Camp NaNoWriMo avril 2019 Winner

J’ai fini mon projet. J’ai mis les trophées sur mes comptes Facebook, Twitter et Instagram.

Je suis la seule sur les quatre inscrits à la cabane ScrivenerFR à avoir validé mon projet sur le site du Camp NaNoWriMo d’avril 2019.

Pourtant, au cours de ce mois, j’ai eu mon lot d’embûches pour me faire trébucher.

La chute de la cabane

La cabane d’écriture a été renversée par la tempête du 5 au 6 avril, dès les premiers jours. Pendant une semaine, j’ai fait des nettoyages autour de la cabane avant d’appeler au secours mon voisin David, qui, d’un seul coup de main, c’est le cas de le dire, a redressé la cabane, puis l’a remise sur ses bases avec l’aide de son beau-père, heureux d’apporter sa contribution. Il ne me connaissait que par ouï-dire, ce fut un plaisir de nous rencontrer.

Recaler la cabane

Après ce bon coup de main amical de mon voisinage, il me restait à caler la cabane pour que les rafales de vent ne la renverse plus. Je pouvais le faire seule.

Pourtant, j’avais des lombalgies depuis le mois précédent. Après la chute de la cabane, j’avais dû nettoyer ma grosse tondeuse thermique qui faisait des manières pour redémarrer après le repos hivernal. J’avais fini par tondre la prairie (le terrain fait plus de trois mille ares, ce n’est pas un petit bout de gazon) et je me sentais plus fragile que d’habitude.

Un routine quotidien avec le soleil

Vivant désormais à l’heure solaire, je suivais le rythme naturel du jour, me réveillais avec les oiseaux et dès l’aube j’avançais mes manuscrits de deux guides pratiques sur l’écriture sur l’iPad avec Scrivener iOS et sur l’application AeonTimeline.

Je me couchais après la tombée du jour et dormais d’un bon sommeil. L’avantage d’une vie réglée sur la nature.

Quatre à cinq mois de travail

Un premier jet des deux livres avait été fait au cours des trois mois précédents.

Il s’agissait ce mois d’avril de construire de vrais livres à partir des notes déjà mises en chapitres et sections, au fil de l’inspiration.

Le premier jet rassemble les matériaux et pose les fondations.

La relecture monte les murs et le toit.

La révision apporte les aménagements intérieurs.

Une semaine de travail au jardin

Après la remise sur pied de la cabane, il a fait assez beau et chaud pour que je travaille aussi sur les aménagements des terrasses, en créant une pergola en auvant pour caler la cabane du côté sud, d’où était venues les rafales de tempête.

Du côté nord, j’avais tout de suite contreventé la cabane par des chevrons récupérés sur les lucarnes du toit de chaume réparé en ardoise à l’automne dernier.

Après la pergola, il fallait aménager les parterres devant la terrasse de la cabane d’écriture.

C’était un peu fatiguant. Certains jours, je ne pouvais plus me lever.

Pendant une semaine, je n’ai pas pu travailler aux deux guides en cours.

La reprise finale

Et puis, le mauvais temps revenu, je n’avais plus que ça à faire : finir de relire et réécrire le manuscrit.

Je l’ai fini et validé ce matin.

Parce que je ne supporte pas l’idée d’avorter encore et encore.

Le complexe de l’avortement

Le 25 Mai 1973, j’ai subi un avortement à Londres.

C’est un des plus douloureux souvenirs de ma vie.

Depuis, je ne supporte plus de ne pas aller au bout des projets entrepris.

Je pourrais élaborer un concept sociologique du complexe de l’avortement.

Si je m’engage, je finis ce que j’ai accepté.

Même si je mets du temps pour le faire, je ne renonce pas à faire ce que j’ai commencé.

Aller au bout du chemin

Malgré les imprévus et les fatigues, je suis allée au bout du chemin. Je suis légitimement fière de moi.

C’est le travail de quatre mois intenses, qui va se prolonger au mois de mai pour la mise en forme en ePub pour la bêta-lecture d’abord, en différents formats pour les publications ensuite.

Car un livre n’existe vraiment que s’il est publié.

L’engagement dans le Camp NaNoWriMo m’a permis d’écrire plusieurs livres depuis 2017.

Écrire ces livres me donnent du bonheur.

Le bonheur, ça ne se refuse pas.

Je ne boude pas le mien.

Je vous souhaite de trouver le vôtre.

Gaelle Kermen,

Kerantorec, le 25 avril 2019

P.S. Ne me dites pas que j’ai de l’énergie !

Je n’en ai pas beaucoup. L’expérience de la survivance m’a appris à la gérer au mieux.

C’est pourquoi je transcris mes divers chantiers intellectuels et physiques. Tant qu’il m’est possible, je veux transmettre les stratégies qui marchent pour moi.

Si j’ai de l’énergie, c’est souvent celle du désespoir.

Au lieu de renoncer, j’en fais un bon carburant pour réparer, entretenir, construire et conserver ce lieu qui me porte et m’inspire, dont je suis responsable et gardienne du seuil.

Et j’aime ça !

Changement d’heure : je fais sécession, je reste en heure solaire

#solaire #fuseauhoraire #heuresolaire #changementdheure #heuredete


Aujourd’hui dimanche 31 mars la France et d’autres pays de l’Europe ont avancé l’horloge d’une heure. C’est aussi le cas à Londres et à Lisbonne qui sont passés à notre heure d’hiver.

Or moi je veux vivre à l’heure solaire, au plus près des rythmes de la nature, tels que je les perçois dès que j’ouvre les yeux le matin et les referme le soir, plus ou moins tard au fil des saisons selon l’amplitude du soleil sur mon coin de terre bretonne.

Ce matin, il était 5:17 quand j’ai entendu les premiers gazouillis des oiseaux. Signe que la nuit s’achève, le jour va se lever, le soleil irradier, nous chauffer, nous rendre heureux. J’aime ces heures avant les bruissements trop souvent violents du monde.

À l’heure légale, il était déjà 7:17. Demain à cette heure-ci, bien des gens devront se lever avec peine, allumer les lumières alors qu’il fait encore nuit, allumer le chauffage parce qu’il ne fait pas bien chaud, seulement 6° en Bretagne sud, il doit faire plus froid ailleurs, dans des contrées moins douces. Je ne vois pas bien l’avantage en économies d’énergies. Encore moins si on reste à cet horaire toute l’année comme il en est question en Europe.

Je fais sécession et résistance et reste à l’heure solaire toute l’année.

J’ai dû au réveil décaler le fuseau horaire de mon iPad.

Réglages > Général > Date et heure > décocher Réglable automatique > Fuseau horaire

Lorsque j’avais décidé de rester à l’heure solaire il y a quelques temps, je m’étais calée sur le fuseau horaire de Londres ou de Lisbonne. Mais dans la nuit ils sont passés de leur heure solaire d’hiver à une heure d’été qui est notre heure d’hiver légale. J’ai dû repasser au fuseau horaire de Reykjavik en Islande pour pouvoir rester à l’heure solaire naturelle.

Heureusement, pour ne pas trop m’emmêler les crayons, l’application Calendrier me signale que l’heure légale d’été a deux heures d’avance sur mes créneaux horaires. Elle affiche les horaires en UTC+2.

Petit bilan de vie en heure solaire : très confortable, beaucoup moins d’angoisse, bien plus de temps devant moi ! Un seul regret : ne pas l’avoir fait plus tôt !


Gaelle Kermen, Kerantorec le 31 mars 2019


Sur l’auteur

Gaelle Kermen est l’auteur de la série des Scrivener plus simple, les guides francophones pour Mac, Windows et iOS, publiés sur toutes les plateformes numériques depuis 2016. Elle met à la portée des auteurs de la Francophonie les logiciels et applications dont les manuels et documentations sont en anglais. Son expérience en informatique et numérique lui permet de guider au mieux celles et ceux qui cherchent à exprimer leur potentiel créatif.

Diariste depuis les années 60, elle publie cinquante ans plus tard son Journal de vie.
Auteur d’Aquamarine 67, 2010, Le Festival de Wight 70 vu par 2 Frenchies, 2017, Des pavés à la plage Mai 68 vu par une jeune fille de La Sorbonne, 2018.

Elle restaure et entretient elle-même son domaine et sa chaumière. Elle prépare une série sur l’histoire de son village et les travaux qu’elle y exécute pour marcher dans la beauté.

Fac de Vincennes-1969-mars

samedi 1 mars 1969

peu à peu mes muscles reprennent leur place et mon souffle sa cadence
mais je n’ai pas envie de parler
maman ne le comprend pas
alors je me plonge dans la baignoire bleue avec le marxisme du XXe siècle

après-midi on commence en famille à écrire les adresses pour gault et millau pendant qu’ils parlent à la radio des amusements de paris de bouffe de clubs privés
comme si les jeunes n’avaient que ça à penser s’amuser

margot et simon arrivent

on dîne ensemble en bas

et puis ils partent avec ma sœur au théâtre de la huchette voir la cantatrice chauve de ionesco

je reste très éveillée à écrire ces foutues adresses jusqu’à presque trois heures du matin


dimanche 2 mars 1969

adresses adresses adresses

tour de notre société de consommation

margot descend puis revient avec des fleurs des anémones assorties à mes couleurs d’aujourd’hui qui s’éclaboussent doucement sur le mur blanc

simon m’apporte une rose
pour mon anniversaire demain

aujourd’hui c’est celui de pierre
il y a un an il avait trente ans

moi demain j’aurai vingt-trois ans
ma sœur m’offre le lever du jour de joan baez
un livre des rêves des pleurs dans un grand vide une force de violence d’amour

je ne me sens plus ces délires d’angoisses d’il y a deux ou trois ans
où vais-je


lundi 3 mars 1969

écoute-moi dieu veille sur lui de très près il est plus fragile que la plupart des gens et en outre je l’aime

joan baez pour bob dylan

matin gris

on part vers les nouvelles messageries de la presse parisienne

je reviens mourante de souffle et m’endors sans aller au cours de casamayor

petrus me réveille pour me souhaiter mon anniversaire c’est merveilleux qu’il ne m’oublie pas

vincennes
philippe et les autres
un a les yeux verts
je n’ai pas envie de travailler
rémy
rémy veut qu’on souhaite ensemble nos deux anniversaires

philippe les autres

un type se vante de ses exploits sur les coins de table et dans les lavabos dans tous les coins de vincennes

il nous déprime

pas envie de travailler

philippe bibliothèque
il a sa petite amie de médecine près de lui mais son attitude avec moi ne change pas

malgré moi je cherche daniel

soir cours avec rémy

soir je pars avec lui

je n’ai pas trouvé daniel

je ne veux pas mourir

nuit chez rémy

j’ai trop bu

je n’en peux plus


mardi 4 mars

je suis rentrée au matin

j’étais jolie bien maquillée et affreusement triste dans l’appartement gris de blanc

maintenant il fait beau parce que j’ai dormi

le jour s’est levé enfin
je n’en pouvais plus d’attendre

je vais sortir dans les rues avides de printemps
et puis je reviendrai et j’inventerai de jolies choses
à habiter

mais dieu que je suis seule sans pierre je n’ose l’admettre pourtant
je ne sais même plus de quoi j’ai envie

plus tard

le soleil est toujours là mais je pourrais pleurer

visage yeux daniel illusion

j’ai lu joanie baez

qu’est-ce que je fais de ma vie

au fond je ne crois à rien


mercredi 5 mars 1969

ce matin je dois enregistrer rouvier sur magnétophone pour conserver une preuve orale de ce qu’il va promettre à propos du problème des non-bacheliers

j’ai fait un effort pour me lever tôt
j’ai oublié la nuit désolante avec rémy qui ne méritait pas ça
je ne devrais pas boire autant

il fait beau la journée va être intéressante
j’ai du mal à respirer

tiens une lettre sous la porte
je l’attendais
timbre anglais
c’est de pierre
il a froid il a faim il n’a plus d’argent
à peine un je t’embrasse

je suis furieuse

mais au fond pour que pierre m’écrive une telle lettre difficile à écrire il faut qu’il m’aime vraiment ou du moins qu’il m’ait en grandes confiance et estime

toute la journée je vais très bien travailler
enregistrant au magnétophone nos débats sur l’ordre contestataire
assistant à deux cours jusqu’à neuf heures du soir

pas vu daniel


jeudi 6 mars 1969

réveil à neuf heures
en chantant
for just one too many mornings
and a thousand miles behind
de dylan

à dix heures et demi je suis prête lavée habillée maquillée
maison rangée

je commence à décrypter les enregistrements
fenêtres ouvertes dans le soleil
un pigeon a traversé l’horizon

avarro l’ami de penny arrive m’apporter la fin de sa thèse de doctorat d’histoire à taper sur l’histoire de l’esclavage

puis juste avant son départ arrive marc avec qui je travaille l’exposé
il me plaît il me plaît pas
la question ne se pose pas il a une femme et une petite fille

je me sens très démunie presque frustrée toute la journée
à vincennes toujours rencontres multiples discussions
en fait assez peu de travail
un cours celui de christian toujours adorable


vendredi 7 mars

soleil soleil soleil
j’ai envie d’un tas de nouvelles choses
je m’habille dingue
robe jaune ultra courte un petit foulard sur fond noir et de longues jambes noires

quand j’arrive à vincennes je rencontre luc et myriam que j’ai vus pour la première fois l’autre matin au cours de rouvier et pendant nos débats sur l’ordre contestataire

l’a g a lieu dans le bassin vide au soleil assis par terre
qu’est-ce que nous attendons

la marée dis-je

quelques guitares quelques folksongs de derrière les fagots
c’est le printemps
errances dans la fac assoupie

je m’engueule un peu avec rémy

finalement je pars avec luc et myriam au quartier

il fait trop beau
on fout rien
j’ai envie de tout


samedi 8 mars 1969

magasins tissus ceintures claquantes rêves d’autres choses
temps toujours joli

je n’ai pas tellement de courage pour me mettre au travail

luc m’appelle il veut venir prendre un pot ici
j’accepte
il vient l’après-midi

le soleil s’attarde sur le balcon
jeux de séduction en paroles
j’ai peut-être surtout envie de rire

il doit aller ce soir bouffer chez myriam il voudrait que j’y aille avec lui
moi ça ne me dit rien
myriam je la trouve très bien

ce genre de situation j’en ai assez
alors après son départ plutôt que d’attendre son coup de téléphone je pars à saint-leu avec ma sœur et la machine à écrire
ça évitera les complications


dimanche 8 mars saint-leu

dimanche joli ensoleillé
ma petite chatte nous prépare des bébés et fridu est toujours attendrissant

cet exposé nous ne l’avons pas suffisamment préparé


lundi 10 mars 1969

j’arrive en retard au cours de casamayor qui n’a pas encore commencé
luc et myriam sont là
je m’assieds près d’eux

j’entends alors casamayor demander
qui est gaelle kermen

je dis c’est moi

il me félicite chaleureusement
il a beaucoup apprécié mon devoir
il paraît que c’est très bien ce que j’écris que c’est excellent et tout

c’est bien la première fois que je me fais ainsi remarquer par tout un amphi
je rougis de plaisir

luc commence l’exposé puis marc
ils ne font qu’aborder l’introduction du sujet

casamayor me demande mon opinion et apprenant que je fais partie de leur groupe les prend à témoin

comment vous avez gaelle avec vous
mais alors foncez
vous avez vu comment elle écrit
n’hésitez pas

il a un impact formidable en disant ça avec toute sa fougue
je suis très heureuse
casamayor je l’estime
c’est un grand bonhomme
il peut m’aider
à oser être moi-même

luc et moi sans myriam au cours de droit constitutionnel
intéressant

vincennes c’est un feu d’artifices de connaissances et de découvertes
à nous de continuer

luc et les autres
marc rémy
luc m’appellera
je rentre au quartier avec marc

je passe rue visconti
je ne sais pas quoi faire pour pierre


mardi 11 mars

a time of peace i swear it’s not too late

jour de grève générale

papa va passer la journée ici il n’est pas dérangeant il dort

onze heures trente le téléphone me réveille je respire difficilement c’est luc
myriam n’est pas encore arrivée il a envie de venir ici
je dis mon papa est là
il dit bon alors non

myriam arrive
me parle très fort
mais je l’aime beaucoup cette fille
et bêtement hier j’étais jalouse d’elle

mon dieu les types il ne faut pas se laisser aliéner par eux
je n’ai pas le temps

papa est heureux de lire mon devoir
et fier de moi

je suis fatiguée
mais tape la thèse d’avarro bien et plus vite

le soir simon arrive
il était à la manif
il a rencontré philibert


mercredi 12 mars

qui m’a appris à écrire
patrice et michel cournot bob dylan anton tchekhov jd salinger
et jean-louis cure peut-être
je le dis maintenant il était un grand poète et je n’ai pas su voulu pu l’aimer ni le comprendre

j’ai retrouvé daniel
j’ai eu raison d’attendre de dire non à luc et aux autres
il était tard
j’ai attendu

il pleuvait un peu
nous avons marché
tous les deux
de la bastille à la république le parcours de la manif d’hier
sourires complices entre les gouttes

je l’attendais
demain
nous n’avons jamais été au cirque


jeudi 13 mars

hier il m’avait demandé si je venais aujourd’hui à la fac et m’avait dit à demain
je suis allée au cours

plus tard à l’étage au-dessus du département droit passant devant une salle de philo je l’ai vu il m’a fait un signe

j’ai reconnu françois châtelet
je l’avais déjà vu en 64 avec noëlle jospin place de l’odéon dans un restaurant

j’avais un autre cours de droit
et j’ai de nouveau perdu daniel

je n’aime pas les vitres entre nous

demain je repars à nantes parce que je dois aller toucher mon premier terme de bourse avant le quinze à midi

il est des bonnes surprises

mais j’ai raison de penser
chaque jour
que je suis heureuse de vivre


vendredi 14 mars

je partirai en fin d’après-midi
j’appelle gene j’ai hâte de la voir
mon dieu je pense que j’aurais été si heureuse d’aller à nantes si le bébé avait vécu

vincennes
rémy toujours caressant tout doux
un peu cassant aussi
mais il me fait rire

débat pour l’exposé
ça fouare pas mal
quand apprendrons-nous à travailler ensemble

et puis luc me révolte il n’a aucune notion du manque d’argent de l’insécurité
je sors
je ne trouve pas daniel
je pars

train je lis

nantes gene chérie
choc en ne la voyant plus ronde ni épanouie comme avant
j’aimerais pouvoir faire quelque chose mais quoi
elle est révoltée
on le serait à moins


samedi 15 mars

nous parlons nous parlons ça lui fait du bien elle est angoissée par son isolement à nantes avec ses deux gosses souvent sans paul qui voyage beaucoup pour son travail

elle n’a plus l’envie même de faire la cuisine
elle est lasse
n’a plus de courage

ma grande gene si forte
il faudrait qu’elle vienne nous voir à paris que je lui fasse des robes qu’elle s’occupe de sa tête

je vais à la fac on me donne mon chèque 1392,00 F pas mal
je suis toute sautillante
au passage j’achète des jonquilles pour gene

puis trop rapidement le déjeuner avec les enfants

le départ en taxi
la gare

j’ai laissé gene dans un sale état
elle ne mérite pas ça
c’est trop injuste


dimanche 16 mars

boulot sur la thèse d’avarro

puis je couds mon pantalon de lainage blanc

les cousins simon et jakez arrivent en fin d’après-midi et vont nous chercher des pâtisseries arabes écœurantes et dégoulinantes à souhait

nous prenons le thé

luc m’appelle il m’a déjà appelée hier pour que j’aille bouffer chez myriam

moi je n’ai encore rien fait

à onze heures je commence

paul arrive on l’héberge pendant son voyage éclair à paris

je travaille jusqu’à quatre heures et demie du matin
je ne suis pas folle de joie de ce que j’ai fait


lundi 17 mars saint patrice

le temps est incertain mais je tiens à mettre mon pantalon blanc pull blanc chaussures vernies blanches foulard féraud en soie rouge chaussettes rouges et manteau marine

je suis un peu en retard mais très jolie

comme j’allais m’excuser casamayor s’avance vers moi pour me serrer la main avec chaleur

martine est avec sa petite fille muriel

ça me frustre toujours de voir les bébés des autres

film sur mai et on commence l’exposé

enfin je commence très à l’aise
trop peut-être
mais je m’amuse

les autres continuent
ensuite discussion

l’après-midi je m’endors au cours de droit constitutionnel je suis complètement vaseuse et puis

peu après notre sortie devant le département droit je retrouve daniel
nous rentrons ensemble

à nation nous échangeons nos numéros de téléphone
à demain peut-être


mardi 18 mars

journée de récréation
daniel va m’appeler venir
ce sera bien j’ai envie de lui

envie au fond je ne sais
je n’ai plus du tout envie de baiser pour baiser
ça c’est sûr

et puis la journée passe

je vais à la banque et perds toute l’après-midi du côté des champs élysées

a-t-il appelé n’a-t-il pas
je ne sais
nous avons le temps
beaucoup de temps
c’eût été trop tôt

je tape la thèse d’avarro

j’ai acheté quelques jolies choses

et pour l’instant j’enregistre donovan à la radio europe 1 sur campus de michel lancelot


mercredi 19 mars

temps éclaboussé de soleil
vrai printemps demain mais aujourd’hui déjà

alors je suis pleine d’ardeur je finis ma tunique de lainage blanc et le bermuda assorti

je tape deux ou trois pages
c’est long une thèse d’histoire

j’arrive à vincennes dans l’après-midi
luc m’embête enfin il ne m’amuse plus s’il m’a amusée

cours de poulantzas

puis cafétéria avec christian duc
il admire ma tenue avec force termes délirants puis nous discutons d’histoires de cul évidemment

puis arrive daniel qui me cherchait partout depuis ce matin

cours de socio économique près de martine qui est intéressante

à huit heures je rejoins daniel au cours de psychanalyse de leclaire

plus tard arrive marianne

mais daniel rentre avec moi et reste dormir ici

échec

je ne comprends plus ce qui se passe

daniel m’emmène manger près des anciennes halles espérant que ça ira mieux ensuite mais c’est de plus en plus mauvais

je ne sais plus faire l’amour

je ne peux plus faire l’amour

et je n’ai pas vraiment envie de faire l’amour

alors nous dormons


jeudi 20 mars

c’est seulement aujourd’hui vers midi que nous arrivons à le faire cet amour comme si c’était une obligation pour ne pas se quitter trop déçus

mais ça me déprime

pierre m’a traumatisée

ou je ne sais quoi

je ne comprends plus

vincennes l’après-midi

je me sens assez mal et dois quitter un cours

je retrouve philippe et lui raconte mes malheurs

puis christian mon adorable homosexuel oriental

bref nous passons la soirée à parler de cul


vendredi 21 mars

thèse thèse thèse
je n’ai pas le temps d’aller à vincennes
thèse thèse thèse

ce soir je vais rue guynemer invitée par petrus à une boom
je dois y retrouver isabelle qui m’a appelée l’autre soir
patrice sera là sans doute

je veux être éblouissante
je m’achète quelques somptueuses choses
volupté de pouvoir dépenser de l’argent
après si longtemps

j’aime vivre vite
être occupée à plein comme aujourd’hui

soir simon vient dîner avec nous et reste avec moi pendant que j’attends daniel qui doit venir me chercher ici et tarde et tarde et me rend folle

j’ai trop de soirs attendu pierre pour supporter ça à nouveau

enfin il arrive et nous partons

la première personne rue guynemer est patrice qui ne me reconnaît d’abord pas et constate que décidément je change chaque année
normal je grandis

on tombe sur une nana qui prétend avoir assisté à mon exposé l’autre jour à vincennes au cours de casamayor

isabelle françois et antoine de g
ces gens connus il y a quatre ans à peu près

jean-françois qui ne me reconnaît pas non plus tout de suite mais est ravi de me revoir et reste discuter avec moi presque tout le temps en critiquant les gens comme avant
je l’aime beaucoup

mais je guette patrice et j’arrive à lui parler quelques minutes de droit de son métier et de casamayor

patrice tu es moins beau qu’avant mais je t’ai aimé tu me donnes envie de travailler et je ne peux m’empêcher de penser que si je t’avais écouté j’aurais maintenant ma licence en droit et je n’aurais pas tout gâché

mais je n’aurais pas non plus connu pierre ni balmain ni kiki féraud ni la sorbonne libre ni casamayor et je n’aurais pas comme maintenant envie de te parler de droit et de justice

je rentre avec daniel tout gentil

mais ça m’a fait un choc de revoir patrice

j’aimerais de nouveau

oh je ne sais pas

je crois que ce qui me gênait chez lui était son manque d’humour

ou alors je n’étais pas réceptive au sien


samedi 22 mars

soirée chez louis féraud avec kiki yves et son ami et aussi le chien sloopy un labrit des pyrénées le chien de mia fonsagrives la seconde femme de louis


dimanche 23 mars

hier soir marianne est venue ici je ne l’ai pas vue j’étais chez kiki
elle trouve que daniel et moi allons bien ensemble
c’est faux je crois que nous pourrions arriver à bien faire l’amour tous les deux mais je ne sais pas si ça me suffit
je m’ennuie un peu avec lui
c’est pas encore ça
et je n’ai pas de temps à gaspiller

heureusement anne et moi avons un boulot fou qui ne laisse pas de place pour un bonhomme

j’ai envie de bosser comme une dingue et de gagner du fric
pour égaler les cournot les féraud et tous mes petits amis plus fortunés
les égaler socialement comme intellectuellement


lundi 24 mars

je ne vais pas au cours de casamayor

je n’ai pas le temps il me faut finir la thèse d’avarro pour demain

alors que je pars à vincennes vers midi et demi on me téléphone de la fac c’est patrick qui m’invite à aller demain soir au théâtre pour faire la foule parce que la radio va venir enregistrer et tout

de toutes façons je le retrouve à vincennes juste avant le cours de droit constitu

lui les autres philippe et tous viennent au théâtre demain ça va être drôle

exercice écrit en constitu intéressant

je ne vois pas daniel alors je rentre au quartier avec philippe décidément on s’entend bien

hélène chérie

benoît effrayant


mardi 25 mars

hélène vient travailler aux mailings de gault-et-millau

elle est ponctuelle dix heures pile


jeudi 27 mars

départ pour nantes pendant les vacances


samedi 29 mars

saint julien g a e c groupement agricole d’exploitation en commun treffieux rené philippot


dimanche 30 mars

bernard lambert à teillé avec tonton francis et simon


lundi 31 mars

nantes chambre d’agriculture bernard thareau


Écrit en mars 1969 publié in Maquisards du Bois de Vincennes, Gaelle Kermen, 2011 books2read.com/u/brG76M
Gaelle Kermen, Kerantorec, le 30 mars 2019


Fac de Vincennes-août-1969 / Fac de Vincennes-juillet-1969 / Fac de Vincennes-juin-1969 / Fac de Vincennes-mai-1969 / Fac de Vincennes-avril-1969 / Fac de Vincennes-1969-mars / Fac de Vincennes–1969-février / Fac de Vincennes 1969-Janvier



Gaelle Kermen est l’auteur des guides pratiques Scrivener plus simple, le guide francophone pour Mac, Windows, iOS et Scrivener 3, publiés sur toutes les plateformes numériques.

Diariste, elle publie les cahiers tenus depuis son arrivée à Paris, en septembre 1960. Publications 2018 : Journal 60 et Des Pavés à la plage Mai 68 vu par une jeune fille de la Sorbonne.

Vaguemestre depuis 1997, blogueuse des années 2000, elle publie plusieurs blogs sur ses sujets de prédilection, l’écriture sur gaellekermen.net, les chantiers d’autoconstruction sur kerantorec.net, les archives d’un demi-siècle sur aquamarine67.net et les voyages ici ou ailleurs sur hentadou.wordpress.com.

Livres audio gratuits Librivox en français : Mémoires d’un paysan bas-breton

Je partage cette magnifique découverte des livres audio gratuits sur Librivox, qui m’apparaît aussi importante que celle que j’avais faite avec ebookslibresetgratuits lorsque je suis passée à la lecture numérique. La solution auditive peut pallier les problèmes de vue ou de main.


Essai d’Audible

J’avais testé la formule Audible, mais l’avais abandonnée, la trouvant trop onéreuse pour mon budget actuel. L’essai proposé par Amazon devait être gratuit, mais quand j’ai vu mon relevé de compte, 60 euros avaient été prélevés ! J’avais testé trois livres, des best-sellers du moment, valant chacun autour de 20 euros. Je les ai donc payés et non pas essayés. Je l’ai vu trop tard pour réclamer, mais je n’ai pas du tout aimé le procédé et le déconseille.

  • La vie secrète des arbres, Peter Wohleben, lu par Thierry de Montalembert
  • Au revoir là-haut, lu par l’auteur Pierre Lemaître (un régal !)
  • The Innovators, Water Isaacson, lu par Dennis Boutsorakis.

J’ai résilié l’abonnement, les livres restent dans ma bibliothèque. Après tout, je les ai payés. Il m’arrive de réécouter un chapitre, comme récemment, au moment du 8 mars d’hommage à quelques femmes, le chapitre sur Ada Lovelace, grâce à qui nous pouvons écrire et lire en ce moment sur ordinateurs et tablettes. Le premier programmeur du monde est une femme, la fille de Lord Byron.

J’avais laissé tombé la question des livres audio, trop chère pour moi, mais j’ai des proches souffrant de DMLA qui ont du mal à lire les livres sur papier ou tablette. Je pensais donc à la solution auditive. Je viens de trouver une solution abordable et riche sur le site de Livres audio, pas aussi riche encore que les bibliothèques numériques en ligne, que je pratique depuis une dizaine d’années, mais déjà bien garni.


 

Un document exceptionnel sur la vie des pauvres au XIXe siècle

J’ai commencé par un document écrit à la fin du XIXe siècle, publié en partie par Anatole Le Bras en 1905, la suite fut perdue, oubliée, puis retrouvée et rééditée in extenso en 1998 par une petite maison d’édition bretonne dirigé par Martial Ménard, An Here, qui vendit 300 000 exemplaires, en partie grâce à l’enthousiasme de mon ami Michel Polac dans une chronique radiophonique.

Redécouvrant ce texte, lu par André Rannou, sur Librivox, j’ai le même enthousiasme ! Quel style ! Quelle sincérité ! Quelle clarté ! Quelle liberté ! Une bouffée d’air frais et sain !


 

 

Télécharger l’application Livres Audio

L’application est disponible sur Google Play pour Android et sur App Store pour iOS.

On peut utiliser l’application sans s’enregistrer nulle part. On peut aussi utiliser son compte Google pour s’enregistrer, puis supprimer la pub.

L’application s’intitule Littérature Audio sur le site App Store, Livres Audio sur l’iPad et l’iPhone. Elle a le mérite d’être en français. Les autres apps sont en anglais.


Trouver un livre audio

La liste qui s’affiche se fait par Titres. Ici, j’ai réglé la langue sur Français et j’ai cliqué sur Philosophie dans Genres. La publicité s’affiche en haut et parfois aussi au milieu.


Supprimer la pub

J’ai enregistré l’application avec mon compte Google.

Puis, sur le site d’Apple, par PayPal, j’ai payé 2,49€ d’abonnement annuel à Librivox, site gratuit de livres audio, qui propose cet abonnement symbolique pour enlever les publicités de monétisation du site. L’abonnement mensuel est de 0,49€, ce qui ferait 5,88€ par an.

Lorsque l’abonnement est enregistré, le choix est coché, l’application se ferme, puis se rouvre sur des pages sans publicité.

Ensuite, le choix des livres est plus aisé dans le Catalogue, en particulier par Genres.


Un pauvre bas-breton égal de Chateaubriand

Je n’ai pas hésité une seconde à payer cette obole de 2,49€, comme je le fais sur tous les sites que j’utilise gracieusement, tenus par de formidables bénévoles, tant je suis impressionnée par la qualité de l’ouvrage que j’écoute depuis hier : Mémoires d’un paysan bas-breton de Jean-Marie Deguignet, publié en 1904 par Anatole le Braz, l’auteur célèbre de La légende de la mort, à qui Jean-Marie avait confié ses 24 cahiers avant de mourir.

Le texte est magnifique de simplicité et de clarté, formidablement servi par la voix d’André Rannou, dont le reste d’accent breton nous met tout de suite dans l’ambiance du texte. Un régal ! Une merveille !

Il est bon de savoir qu’un pauvre bas-breton trouve plus d’un siècle après sa mort la reconnaissance de la littérature universelle auprès des Mémoires d’Outre-Tombe du très célèbre comte de Chateaubriand.

Jean-Marie Deguignet l’avait rêvé, c’est arrivé ! Honneur !

Pouvoir accéder à une bibliothèque universelle en écoute me met en joie. Si jamais je ne pouvais plus lire, j’aurais encore une grande source de littérature…

Gaelle Kermen, Kerantorec le 15 mars 2019

P.S. Le livre audio a tendance à m’endormir. Pour ne pas laisser filer le livre jusqu’au bout, on peut régler le temps d’écoute du chapitre en cours.


Crédits

Hommage à Martial Ménard, 1951-2016, le premier éditeur de Deguignet, An Here, 1998

Fiche Wikipedia de Jean-Marie Déguignet

Wiki source de Mémoires d’un paysan bas-breton, texte entier

À écouter sur Librivox

Ouvrage audio lu par André Rannou, donneur de voix volontaire, dont j’aimerais connaître plus.

Site originel : https://librivox.org/


Sur l’auteur

Gaelle Kermen est l’auteur de la série des Scrivener plus simple, les guides francophones pour Mac, Windows et iOS, publiés sur toutes les plateformes numériques depuis 2016. Elle met à la portée des auteurs de la Francophonie les logiciels et applications dont les manuels et documentations sont en anglais. Son expérience en informatique et numérique lui permet de guider au mieux celles et ceux qui cherchent à exprimer leur potentiel créatif.
Diariste depuis les années 60, elle publie cinquante ans plus tard son Journal de vie.
Auteur d’Aquamarine 67, 2010, Le Festival de Wight 70 vu par 2 Frenchies, 2017, Des pavés à la plage Mai 68 vu par une jeune fille de La Sorbonne, 2018.
Elle restaure et entretient elle-même son domaine et sa chaumière. Elle prépare une série sur l’histoire de son village et les travaux qu’elle y exécute pour marcher dans la beauté.

Mon bilan de Mai 68 pour comprendre le mouvement des Gilets jaunes 1 : qu’est devenu Bablon?

Comprendre le passé. Apprécier le présent. Préparer le futur.

Lorsque j’ai écrit Des pavés à la plage, Mai 68 vu par une jeune fille de La Sorbonne, je voulais comprendre ce qui faisait que nous en parlions encore 50 ans plus tard. Dans mon bilan de 2018, j’espérais que le peuple se soulève. Le mouvement historique comme celui des Gilets jaunes va au-delà de mes rêves et j’apprécie le présent. Je publie ici les derniers chapitres du livre qui donnait des pistes de réflexion pour préparer le futur.

mai68-disquepoesie
Archives personnelles 1967-68

Nota Bene : je fais des économies de redevances de domaines internet et supprime mes autres blogs pour rassembler toutes mes productions depuis dix ans dans celui-ci : gaellekermen.net

Les sujets en sont variés comme le sont mes passions dans la vie. J’espère qu’ils vous intéresseront et vous stimuleront à apporter vos pierres à l’édifice commun d’une société plus humaine et naturelle.

Voici mon premier bilan de mon Mai 68 sur mon camarade compagnon de l’époque Michel Bablon (1938-2012).

Bablon68
Portrait de Michel Bablon 67

Qu’est devenu Bablon ?

Sur mon blog d’archives aquamarine67.net, j’ai commencé, avant la parution de cet ouvrage, à publier des articles sur mes souvenirs de Mai 68, dans la catégorie Il y a cinquante ans.

J’ai commencé par la Une de l’hebdomadaire Le Nouvel Observateur du 30 avril au 7 mai 1968 sur le film de Michel Cournot à Cannes.

J’ai continué par l’inauguration de la boutique de mode Mia et Vicky le 3 mai 1968 au 21 rue Bonaparte, à l’angle de la rue Visconti.

Le troisième article est sur la photo prise l’après-midi du 3 mai 1968 dans la cour de la Sorbonne, j’y parle des personnes reconnues, en plus de Daniel Cohn-Bendit, Brice Lalonde, Jacques Bleiptreu et Michel Bablon, enfin retrouvé dans des photos d’archives, après des décennies de recherches vaines.

Des photos tirées de mes archives seront disponibles sur mes blogs pour en visualiser certains aspects.

Je ne voudrais pas finir ce livre sans donner une idée de ce qu’est devenu Michel Bablon, qui n’a pas eu la lumière des projecteurs médiatiques posée sur lui comme d’autres militants politiques.

Nous nous sommes connus, aimés, déchirés, aimés encore, séparés, retrouvés, de nouveau séparés et enfin perdus.

Si le lendemain du 22 mars, j’avais eu la tentation d’en finir, il m’avait aidée à devenir « qui » j’étais dans une démarche nietzschéenne consciente. Il m’apprenait aussi le détachement et je lui rends grâce à l’âge avancé de ma vie d’avoir appris de lui qu’il ne faut jamais compter que sur ses propres forces, comme disait le camarade Mao à l’époque.

Bablon n’était pas maoïste, mais se tenait informé de ce qui se passait en Chine populaire, il avait des revues chinoises, j’ai dû les détruire fin juin ou début juillet quand nous craignions une descente de police qui risquait de le faire expulser de France. Nous écoutions aussi la radio de propagande diffusée depuis l’Albanie.

Je crois qu’il était surtout guévariste, il dormait souvent sur le lit de camp de l’atelier pour s’entraîner à être un bon guérillero. Pour lui, j’avais un point commun avec le Che, j’étais aussi asthmatique. Mais, Bablon n’en parlait pas beaucoup et je n’ai pas de souvenir de discours d’endoctrinement.

Il m’encourageait plutôt à être moi-même, à suivre mes propres routes, à exploiter mes propres talents. Il disait que je pouvais être une « locomotive » pour les autres.

Oui, je peux lui rendre grâce si longtemps après d’avoir continué le travail de confiance initié par mes propres parents avant lui, consolidé l’année suivante par Casamayor, qui m’avait demandé des articles pour la revue Esprit et mis le pied à l’étrier de l’écriture.

La fin de Bablon

Le 12 juillet 1968 au soir, j’avais demandé à Bablon de m’emmener à la gare Montparnasse pour rejoindre ma terre natale en Bretagne après les délires parisiens du ménage à trois depuis le retour de sa précédente compagne arrivée de Toulouse dix minutes avant que je ferme l’appartement de la rue Visconti, alors que je venais de brûler les documents politiques compromettants.

À dix minutes près, nos vies prenaient une direction différente.

Soudain, il fallait que je change d’air. J’avais besoin de retrouver la plage après les pavés. Même si je n’avais pas jeté de pavés, si j’avais seulement apporté mon aide à l’expérience d’autogestion qu’était la Sorbonne occupée, j’avais besoin de m’allonger sur le sable et de reposer mes muscles fatigués.

Plus tard, Bablon est parti vivre à Londres, j’ai servi d’intermédiaire avec les filles des îles à qui il avait confié l’atelier de la rue Visconti, nous les appelions Wallis et Futuna. Mon amie Jane, ma Calamity Jane, my Sweet Lady Jane d’Aquamarine 67, l’avait hébergé à son arrivée à Londres.

Il a voyagé très loin. Il me recontactait quand il revenait, d’Inde, de Chine, de Cuba, m’invitait parfois à déjeuner, nous retombions dans les bras l’un de l’autre, mais comme il n’était pas question de s’attacher, nous nous séparions sans état d’âme. J’étais devenue la fille libérée qu’il avait souhaité que je sois. Je dévorais les hommes comme il dévorait les filles. Mais il gardait une place spéciale dans mon cœur, il était le premier homme avec qui j’avais vécu.

Lorsqu’il avait déménagé ses affaires de la rue Visconti, il m’avait laissé sa bibliothèque politique, qui m’a servie lors de mes études à Vincennes, et quand j’en ouvre encore un, comme je l’ai fait pour ce livre, j’ai toujours un sourire en voyant apparaître au détour d’une page sa signature ample et généreuse. C’est comme s’il me disait de sa voix charmeuse : « Tu vois petit, je suis toujours là ! »

Et moi, je continue ma route, la mienne, celle qu’il m’a aidée à trouver.

Le temps a passé, j’ai quitté Paris, j’ai perdu de vue de nombreux amis avec qui j’avais été liée. Je n’ai plus jamais eu de contact direct avec Bablon.

En 1998, j’ai publié un article sur Trois jours de folie à la Sorbonne en mai-juin 68 qui commençaient ainsi : « Tant que j’aurai soif de musique, soif de justice… », un article relayé par de nombreuses publications sur Mai 68.

J’ai été contactée par un de ses cousins, qui dressait l’arbre généalogique de la famille Bablon. C’était les débuts d’Internet, il avait trouvé tout de suite mon article. J’ai su que Michel avait eu connaissance de ce que je racontais. Il n’a pas souhaité me recontacter. D’après son cousin, il s’était assagi et avait fini par épouser une fille de gendarme. Il avait une fille. Il vivait à Toulon.

Michel restait ainsi dans le Sud, au soleil dont il avait tant besoin, dont nous avons tous tant besoin, comme sa famille avait choisi Toulouse lorsqu’il avait fallu quitter Madagascar.

Mon article m’a permis d’être contactée par deux des nombreux enfants de Michel.

Un garçon me trouvait très romantique dans ma description de son père. Mais c’est encore l’image que je garde de lui après un demi-siècle. Une fille m’avait écrit parce que sa mère venait de lui dire qui était son père biologique, elle venait de trouver mon article après une recherche sur Michel Bablon.

Elle m’avait fait un courriel juste avant un Noël et c’était merveilleux de pouvoir raconter à un enfant de Bablon la belle vision que je gardais de son père. Je pouvais la mettre alors en relation avec le cousin de Michel. Elle n’a pas voulu aller plus loin. Elle avait été élevée par un beau-père qui avait été un excellent père. Elle avait les réponses aux questions qu’elle s’était posées sur elle-même, sur ses propres engagements. Elle voulait continuer sa vie avec des valeurs qu’elle reconnaissait comme venant de lui, mais sur ses critères personnels. Oui, elle était bien la digne fille de Bablon.

Le cousin a eu la délicatesse de m’informer de sa mort. Le message m’annonçant la fin de Michel m’a permis de faire le deuil de sa personne. Bablon, le guérillero du Quartier latin, le fils des rois malgaches, l’élégant baladin parisien, le grand voyageur, le révolutionnaire du Grand Soir, est mort. Son personnage fait partie de ma vie et gardera toujours une place privilégiée.

Ce que m’a appris Bablon

Bablon m’a beaucoup appris.

Que je pouvais tout faire.

Qu’on pouvait apprendre et progresser toute la vie.

Que rien n’était impossible à qui savait se servir de son intelligence et de ses mains.

Il m’a donné confiance en moi, appris à ne compter que sur moi-même, à ne pas attendre que les autres m’apportent des solutions, mais à les chercher moi-même.

Je n’ai pas mis toutes ses leçons en application tout de suite.

Mais après cinquante ans, je peux dire qu’il a été un formidable Pygmalion.

Merci Bablon !

Bablon, Casamayor, mentors

En ce mois de mai 2018, je ne me presse pas à finir le livre que je consacre à mes souvenirs de Mai 68, parce que j’aime retrouver l’ambiance de l’époque dans ce qu’elle avait de positif. J’ai oublié les crises amoureuses qui avaient pu me faire souffrir comme une bête pour ne garder que le meilleur de notre relation.

Dans ma cuisine, je vois les meubles que j’ai construits moi-même et je me dis que sans Bablon, je n’aurais peut-être jamais pensé à les faire. Il avait taillé la table et les deux bancs de l’atelier de la rue Visconti dans des troncs d’arbres, laqués ensuite à la laque glycérophtalique industrielle, du même type que la peinture utilisée plus tard sous nos yeux émerveillés par Yves Samson, mon troisième homme, en septembre 1987.

Moins bûcheronne, plus menuisière, j’ai utilisé des planches pour faire mes meubles. J’ai acheté du bois de chêne pour en garder la noblesse dans la cuisine ouverte sur le jardin. Dans mon bureau, j’ai opté pour un bois de pin des Landes traité en planches plus brutes pour garder le côté atelier qui rappelle qu’on n’est pas là pour glander, mais pour bosser sur les œuvres que nous nous sommes imposées.

Bien sûr, les talents manuels étaient dans ma famille du côté de ma mère. Mais sans Bablon, je ne suis pas sûre que je les aurais si bien exploités.

Si j’ai besoin d’un meuble, je me le fais. Si j’ai besoin d’un vêtement, je me le couds. Si j’ai besoin de réparer quelque chose, j’apprends à le faire, je n’appellerai quelqu’un d’autre que lorsque j’aurai épuisé les solutions à ma portée. En toute indépendance, parce que Bablon m’avait convaincue en 1968 que je pouvais faire ce que je voulais.

J’ai vu beaucoup de gens au cours de ma vie ne jamais oser faire ce qu’ils désiraient, prétexter que ce n’était pas possible, qu’il fallait avoir tant d’argent avant de pouvoir l’envisager.

Je n’ai jamais fonctionné sur ces principes limitatifs. Mes moyens matériels étaient limités, mais je prévoyais mes projets longtemps à l’avance et dès que c’était possible, là où d’autres auraient dépensé en loisirs l’argent imprévu, moi je l’investissais en outils et matériaux, pour réaliser enfin ce que j’avais conçu, dessiné, planifié et rêvé, parfois des années et décennies plus tôt.

Grâce à Bablon !

Un changement radical de vie

Ce printemps 2018, j’ai fait la saisie des notes du Comité d’Occupation de la Sorbonne retrouvées dans mes archives. C’est seulement maintenant que j’apprends certaines choses qu’il m’avait racontées, mais que j’avais oubliées, ou mal comprises sur le moment.

Bablon avait dû connaître la théorie castro-guévariste lors de la conférence tripartite de La Havane. Il avait vu les choses de près, in situ, sans se contenter de lire des articles ou des livres, même s’il lisait aussi beaucoup.

Bablon avait participé à la conférence de La Havane, comme Casamayor avait participé au procès de Nuremberg après la guerre, puis au Conseil de l’Europe au moment du régime des Colonels grecs, avec Constantin Tsoukalas, un de nos professeurs de sociologie de Vincennes, Tsoukalas dont le père était le Ministre de la Justice et représentait le régime. Tragédie grecque !

Ces gens qui m’entouraient avaient un regard privilégié sur le monde. On n’était pas au Café du Commerce à échanger des brèves de comptoir ni à extraire des petites phrases pour faire le buzz.

Ils m’ont appris la synthèse, l’art de dire beaucoup en peu de mots, que j’ai continué à travailler dans mon Journal au fil des décennies.

Bablon et Casa m’ont appris à comprendre les problèmes et m’ont donné l’injonction de ne jamais me contenter de la surface des choses ni de leur apparence, de toujours aller creuser en profondeur et analyser les différentes implications dans tous les champs d’expérimentation de la vie.

Cournot, Bablon, Casamayor, Tsoukalas, Lambert, Polac un peu plus tard, font partie des gens qui me permettent aujourd’hui d’écrire en liberté. Ils ont créé le terreau sur lequel j’ai pu semer mes graines et dont je peux diffuser les fruits en 2018.


cropped-gaelle_68.jpgGaelle Kermen, écrit au Printemps 2018
Kerantorec, le 19 janvier 2019


A suivre :

Mon bilan de Mai 68 pour comprendre les Gilets jaunes 2 : l’échec de Mai 68

Alloe-allez-on-ecrit : un roman collaboratif en 42 heures #2

La première session francophone d’un roman collaboratif en un week-end a eu lieu le samedi 20 et le dimanche 21 octobre 2018. J’ai raconté la semaine dernière l’essai du chapitre-test. Voici le témoignage de l’écriture d’un chapitre du roman Les mystères d’Arhane, organisé, stimulé, rassemblé, récolé, mis en forme, corrigé, formaté et compilé sur Scrivener3 par Mathieu Nicolas, admin du groupe ScrivenerFR et vaguemestre du site alloe.fr.

Capture d_écran 2018-10-23 à 11.00.51



Samedi 20 octobre


 Gaelle Kermen   20 octobre, 07:22

Découvrant mon personnage sur Scrivener iOS au réveil. Impressionnée par l’imagination et l’organisation cérébrale de Mathieu.

AlloePersonnage

#alloe2018 c’est reparti pour la rédaction matinale du #chapitre qui m’est alloué pour #Alloé. Cette fois les deux chattes sont venues s’installer près du support bambou qui soutient l’iPad. Ma prima ballerina impériale Thaï a même tenu à se mettre contre mon épaule, celle qui parfois est douloureuse. Soutien indéfectible de mes deux muses félines siamoises. #ThaïtheWise and #JoyofaToy dites #Thaï et #Toy

iPadThaiToy


 Gaelle Kermen 20 octobre, 13:24

#Alloé 1ère session francophone d’un roman collaborarif en un week-end : décryptage à 4 mains de deux fiches sur carte mentale.

3iPadspour2chapitre

Lise Audoin (auteur de La Grande Flourenn) m’a rejointe au bureau pour que nous analysions ensemble les fiches reçues. Je lui montre comment utiliser SimpleMind, en commençant à mettre les mots-clés sur la carte mentale de départ, comment l’exporter en TXT et récupérer le plan dans son projet Scrivener sur iPad. Ensuite nous nous séparons jusqu’au lendemain après-midi pour écrire chez nous notre propre chapitre.


La carte mentale s’étoffe. Les scènes commencent à se visualiser. Les personnages prennent de la chair et des sentiments.
Magie de l’écriture. #simplemind #alloé2018 #roman #chapitre

MindmapChapitreAlloe


Et la carte mentale devient Plan quand elle est exportée en .txt sur Scrivener…

 alloePlanTexte

Et si la carte mentale était le projet d’un livre entier, je l’exporterais en OPML et j’aurais tous les chapitres prêts à être rédigés.

Exemple sur mon Mac mini de bureau et Scrivener3.
L’opml ne marche pas sur l’iPad ou iPhone, aussi j’exporte en .txt quand je fais des articles pour mes blogs WordPress.
AlloeProjetOPML
L’export en OPML m’a été initiée par Marie Bo dans une de ses vidéos sur son blog Marie Bo Solutions. Dans mes guides Scrivener je l’appelle la « méthode Marie Bo » qui a sacrément changé ma vie d’écriture.

Dimanche 21 octobre

Quelques recherches sur l’histoire de la pollution pour préciser quelques idées au réveil.
Yoga, course pieds nus dans la rosée fraîche de la prairie au lever du soleil. Petit déjeuner solide. Et au boulot !


 Gaelle Kermen 21 octobre, 11:46

Et voila, le chapitre est écrit, en une heure et demie et 2166 mots, je crois avoir fait le tour du cahier des charges. Quand les idées sont bien préparées, la rédaction coule de source. Je peux préparer mon picnic et partir à la côte à vélo pour fêter l’événement ! Trop beau ! Excellente expérience. Merci à Mathieu Nicolas !
Je relirai en fin de journée avec Lise Audoin qui revient cet après-midi ici pour passer nos textes à l’Antidote sur mon Mac de bureau et les envoyer à Mathieu.

DossierchapitreAlloe

Je me suis fait plaisir, le titre du chapitre est L’insoumise.

En exportant la carte mentale en .txt, j’obtiens un texte qui est le plan du chapitre.
En exportant la carte mentale en OPML, j’obtiens un dossier avec plusieurs chapitres.


#Alloé2018 c’est fait, lise audoin et gaelle kermen ont participé. La fête avec un bon thé…


Bientôt le roman collaboratif corrigé !


Icone Facebook : portrait de l’auteur au bandana et panama par Martina Theis (2017)


portraitGaelleKermenparAnaLDS
Gaelle Kermen est l’auteur des guides pratiques Scrivener plus simple, le guide francophone pour Mac, Windows, iOS et Scrivener 3, publiés sur toutes les plateformes numériques.
Diariste, elle publie les cahiers tenus depuis son arrivée à Paris, en septembre 1960. Publications 2018 : Journal 60 et Des Pavés à la plage Mai 68 vu par une jeune fille de la Sorbonne.
Vaguemestre depuis 1997, blogueuse des années 2000, elle publie plusieurs blogs sur ses sujets de prédilection, l’écriture sur gaellekermen.net, les chantiers d’autoconstruction sur kerantorec.net, les archives d’un demi-siècle sur aquamarine67.net et les voyages ici ou ailleurs sur hentadou.wordpress.com.

Publication numérique : feuille de route

Récapitulation pour publier un livre sur une plateforme numérique

Démarches, documents ou information à prévoir avant la publication
Exemple donné pour Smashwords, idem pour les autres Amazon, Iggybook ou les autres plateformes en ligne, à quelques détails près.

Pour avoir les deux petits bonshommes verts souriants après conversion du manuscrit en epub, mobi, pdf, etc. il y a quelques démarches à faire. Informations données pour la France, à adapter pour les autres pays francophones.

Capture d_écran 2018-10-06 à 14.06.44
Pour qu’un fichier téléchargé soit validé sur toutes les plateformes de diffusion numériques, il faut que le résultat de la conversion sur Smashwords donne les feux verts pour AutoVetter et Epubcheck

Demande d’ISBN à l’AFNIL

  • Demande gratuite en France, indispensable pour Smashwords, recommandée pour Amazon
  • Un numéro pour chaque version numérique et broché, pour plateformes différentes
  • AFNIL : formulaire de demande d’ISBN

Création du compte PayPal pour Smashwords, Iggybook, etc.

  1. Création d’un compte PayPal
  2. Enregistrer le compte plutôt qu’une carte bancaire
  3. IBAN bancaire
  4. Attendre relevé bancaire pour insérer le code de confirmation du compte (2 ou 3 jours)

Pour Amazon : Information fiscales, prévoir IBAN pour informations bancaires


Informations fiscales

  • (pour ne pas payer 30% de taxes sur les redevances aux USA)
  • Particuliers : numéro fiscal indiqué sur avis d’imposition annuel sur site https://www.impots.gouv.fr/portail/
  • Professionnels : numéro SIRET

Demande d’autorisation de publication des photos d’illustration si elles ne vous appartiennent pas

  • Format minimum de résolution : 300dpi
  • Pour la version numérique : 72dpi

Création d’une couverture pour ebook

  • Photo résolution 300 dpi minimum
  • Taille 1600 x 2400 px au format JPG

Création d’un compte Smashwords (ou Amazon ou autre)

  1. Données personnelles ou d’affaires
  2. Photo
  3. Biographie rapide
  4. Numéro fiscal ou compte SIRET (pour ne pas payer 30% de taxes sur les redevances aux USA)
  5. Email du compte PayPal (pour percevoir chaque mois autour du 20 les redevances sur les ventes)

Création d’une fiche de livre pour Smashwords

1) Avant : vérifier que le manuscrit au format .doc

  1. ne comporte aucun en-tête ni pied-de-page (pas de pages dans un livre numérique)
  2. comporte une table des matières (sans balise de page) en Times 11 ou 10
  3. comporte des sauts de page entre les chapitres et les parties
  4. n’a pas de blancs en fin de page (vérifier avec les pieds de mouche des caractères invisibles)
  5. comporte une page de Copyright avec
  6. titre et sous-titre
  7. nom d’auteur
  8. numéro ISBN
  9. licence Smashwords
  10. ne comporte aucun lien vers Amazon

2) Préparer les documents suivants

  1. Synopsis : Long description = texte de présentation format long (4000 caractères)
  2. Short description = texte de présentation format court (400 caractères)
  3. la couverture au format 1600 x 2400 px minimum en .JPEG
  4. le manuscrit au format .doc
  5. le numéro ISBN du livre

3) Publier

  1. Conversion dans les formats ePub, mobi, PDF, LRF, html, etc.
  2. Réception de l’avis de Smashwords AutoVetter et EPUB :
  • Si deux petits bonhommes verts souriants, c’est bon.
  • Si problème sur ePub, passer le document sur Sigil qui corrigera les fautes de code.
  • Vérifier les versions epub, mobi, pdf sur tablettes et liseuses diverses.

4) Relier le livre à l’URL de la vente des versions brochées

5) Fixer le prix unique en France en bloquant le prix dans Global Pricing.


Gaelle Kermen
Kerantorec, le 6 octobre 2018 (mis à jour le 9 octobre)


Pour plus de détails sur chaque procédure, voir le guide Smashwords plus simple pour les francophones.


***
portraitGaelleKermenparAnaLDS
Gaelle Kermen est l’auteur des guides pratiques Scrivener plus simple, le guide francophone pour MacWindows, iOS et Scrivener 3, publiés sur toutes les plateformes numériques.

Diariste, elle publie les cahiers tenus depuis son arrivée à Paris, en septembre 1960. Publications 2018 : Journal 60 et Des Pavés à la plage Mai 68 vu par une jeune fille de la Sorbonne.

Vaguemestre depuis 1997, blogueuse des années 2000, elle publie plusieurs blogs sur ses sujets de prédilection, l’écriture sur gaellekermen.net, les chantiers d’autoconstruction sur kerantorec.net, les archives d’un demi-siècle sur aquamarine67.net et les voyages ici ou ailleurs sur hentadou.wordpress.com.

Bibliographie de Gaelle Kermen : liens universels

Bibliographie des livres de Gaelle Kermen

disponibles dans les librairies numériques depuis 2010

en liens universels permettant de trouver immédiatement la librairie en ligne qui vous convient

Liens fournis par Books2Read : https://books2read.com/links/ubl/create/


Publications 2019

Aeon Timeline plus simple pour les francophones Un nouvel espace-temps
https://books2read.com/u/4DEZor

Publications 2018

Des pavés à la plage Mai 68 vu par une jeune fille de la Sorbonne https://books2read.com/u/4Dlz2O

Deux versions brochées

Scrivener 3 plus simple pour les francophones books2read.com/u/31x56D

Scrivener 3.0 Introduction aux tutoriels anglais (gratuit) https://books2read.com/u/baz5j6


Publications 2017

Le Festival de Wight 70 vu par 2 Frenchies https://books2read.com/u/mBP7AA

Aquamarine Revisited édition du cinquantenaire https://books2read.com/u/mYonDY

Smashwords plus simple pour les francophones https://books2read.com/u/b62plW


Publications 2016

Scrivener plus simple pour iPad et iPhone https://books2read.com/u/me0nGV

Scrivener plus simple pour Windows https://books2read.com/u/4XKdEL

Scrivener plus simple pour Mac https://books2read.com/u/bppd6E


Publications 2011

Journal 60 http://books2read.com/u/m2v26o

Les Maquisards du Bois de Vincennes https://books2read.com/u/brG76M

Le Soleil dans l’Oeil https://books2read.com/u/bQ9XgE


Publications 2010

Le Vent d’Avezan https://books2read.com/u/mZP7pl

Au Loin un Phare https://books2read.com/u/bWze8W

Aquamarine 67 https://books2read.com/u/mVB12P



portraitGaelleKermenparAnaLDS
Gaelle Kermen est l’auteur des guides pratiques Scrivener plus simple, le guide francophone pour Mac, Windows, iOS et Scrivener 3, publiés sur toutes les plateformes numériques.

Diariste, elle publie les cahiers tenus depuis son arrivée à Paris, en septembre 1960. Publications 2018 : Journal 60 et Des Pavés à la plage Mai 68 vu par une jeune fille de la Sorbonne.

Vaguemestre depuis 1997, blogueuse des années 2000, elle publie plusieurs blogs sur ses sujets de prédilection, l’écriture sur gaellekermen.net, les chantiers d’autoconstruction sur kerantorec.net, les archives d’un demi-siècle sur aquamarine67.net et les voyages ici ou ailleurs sur hentadou.wordpress.com.

Impression à la Demande sur Amazon KDP Print : ne pas oublier de mettre le prix sur la 4eme de couverture

Dans les mentions obligatoires du dépôt légal des livres en France figure le prix en euros.

Je pensais naïvement que le prix était intégré automatiquement par Amazon KDP-Print dans le cartouche du code-barre à côté de l’ISBN. Je n’avais donc pas demandé à mon graphiste de le reporter au-dessous du texte de présentation du premier livre broché que je mettais en ligne.

Mais lorsque j’ai reçu l’exemplaire auteur de mon livre sur Mai 68, le prix n’y était pas. Je l’ai quand même envoyé au dépôt légal en ajoutant le prix au crayon-bille. Je suis une grande naïve, car, bien sûr, le dépôt a été refusé.

Nous avons bien reçu, au titre du dépôt légal, l’ouvrage suivant :Des pavés à la plage, mai 68 vu par une jeune fille de la Sorbonne : archives souvenirs bilans édition du cinquantenaire Gaelle Kermen. -…Malheureusement, j’ai le regret de vous signaler que ce document est défectueux :

Couverture cornée, mention manuscrite en 4e de couverture.

Je vous serais reconnaissante de bien vouloir nous faire parvenir, en franchise postale, un exemplaire de remplacement.

Je vous rappelle à cette occasion que les exemplaires déposés doivent être identiques à ceux mis à la disposition du public (ni dédicace, ni note manuscrite, ni tampon de service de presse…), et dans un état matériel permettant une conservation pérenne, d’où la nécessité de bien consolider vos colis afin de les protéger au maximum des chocs qu’ils peuvent subir au cours de leur acheminement.

C’est une de mes tactiques d’apprentissage : faire toutes les erreurs possibles au début, pour ne pas les reproduire ensuite et pour aviser mon lectorat de ne pas faire comme moi.

Aussi ai-je contacté Amazon et voici la réponde d’Abbie, toujours rapide et efficace.

Je suis désolée d’apprendre que la BnF n’a pas accepté le dépôt légal de votre livre « Des pavés à la plage Mai 68 vu par une jeune fille de la Sorbonne » (9791091577366).

Le prix n’est pas automatiquement ajouté dans nos systèmes car nous voudrions éviter aux auteurs de changer de prix sur la couverture (ce qui impose une manipulation faite sur la couverture) à chaque fois qu’ils mettent à jour le prix sur le site web. Ceci dit, je comprends que la BnF exige que le prix soit indiqué sur la quatrième de couverture. Donc, oui, vous pouvez tout à fait demander à votre graphiste d’ajouter le prix en dehors de l’emplacement réservé au code-barre, sous la présentation de l’auteur. A ce propos, je voudrais juste préciser les points suivants. Veillez à ce que le prix n’empiète pas sur le code-barres.

– L’espace dédié au code-barres ISBN est de 50,8 mm (2 po) en largeur et 30,5 mm (1,2 po) en hauteur.

– Le bas du code-barres se situe à 6,4 mm (0,25 po) au-dessus de la ligne de coupe inférieure de la couverture.

– Pour les livres qui se lisent de gauche à droite, le côté droit du code-barres se situe à 6,4 mm (0,25 po) à gauche du dos du livre.

Je reste à votre disposition pour tout renseignement complémentaire et vous souhaite une bonne journée,

Mon graphiste avait été surpris de ma demande d’ajouter le prix, ce qu’on ne lui demandait jamais et il travaille pour des auteurs du monde entier. Il semble qu’en France ce soit désormais nécessaire si cela ne l’était pas avant, car j’ai reçu trois avis de la Cheffe du service de la Gestion des livres de la Bibliothèque nationale de France.

Les couvertures ont été refaites. Je dis les couvertures parce que mon livre est publié en deux formats, un format normal de livre avec une police 12 et un format aux grands caractères en police 21 pour les yeux fatigués. Comme j’étais lancée, j’ai fait la même chose sur les livres du roman La Grande Flourenn de l’amie que j’assiste en publication numérique indépendante, Lise Audoin.

GrandeFlourennVignetteAMZ

J’ai dû modifier les manuscrits pour intégrer un dépôt légal en septembre au lieu de juin pour nos livres.

J’attendais en vérifiant la quatrième de couverture pour voir si le prix était visible. J’ai fait les publications hier 12 septembre 2018.

On dira ce qu’on veut d’Amazon, leurs services sont efficaces pour les auteurs indépendants. Nos livres sont déjà disponibles en version brochée, avec le prix imprimé selon les normes demandées par la BNF. Je viens de le vérifier sur la fonction Feuilleter en cliquant sur 4e de couverture.

Mai68_Feuilleter

En cliquant sur Quatrième de couverture.

Mai68-4ecover

Ou en cliquant sur les deux images : Voir les deux images.

Mai684ecover

Le prix est bien là. Il était temps, j’ai reçu hier un troisième avis de la BNF pour me demander de remplacer l’exemplaire déposé en juin, arrivé abîmé, avec une mention manuscrite.

Je viens donc de commander un exemplaire client sur le site de mon livre, afin de l’envoyer au dépôt légal parisien après l’avoir bien vérifié.

Mission en cours.

Belles écritures et bonne rentrée !

Gaelle Kermen,

Kerantorec, le 13 septembre 2018


PS  : j’expliquerai bientôt comment publier un livre broché sans trop se prendre la tête ni s’arracher les cheveux, avec un beau fichier PDF imprimable, à partir d’un document Scrivener compilé en docx, en utilisant les modèles fournis par Amazon, revus et vérifiés sur Pages pour Mac : pas de marges à régler soi-même, juste à vérifier les en-têtes et bas de pages et les numéros de pages de table des matières.


Règle de la BNF : le document déposé doit être semblable à celui que le lecteur aura entre les mains. Dans les mentions obligatoires figure le prix en euros.


Mise à jour du 20 septembre

Après vérification auprès de la Bibliothèque Nationale de France, je confirme que la mention du prix est obligatoire sur tout livre imprimé publié en France, quel que soit son mode de diffusion. Le prix catalogue suffit pour la version numérique. Pas pour la version imprimée même vendue par correspondance (Internet par exemple).
Donc, n’oubliez pas votre prix sur votre livre, la 4e de couverture étant le support le plus habituel, si vous voulez être en règle et être un auteur indépendant légitime.
Belles écritures et belles publications !

Depot.legal.livres@bnf.fr

18 sept.

Madame,
c’est avec plaisir que je prends le temps de vous écrire pour éclaircir le point sur les mentions obligatoires.
Je vous confirme que les informations indiquées sur les pages « dépôt légal » du site web de la Bibliothèque nationale de France sont fiables et exactes. 
Le prix fait bien partie des mentions obligatoires qui doivent figurer sur un ouvrage soumis au dépôt légal français, de même que les autres mentions qui sont indiquées.

En effet, quelque soit le mode d’impression ou de vente d’un ouvrage, son prix doit être indiqué sur l’ouvrage. En revanche, l’emplacement en couverture ou en 4ème de couverture est à votre libre appréciation.

Enfin, à toutes fins utiles, je vous précise qu’il faut bien distinguer un livre imprimé vendu en ligne d’une publication numérique,  qui est le plus souvent vendue en ligne mais sous forme de fichier informatique. Si vous vendez en ligne des livres imprimés à la demande, il s’agit bien de publications imprimées et non de publications numériques.

Je reste à votre disposition pour toute information complémentaire.
Avec mes meilleures salutations.

Natalie Percher
Service de Gestion des Livres
Département du Dépôt légal


Direction des services et des réseaux
Quai François-Mauriac
75706 PARIS CEDEX 13
www.bnf.fr



Lire un extrait de Des pavés à la plage Mai 68 vu par une jeune fille de la Sorbonne de Gaelle Kermen https://lire.amazon.fr/kp/embed?asin=B07DBNDQS4&preview=newtab&linkCode=kpe&ref_=cm_sw_r_kb_dp_IEJMBbBDC4VXT

Lire un extrait de La Grande Flourenn de Lise Audoinhttps://lire.amazon.fr/kp/embed?asin=B07BN1KKKT&preview=newtab&linkCode=kpe&ref_=cm_sw_r_kb_dp_CDJMBbTYETY42

Crédit couvertures : Adam Molariss for Indiegraphics

Combat Nº 7441 Mardi 18 Juin 1968

Journal de Paris devise : « de la Résistance à la Révolution »

Combat_18_juinRENAULT FERA TACHE D’HUILE

Chez Citroën et Peugeot les syndicats réclament la reprise des négociations sur la base des accords ratifiés par les ouvriers de la Régie Nationale


Le droit syndical est reconnu chez Renault

Les problèmes d’emploi seront traités par une commission paritaire direction-syndicats

LES DÉLÉGUÉS POURRONT CONSACRER À LEUR ACTIVITÉ 100 HEURES PAR MOIS PAYÉES PAR L’ENTREPRISE

L’AFFICHAGE, LE COLLECTAGE ET LA DIFFUSION DE LA PRESSE SYNDICALE SE FERONT LIBREMENT


Extrait de l’éditorial : la fin

« Le pouvoir peut occuper la Sorbonne. Il est trop tard : le grain qui y avait été semé en Mai commence déjà à lever. »
COMBAT


« L’INFORMATION EST SERVE »

Le rapport de la Commission sénatoriale d’enquête sur l’ORTF dénonce la soumission de l’Office au gouvernement (page 16).


OPÉRATIONS LÉGISLATIVES

Aujourd’hui une interview de Michel Rocard, secrétaire général du PSU


18 JUIN

par Maurice CLAVEL

Cette année c’est net. Hors quelques héros vénérables et indignés, le 18 juin sera fêté par tous ceux qui l’auraient vomi en 40 ; (…) qui ont, qui auraient tremblé de toutes leurs tripes liquides que la patrie se libère…
Voici le 18 juin des âmes vichyssoises et versaillaises. Voici le 18 juin des Daumier qui sortent de leur cadre et grouillent, et se vengent avec cautèle de leur trouille. Voici le 18 juin de nos enfants humiliés.
O comme la coupole de la Sorbonne aujourd’hui est lourde !
(…)


LE RETOUR DES BATONS

par Jacques-Arnaud PENENT

Ils ont encore volé la Sorbonne !
Pour avoir vécu, seul journaliste parisien, mais surtout seul militant journaliste, les péripéties de ce vol, je déclare bien haut que le « Comité d’occupation » n’a fait qu’opposer la force redoutable de la bonne foi aux manœuvres policières. Car, devant les CRS, on avait mis Maigret. Et toute la P.J. Mais depuis l’affaire Ben Barka, nous savons que les secrets d’Etat, que les vérités gênantes brûlent aussi dans la pipe de ces Maigret pour s’évanouir en fumée. Et, les poings serrés, les vu les rats en gabardine ronge tous nos drapeaux. Ah ! les bien-pensants peuvent pavoiser ! La Sorbonne entre en servitude. Ah ! les folliculaires aux ordres peuvent applaudir ! La Sorbonne a retrouvé son calme et les murs leur mémoire du vide. On nettoie la Sorbonne ? Voire. La jeunesse ouvrière, ces dizaines de jeunes chômeurs prêts, hier, à toutes les résistances, cette jeunesse n’a pas sali la Sorbonne. Au contraire, elle y était chez elle. C’est cela la démocratisation de l’enseignement. C’est cela la révolution universitaire. Tout le reste, tous les colloques, toutes les réformes entre initiés n’intéressent que les gens d’un même monde, l’ancien. Furieux d’avoir raté « l’opération des Katangais », furieux de subir une Faculté libérée et ordonnée par ses occupants, le Pouvoir a voulu montrer sa force aux électeurs, tandis qu’il prouvait, en fait, son hypocrisie et sa lâcheté. (…)
Allons ! finissons-en. Nous reprendrons la Sorbonne. Définitivement. Nous la rendrons à sa destination populaire. »


Gaelle Kermen, Kerantorec, le 7 juin 2018

Jacques-Arnaud PENENT
Maurice Clavel

Extrait de Des pavés à la plage, Mai 68 vu par une jeune fille de la Sorbonne

En exclusivité numérique sur Amazon tout l’été 2018

Combat Nº 7440 Lundi 17 Juin 1968

Journal de Paris devise : « de la Résistance à la Révolution »

Combat_17_juinL’IMPOSTURE

SOUS PRÉTEXTE D’UNE ENQUÊTE JUDICIAIRE LA POLICE INVESTIT ET FAIT ÉVACUER LA SORBONNE

Extrait de l’éditorial

Fort de ses victoires sociales, fier d’avoir noyauté les milieux étudiants et semé la discorde, le pouvoir se montre de plus en plus boulimique et glouton. Hier, les choses se sont pourtant gâtées : dans son impatience, la police prenant prétexte d’une sombre histoire de blessé accueilli à la Sorbonne, devait évacuer les étudiants « manu militari » et chasser les irréductibles en pénétrant de nouveau dans la cour de la Faculté des Lettres, comme ce fut le cas le 3 mai, avec l’assentiment du recteur Roche. Cette agression, à la différence de ce qui s’est passé à l’Odéon, montre bien que le pouvoir entend réprimer, et que la volonté de s’informer comme M. Ortoli, comme celle de négocier affichée par M. Pompidou est une imposture, un message éhonté. En effet, alors que les occupants de la Sorbonne avaient fait eux-mêmes leur ménage, en éliminant les « Katangais » et en déclenchant l’opération « propreté », il n’y avait aucune raison de s’attaquer aux commissions de travail, qui restaient justement en place pour préparer ce plan de réforme, en y associant les enseignants, et le personnel administratif de la Sorbonne. (…)
Il est évident que cette fois-ci encore, le pouvoir emportera la première manche. Mais, qu’il n’ait pas assimilé la leçon, qu’il cherche à reprendre par la force les facultés occupées, qu’il croit avoir tué la contestation dans l’œuf en reprenant possession de quelques vieilles bâtisses, voilà bien qui dénote l’incorrigible aveuglement de ce régime. La jeunesse ne capitulera pas, même si elle baisse la tête devant les fusils, même si la rue devient calme. La coupure du pays redevient une menace qui précipitera la décomposition du régime, à moins que le général de Gaulle n’y instaure une dictature fasciste.  (…)
COMBAT

HEURTS AU QUARTIER-LATIN ET A SAINT-GERMAIN

Après l’évacuation de la Sorbonne, les étudiants ont manifesté par petits groupes et ont été chargé par la police (en page 16 le reportage de Jacques-Arnaud PENENT)

VOTE CHEZ RENAULT CE MATIN

  • Peugeot : le vote est ajournée
  • Citroën : la CFDT se retire des négociations
  • La vente des quotidiens parisiens perturbée ce matin par la grève des vendeurs

LES GUEUX

par Maurice CLAVEL

Soyons précis. Soyons froids. Cette fois, c’est absolument injustifiable.
Le mois dernier l’affolement d’un recteur, le vertige d’un ministre devant la nouveauté de la contestation pouvait offrir un semblant d’excuse à cet attentat unique : l’entrée de la police en Sorbonne.
Il y a quelques jours encore le désordre du « bateau ivre » que décrivait un peur trop complaisamment un de nos confrères, pouvait offrir une apparence de motif à un « nettoyage ». Il s’agissait de glisser en fraude d’un sens à l’autre du mot « nettoyer ».
L’ennui pour eux, c’est que la Sorbonne, les étudiants l’avaient nettoyée eux-mêmes. Dès lors, il ne leur restait plus que le prétexte d’une très bizarre histoire, que je n’ai pas encore les moyens de résoudre et que je ne saurais trancher, me méfiant de ma formation : on sait en effet combien l’affaire Ben Barka-Figon m’a éduqué sur ce régime.
La cause est entendue. Ils récidivent et savent ce qu’ils font. Il n’y a pas de pardon. Le cri « de Gaulle assassin » n’est pas encore sorti de ma gorge, malgré le gaz et la honte qui s’y pressaient.
Mais aussi vrai que Georges Bernanos m’a investi, quand j’avais 20 ans, pour continuer sa tâche, j’écris, je crie, comme il l’eût fait, que ce sont des gueux.
Ceci au nom de la plus jeune et de la plus vieille France.


Gaelle Kermen, Kerantorec, le 7 juin 2018

Extrait de Des pavés à la plage, Mai 68 vu par une jeune fille de la Sorbonne

En exclusivité numérique sur Amazon tout l’été 2018

Combat Nº 7439 Samedi 15 Juin et Dimanche 16 juin 1968

Journal de Paris devise : « de la Résistance à la Révolution »

Combat_15-16_juinTrois promesses…

M. DEBRÉ : l’austérité

  • Le ministre des Affaires Étrangères laisse prévoir une nouvelle répartition des masses budgétaires au détriment des programmes militaires, de certains programmes civils et de l’aide aux pays sous-développés.
  • Il n’affirme pas que la France respectera l’échéance européenne du 1er juillet.

M. POMPIDOU : la fermeté

  • Le Premier Ministre mettra « hors d’état de nuire un certain nombre de gens qui vont essayer de troubler les élections ».
  • Il annonce que les incidences de la crise sociales sur le plan économique et financier seront lourdes.

M. ORTOLI : une nouvelle Université conçue selon trois directions

  • une refonte de la structure des Facultés
  • une nouvelle forme et un nouveau contenu des enseignements
  • une ouverture vers des débouchés professionnels

L’ODÉON FERMÉ APRÈS SON ÉVACUATION

  • Après l’expulsion des Katangais, la Sorbonne est livrée aux balayeurs.

LE PATRONAT RÉCLAME DES MESURES D’URGENCE

  • et notamment des facilités financières et fiscales et la liberté des prix

Métallurgie : négociations difficiles

Un croche-pied de Pompidou à Giscard

  • Il oppose un concurrent UDR à M. Poniatowski.

(p. 16) dernière page

(extrait) ODÉON : E finita la comedia par Jean-Claude KERBOURC’H

« Après que les étudiants ont expulsé les « Katangais » de la Sorbonne, la police fait évacuer l’Odéon

  • 2 h Tous les étudiants sont évacués de la Sorbonne par le Comité d’Occupation. Seuls demeurent les Katangais et le « service d’ordre.
  • 4 h Ultimes négociations entre le Comité d’occupation de la Sorbonne et les « Katangais ». Jacques Sauvageot, président intérimaire de l’U.N.E.F., participe aux négociations.
  • 4 h 30 Les « ‘Katangais » demandent un répit de douze heures et font savoir qu’ils accepteraient de sortir de la Sorbonne à 17 h 30 (vendredi 14 juin)
  • 5 h Dans la cour de la Sorbonne, le service d’ordre, auquel se sont jointes des équipes de différentes facultés, se rassemble, tandis que circulent des consignes d’assaut.
  • 5 h 30 Le service d’ordre des étudiants annonce un dernier ultimatum de dix minutes.
  • 5 h 40 Les bagarres commencent. Mêlée confuse, poursuites dans les couloirs, éclatement des explosifs et des cocktails Molotov qui apparaissent dans les mains des uns et des autres. Coups, hurlements, vitres qui volent en éclat, sang sur le sol.
  • 5 h 48 Plusieurs voitures de pompiers alertés par une estafette de la Sorbonne arrivent.
  • Peu après 6 heures, tandis que les pompiers éteignent des débuts d’incendies, les « Katangais » sortent un à un de la Sorbonne par une des poternes de la rue Saint-Jacques. Ils rejoignent l’Odéon où ils sont accueillis par des embrassades.
  • 9 h D’importantes forces de police cernent l’Odéon théâtre de France. M. Grimaud, préfet de police, dirige en personne l’opération.

Quand je sors du théâtre, il n’y a cependant aucune force de police. À la Sorbonne, on a retroussé ses manches pour balayer la cour, les couloirs et les amphis. On veut faire une faculté toute propre. »


Gaelle_68
Photo © Jakez Morpain 1968-2018

Gaelle Kermen, Kerantorec, le 5 juin 2018

Extrait de Des pavés à la plage, Mai 68 vu par une jeune fille de la Sorbonne

En exclusivité numérique sur Amazon tout l’été 2018

 

Combat Nº 7438 Vendredi 14 Juin 1968

Journal de Paris devise : « de la Résistance à la Révolution »

Combat_14_juinDE GAULLE S’EXÉCUTE : IL REND SALAN

La libération prochaine du chef de l’OAS est le prix que doit le Président de la République à l’armée pour l’avoir maintenu au pouvoir

  • Le colonel Lacheroy mis en liberté provisoire à son retour d’Espagne

M. CHALANDON : IL FAUDRA 2 ANS POUR EFFACER LES EFFETS DE LA CRISE

  • Ouverture des négociations chez Citroën
  • Optimisme à Renault et Peugeot
  • La CGT accuse la CFDT d’avoir rompu l’unité d’action

BAC LE 27 JUIN A PARIS

  • Les étudiants nettoient la Sorbonne – concrètement en procédant à une opération propreté – politiquement en luttant contre la « congolisation »
  • Cohn-Bendit serait autorisé à rester en Grande-Bretagne

OPÉRATION LÉGISLATIVES : BOULOGNE-BILLANCOURT

« Le général de Gaulle continue de payer ses dettes. Le plus urgent a été de donner aux travailleurs ce qu’ils demandaient, moyennant quoi le P.C. et la CGT ont accordé un sursis au régime. Maintenant il faut régler le second créancier : l’armée, dont la fidélité sollicitée il y a quelques semaines a permis aux gaullistes de rester en place. (…)
Il y a assez longtemps que nous demandons l’amnistie pour nous réjouir que les événements l’aient imposée. Un groupuscule d’étudiants aura plus fait pour elle que n’importe quoi. C’est une des malices de l’histoire. Mais au fait, et les étudiants ? Pour eux, pas de cadeau, pas de rançon, pas de dette ! Ils apprendront ainsi que la révolution ne profite jamais qu’aux grandes personnes qui ont de l’expérience et l’habitude des affaires. Certains en tireront la conclusion que tous les élans spontanées sont inutiles, d’autres se convaincront qu’une révolution ne doit pas s’arrêter en chemin. (…)
Il n’y a plus rien désormais, politiquement, à la droite du gaullisme. (…) On est très loin de la société nouvelle. Mais on ne sait jamais : le jour où cela lui sera nécessaire, le général de Gaulle s’entendra avec quelque groupuscule trotskyste ou maoiste et il abandonnera un autre de ses principes et il oubliera une autre de ses paroles… »
COMBAT

Dernière page

LES ÉTUDIANTS NETTOIENT LA SORBONNE

Communiqué du Comité d’Occupation de la Sorbonne

« Après la campagne de presse déclenchée contre la Sorbonne et qui vise à discréditer notre mouvement, le comité d’occupation communique :

  1. Un certain nombre de groupes irresponsables qui ne sont ni étudiants ni travailleurs, profitent de la situation de la situation créée ces derniers jours, pour imposer un contrôle quasi policier de la Sorbonne.
  2. La situation sanitaire de la Sorbonne est mauvaise. Elle exige des mesures d’urgence qui ne peuvent être prises que lorsqu’un certain nombre de locaux et d’escaliers seront évacués.
  3. En conséquence le comité d’occupation a décidé, en accord avec les diverses organisation d’étudiants et d’enseignants, de fermer progressivement l’ensemble de la Sorbonne à l’exception de la cour, des cinq amphithéâtres donnant sur la bibliothèque et de l’escalier C.
  4. Cette fermeture durera 48 heures, de façon à nettoyer et désinfecter l’ensemble de ces locaux. Le comité d’occupation a, depuis plusieurs jours cherché, cherche à faire accepter cette mesure aux groupes irréductibles. Devant leur refus, il lance un appel à tous les militants pour l’aider à garder la Sorbonne au service de la lutte.
  5. Nous ne pouvons autoriser plus longtemps que soit donné au pouvoir le prétexte d’intervenir avec ses CRS.
  6. Le comité d’occupation convoque tous ceux qui veulent participer à cette réorganisation à se rendre à 17 h 30, à l’amphi Descartes.

A l’amphi Descartes, après un « filtrage » sérieux, une centaine de militants seulement ont été admis. Dans la cour, par contre, plus de 3 000 personnes attendaient les « consignes ». Le comité d’occupation a fait voter par les militants des comités d’action la fermeture totale pour 48 heures de la Sorbonne à l’exception e la cour, du grand amphi, de l’amphi Descartes et de l’escalier C où sont groupées les commissions.

Le comité d’occupation, exprimant la volonté des militants étudiants, vise en fait l’expulsion des Katangais et de certains autres groupes incontrôlés. Les étudiants sont bien décidés à éviter les incidents graves. Ils savent aussi que le sort de leur Mouvement est au prix de ce « nettoyage ». Réfugiés dans les locaux du rectorat, les Katangais ne semblent pas décidés à négocier. Il reste qu’en dehors de la Sorbonne, certains n’attendent que de providentiels incidents. A la Sorbonne pourtant, la décision est prise, et si nécessaire, les comités d’Action seront mobilisés

BALAYER LA SORBONNE

Depuis quelques jours, la Sorbonne était livrée aux insectes. Certains confrères se sont soudain intéressés « au camp retranché ». (…) Le Comité d’Occupation, approuvé et soutenu par les militants, a décidé de rendre la « Sorbonne aux étudiants ».
Cela vise, bien sûr, les fameux Katangais. Surgis du néant, vite baptisés sur les « barricades », ce groupe s’est installé le 16 mai à la Sorbonne. D’autres groupes l’ont bientôt suivi. Sous la direction de « Jacky », une dizaine, puis une vingtaine ont servi, à leur manière, la Révolution.
Abusant de l’atmosphère d’alors, ils imposèrent vite leur loi et leurs méthodes. Ne parlant pas, pour l’instant, de leurs trafics. Disons seulement que la présence d’un certain nombre de mercenaires en rupture de Congo, ou de prison, ne peut servir que le Pouvoir. En effet, il n’est pas évident que, moyennant finances (un mercenaire, n’est-ce-pas…), les polices du Régime ne s’en servent déjà. (…)
Certes, en été, les fenêtres ouvertes avec la lumière attirent irrésistiblement les insectes en même temps que l’air frais. Mais, le jour venu, les insectes meurent au pied des lampes. Il suffit de balayer. La nuit de la Sorbonne a trop duré. La provocation policière devenait trop claire. Pour l’avoir compris, les étudiants permettent enfin à tous les militants de respirer. De respirer un air moins vicié.
J.A.P.


Gaelle Kermen, Kerantorec, le 4 juin 2018

Extrait de Des pavés à la plage, Mai 68 vu par une jeune fille de la Sorbonne

En exclusivité numérique sur Amazon

Combat Nº 7437 Jeudi 13 Juin 1968

Journal de Paris devise : « de la Résistance à la Révolution »

Combat_13_juinLA RUE HORS-LA-LOI

Le gouvernement dissout les groupes révolutionnaires et interdit les manifestations

LA MANIFESTATION GAULLISTE DU 18 JUIN MAINTENUE

« Se sentant sans doute fort de l’irritation que provoque dans une grande partie de l’opinion la violence des dernières manifestations, le gouvernement vient de prendre deux décisions qui pourraient bien en annoncer d’autres et qui traduisent en tous cas un net durcissement de sa position à l’égard de sa position à l’égard des étudiants rebelles. En dissolvant les groupes révolutionnaires, il ne donne pas seulement un gage au public, mais également à un assez grand nombre d’étudiants que l’action violente indispose, dans la mesure où elle compromet les travaux d’élaboration de la réforme universitaire. Mais la seconde mesure neutralise les effets de la première : la majorité des étudiants ressentira comme un défi l’interdiction de toutes les manifestations de rue. » (…) « Mais il est vrai que le régime entend tirer les fruits de la psychose d’inquiétude qui s’est emparée du pays. (…) Nous avons été les premiers à demander ces élections mais pas n’importe lesquelles. Ce n’est pas à chaud qu’on rapporte une réponse électorale à un problème politique. »
COMBAT 

Les étudiants ont annulé hier leur manifestation

Les groupements visés par la décision gouvernementale sont le Mouvement du 22 Mars et les mouvements trotskystes et pro-chinois

  • Les émeutes de l’autre nuit à Paris ont fait 194 blessés parmi les manifestants et 75 dans le service d’ordre.
  • En province et surtout à Toulouse elles ont été souvent très violentes.
  • Un second mort des suitées des incidents de mardi à Sochaux où l’usine a été réoccupée par les grévistes.

Couve répète : il n’y aura pas de dévaluation

Il mise sur le dynamisme de l’économie pour absorber le prix des mesures sociales

  • Pour modérer les augmentations inévitables des prix, le gouvernement se contentera du système des contrats de programme.
  • Les allocations familiales et l’aide aux personnes âgées majorées à compter du 1er Juillet.
  • Le décret ramenant le ticket modérateur à 25 % sera publié prochainement.
  • Peugeot et Renault : des bases sont jetées par les syndicats pour la négociation.

Les premières émissions de la campagne à la TV

  • M. Waldeck-Rochet a fait hier patte de velours en lançant un appel à l’union et en affirmant que le PC était le parti de l’ordre et de la sagesse
  • M. Duhamel a plaidé le refus de la division de la France en deux blocs et lancé un appel au centre-gauche.
  • M. Pompidou a invité les Français à réunir une forte majorité pour la défense de la République.

Gaelle Kermen, Kerantorec, le 3 juin 2018

Extrait de Des pavés à la plage, Mai 68 vu par une jeune fille de la Sorbonne

 

Combat Nº 7436 Mercredi 12 Juin 1968

Journal de Paris devise : « de la Résistance à la Révolution »

Combat_12_juinDE NOUVEAU LA RUE…

« Il n’y avait pas d’autres moyens pour les étudiants d’exprimer leur volonté que sous la forme brutale qu’ils ont adoptée en mai dernier. Lorsque par dizaines de milliers ils se battaient sur les barricades et défilaient dans Paris, cela signifiait quelque chose : cela signifiait une réaction unanime contre les lois d’une société qui méprise la dignité de l’homme, cela signifiait également une réponse au défi stupide qu’un gouvernement fanfaron leur avait lancé en réduisant leur colère aux dimensions d’une agitation groupusculaire. De cette manière, les étudiants sont au moins arrivés à leurs fins : ils ont mobilisé l’attention de l’opinion, ils ont provoqué chez les Français une crise de conscience salutaire, et ils ont imposé leur droit à participer à l’élaboration de leur propre destin. Ce ne sont pas de minces victoires, même si elles ne sont pas encore consolidées. » (…)
« Ce n’est pas au hasard de combats de rue qu’on pensera cette société nouvelle. Les barricades étaient nécessaires pour exprimer une ferveur et une volonté de libération, et pour donner un élan à un mouvement juste. Elles sont néfastes dans la mesure où le mouvement a trouvé sa dynamique et posé ses premiers jalons. »
COMBAT

GRÈVES : DURCISSEMENT DANS LES SECTEURS PARALYSÉS

La tension reste vive à Sochaux après les heurts violents qui ont opposé hier les grévistes de Peugeot aux forces de l’ordre et qui ont fait un mort

  • Fermeture des usines Renault à Flins après le départ des forces de l’ordre et la réoccupation par les grévistes
  • CGT et CFDT appellent à un arrêt de travail d’une heure cet après-midi
  • les ouvriers de Sud-Aviation s’opposent à la reprise du travail préconisée par les syndicats

ÉTUDIANTS : RELANCE DE L’AGITATION

Hier soir à Paris manifestations dans tous les quartiers, en réponse à la mort du lycéen noyé à Meulan

  • La police a empêché la formation du cortège, mais les étudiants se sont dispersés en petits groupes d’action.
  • Partout dans Paris des barricades se sont élevées aussitôt dégagées par les forces de l’ordre

Lycées : reprise aujourd’hui

  • Le SNES et le SGEN l’ont décidée, mais, en pratique, la situation ne sera normale qu’en fin de semaine.

Baisse des valeurs françaises à la Bourse et nombreuses tractations sur l’or

De Gaulle entame-t-il ses 100 jours ?


Gaelle Kermen, Kerantorec, le 3 juin 2018

Extrait de Des pavés à la plage, Mai 68 vu par une jeune fille de la Sorbonne

Combat Nº 7435 Mardi 11 Juin 1968

Journal de Paris devise : « de la Résistance à la Révolution »

Combat_11_juinLe Centre veut sa percée

  • M. Duhamel présente demain ses candidats à Paris. Il était hier à Rennes et à Bordeaux, il sera aujourd’hui à Lyon, Strasbourg et Lille.

  • M. Giscard d’Estaing réclame « la liberté dans la majorité ».

Social : encore des épines

  • Les négociations piétinent dans la métallurgie

  • La grève reprend aux usines Peugeot

  • Mais reprise hier à Rhodia-Aceta-Besançon et ce matin à Sud-Aviation

 

  • Affrontement hier près de Meulan entre manifestants et policiers : un mort

  • Chaban-Delmas félicite le P.C.

    Il approuve le Parti Communiste d’avoir « joué la carte de la légalité »
  • Hausse record de l’or hier à Paris

  • Pour l’Université, du neuf et du raisonnable par Jean CHARBONNET

L’ESPRIT DE MAI

par Jacques-Armand PENENT

« (…) L’Esprit de Mai, de ce mois qu’on saluera comme avènement, celui justement de l’Esprit sur les ruines de l’imposture humaniste, petit homme machine aux rouages cartésiens, de l’imposture technocratique, petits messieurs aux rouages néo-cartésiens, celui de l’Esprit qui déplume les Anges et dépave les rues, celui de lEsprit qui vous rend la Parole, et qui finira par vous faire croire aux miracles, à la folie… La Révolution de Mai a, sans doute, dressé des barricades mais surtout renversé les murailles par quoi nous restions prisonniers et convaincus de l’éternité de leur Ordre…
Abattue la muraille du langage, des frileuses solitudes, des majestés sordides. A la lueur des grenades, nous en avons appris davantage sur le Régime, sur le socialisme, sur la liberté, sur la Révolution, davantage qu’à la terne lumière de nos anciens jours. »


Gaelle Kermen, Kerantorec, le 28 mai 2018

Extrait de Des pavés à la plage, Mai 68 vu par une jeune fille de la Sorbonne

Combat Nº 7434 Lundi 10 Juin 1968

Journal de Paris devise : « de la Résistance à la Révolution »

Combat_10_juinELECTIONS :

une campagne comme si de rien n’avait été

Dans la plupart des circonscriptions, les mêmes formations présentent les mêmes programmes selon les mêmes schémas

Plus de 3 000 candidats contre 2 211 en 1967

GEORGES BIDAULT FAIT SA RENTRÉE

  • Il a exposé hier devant la presse son contentieux avec le régime

JEAN LECANUET CANDIDAT À ROUEN

  • dans la première circonscription contre M. Dusseaulx

GISCARD DEVANT LA PRESSE CET APRÈS-MIDI

MEETING DU PC CE SOIR AU PALAIS DES SPORTS

Le mouvement de reprise se poursuit

  • malgré certains îlots de résistance, notamment dans la métallurgie
  • Flins : Renault appelle les ouvriers à la reprise, mais les mots d’ordre de grève sont maintenus

Université : remous à la FEN

  • où le mot d’ordre de reprise a été très diversement accueilli
  • Le projet de Baccalauréat 1968 est publié au Journal Officiel
  • Etats Généraux étudiants partout en France

Pain plus cher aujourd’hui

  • L’augmentation des salaires et les nouvelles conditions de travail entraînent cette hausse dans le district parisien

Gaelle Kermen, Kerantorec, le 31 mai 2018

Extrait de Des pavés à la plage, Mai 68 vu par une jeune fille de la Sorbonne

Combat Nº 7433 Samedi 8 Juin et Dimanche 9 juin 1968

Journal de Paris devise : « de la Résistance à la Révolution »

LE ROI NU

Combat_8_juinVIDE ET AVANTAGEUX, DE GAULLE A LIVRÉ SANS PUDEUR LES RECETTES DE SON PERSONNAGE

Un vieux Président de la République dans un vieux salon racontant devant un vieux jeune homme sa vieille chanson à un vieux pays : c’est exaltant ! Voilà ce à quoi nous sommes condamnés. Eh bien, ce chromo défraîchi, ce livre d’images fades à l’usage de puples débiles, ces simagrées ostentatoires justifient ce qui vient de se passer en France. Cela justifie que des jeunes gens brisent tout et que des politiciens abusifs exploitent leur colère. Cela le justifie et en partie l’explique. Il n’y a pas un garçon de vingt ans en pleine santé d’esprit qui puisse ne pas être totalement sourd aux paroles qu’il a entendues hier soir, de même qu’il n’y a pas un coitoyen conscient des devoirs de l’Etat qui puisse ne pas être choqué par tant de désinvolture. (…)

On aurait envie de rire, si n’était l’enjeu. (…) Or une fois de plus de Gaulle a gagné parce qu’il a touché bas. De Gaulle restera au pouvoir avec une solide majorité. Et sous le poids de cet homme et de cette majorité, la France se défera un peu plus encore, et l’Etat prêtera un peu plus encore le flanc aux forces adverses dont certaines sont le meilleur de la nation, mais dont certaines autres sont, il est vrai, les pires. »
Philippe TESSON

JE SUIS L’ANGE VERS LEQUEL A LA FIN DES FINS, COURT LA FOULE POUR S’ARRACHER AUX DÉMONS MALFAISANTS

LA CRISE

  • Le 29 mai j’ai eu la tentation de me retirer, mais devant la menace de subversion, une fois de plus je me suis résolu… à ne pas quitter l’Histoire.
  • La situation était encore pour moi insaisissable lorsque je suis parti pour la Roumanie.
  • L’entreprise communiste totalitaire, inquiète et furieuse de voir une fraction révolutionnaire se dresser en dehors d’elle et contre elle a décidé tout à coup de noyer le tout dans la grève généralisée.
  • Le remaniement ministériel : dans une crise pareille, c’est assez naturel qu’on assure la relève des hommes.
  • Les forces de l’ordre ont fait et font très bien leur devoir tout entier face aux étudiants brise-tout.

LES RÉFORMES

  • Entre le communisme et le capitalisme, il y a une troisième solution : la participation, qui change la condition de l’homme au milieu de la civilisation moderne. Je ne suis pas gêné dans ce sens-là d’être un révolutionnaire.
  • L’amélioration des salaires est apparente, car les chiffres d’augmentation ne signifient rien si l’économie et les finances ne peuvent pas le supporter.
  • Ce qui a été alloué, c’est ce qui de toutes façons aurait été obtenu en 1968 et 1969.
  • Il faut encore dix ans pour que la mutation agricole aboutisse.

LES ÉLECTIONS

  • Depuis que l’Assemblée nationale a été élue, elle avait vocation d’être dissoute : il y avait dedans une majorité qui n’en était pas une.
  • Si les résultats des élections sont bons, la République et les libertés seront assurées, et des perspectives élargies s’ouvriront pour les gouvernements.
  • Le référendum aura lieu en son temps et sous la forme qui conviendra.

L’UNIVERSITÉ

  • Il faut faire en sorte que l’Université ne vive plus pour elle-même, en dehors des réalités ; il faut qu’elle corresponde aux besoins modernes de notre pays ; elle doit fournir des élites adaptées à chaque activité.
  • La refonte et le fonctionnement de l’Université doivent se faire avec la participation de tous ses maîtres et de tous ses étudiants.

Reprise dans le primaire

  • Toutes les écoles ont rouvert hier leurs portes mais de nombreux instituteurs poursuivent la grève.
  • Secondaire : le SNES maintient la grève mais certains autonomes reprennent les cours.

Violents accrochages à Flins

  • Etudiants et ouvriers se sont battus toute la journée d’hier contre les policiers qui barrent l’accès des usines Renault
  • La CGT « dénonce » M. Geismar et les étudiants comme provocateurs

Gaelle Kermen, Kerantorec, le 28 mai 2018

Extrait de Des pavés à la plage, Mai 68 vu par une jeune fille de la Sorbonne

Combat Nº 7432 Vendredi 7 Juin 1968

Journal de Paris devise : « de la Résistance à la Révolution »

Combat_7_juinElections : l’inconnue est au centre

  • M. Duhamel lance ses troupe sur une voie médiane entre le gaullisme et le communisme
  • Le PC dénonce à la fois les « gauchistes » et les tenants d’une troisième force

La mort de KENNEDY : un défi à l’Amérique

  • La disparition du sénateur de New-York affaiblit les forces favorables au renouveau politique
  • Robert Kennedy sera inhumé demain au cimetière national d’Arlington

L’activité économique se normalise peu à peu

  • mais des secteurs entiers comme celui de la métallurgie restent paralysés
  • Le trafic reprend normalement aujourd’hui à la RATP, mais la remise en marche de la SNCF et de la RATP est plus lente

Renault : les grévistes chassés de Flins

  • venus manifester à Paris, un incident les a opposés à des anciens combattants

M. Roland Dhordain directeur de la Radio

  • M. Guena attend des propositions de l’Intersyndicale pour la reprise des émissions

Gaelle Kermen, Kerantorec, le 29 mai 2018
Blog auteur : gaellekermen.net

Extrait de Des pavés à la plage, Mai 68 vu par une jeune fille de la Sorbonne

 

Combat Nº 7431 Jeudi 6 Juin 1968

Journal de Paris devise : « de la Résistance à la Révolution »

Combat_6_juinLA GRÈVE SE MEURT

Reprise progressive du travail à la SNCF, à la RATP, aux PTT et dans la Fonction Publique

La situation reste confuse dans le secteur privé

  • Industrie automobile : point mort
  • Industries aéronautiques : piétinement
  • Aviation civile : règlement en vue
  • Protocoles d’accord conclus à l’Energie Atomique, à l’Union des Industries Métallurgiques et Minières et dans le sucre
  • Enseignement : pas de reprise à prévoir avant demain au plus tôt
  • L’UNEF refuse à M. Ortoli la qualité d’interlocuteur valable

De Gaulle demain soir à 20 heures à la télévision

  • M. Couve de Murville : pas de menaces immédiates pour la trésorerie et la monnaie
  • M. Jean-Jacques de Bresson directeur général de l’ORTF
  • M. Pisani crée un Mouvement pour la Réforme et présentera des candidats
  • Dénonçant la supercherie de la consultation et l’incapacité de la majorité gaulliste à assurer les réformes, M. Cornut-Gentille abandonne ses mandats

KENNEDY LUTTE CONTRE LA MORT

Les chirurgiens réservent leur pronostic jusqu’à la nuit prochaine après l’opération qu’ils ont pratiquée hier

  • Dans la meilleure hypothèse, une seconde intervention serait nécessaire
  • Aucune indication n’a été livrée sur les mobiles du meurtrier, un Arabe de 25 ans

Gaelle Kermen, Kerantorec, le 22 mai 2018

Blog auteur : gaellekermen.net

Extrait de Des pavés à la plage, Mai 68 vu par une jeune fille de la Sorbonne