple, Barnes & Noble, Kobo, Sony, et d’autres.

On pourra donc trouver Aquamarine 67 sur ma page Smashwords mais aussi très bientôt dans tous les catalogues d’ebooks en ligne.

4) Royautés plus intéressantes

Smashwords assure à ses auteurs des conditions bien plus intéressantes que ne le fait Amazon, qui propose 30% de droits d’auteur.

Ce n’est pas ce qui me motive pour écrire, mais ça a du sens.

Les droits d’auteur varient de 80%, si le livre est acheté sur ma page, à 42% sur les grands supports affiliés. Ce qui est bien plus que ce que touche un auteur de livre en papier.

royautes aux auteurs
royautes aux auteurs
Royautes aux auteurs
Royautes aux auteurs

5) Respect de l’écologie

J’aime le slogan de Smashwords : Sauvez un arbre. Publiez plutôt en ligne.

Save a tree. Publish online instead.
Save a tree. Publish online instead.

J’agrée complètement. Je suis tellement choquée du « désherbage » fait dans les bibliothèques, dès qu’un sujet devient obsolète, horrifiée de savoir que des livres sont mis au pilon si le succès n’est pas tout de suite au rendez-vous, scandalisée de savoir que des bennes entières partent aux déchetteries. J’ai trop de considération pour les livres pour accepter ça. C’est pourquoi je suis fière oui de publier mon premier livre sur Smashwords.

Author : Gaelle Kermen, Tittle : Aquamarine 67, Publisher : Smashwords Inc, ISBN : ISBN 978-1-4523-0101-3

http://www.smashwords.com/books/view/10864

© gaelle kermen 2010