Clandestine 70 londres avant le festival de wight août 1970

londres dans le soleil du mois d’août

Extrait du Journal 70 publié sous le titre Clandestine 70 (sortie en septembre 2020)

du côté de kensington gardens
londres et hélène retrouvées
londres et des relents d’enfance dans les odeurs rencontrées nulle part ailleurs
londres et mon asthme évidemment
besoin d’aller consulter à saint mary abbots hospital
ma fatigue

l’envie alors de ne rien voir
j’attendais chaque soir le retour de hélène

je me suis mise à tirer les tarots comme une folle
chaque fois dans le jeu revenait une carte gênante et je savais que c’était zabeth
mais le soleil était là aussi et j’allais gagner

nous parlions beaucoup hélène et moi
quand bruno ne comprenait pas quelque chose qu’il voyait ou entendait il nous demandait et nous lui expliquions
l’histoire de la vierge marie pour expliquer la virginité était sublime comme exemple d’impuissance d’adultère et d’immoralité déguisés
depuis si longtemps qu’on nous raconte ça

hélène retrouvée c’était comme une ancienne vie revenue
c’était le même brillant la même folie verbale et mentale
le même amour

je savais que j’avais besoin de ça avant de me plonger dans une autre vie à venir
une vie différente
sans doute plus équilibrée

je suis aussi allée voir élise
elle habite à barnes en dehors de londres dans la presque campagne si douce en angleterre avec les champs les ruisseaux et les mares aux canards en plein village
élise était belle et sereine
sécure elle a dit
elle se sent sécure
auprès de peter son futur mari irlandais qu’elle épouse le 6 septembre

l’après-midi s’étirait doucement avec le thé préparé par élise dans les règles de l’art
nous avons beaucoup parlé d’ava qui reste pour nous la plus belle femme que nous ayons connue avec son étrangeté et ses défauts sublimes
il ne manquait qu’ava parmi nous
depuis trois ans à l’époque d’aquamarina

hélène avait cru l’apercevoir un jour à londres mais avait pensé rêver
c’était sans doute elle si j’en crois ce qu’on nous a dit à bomarzo
comment la retrouver
c’est inutile sans doute

tout a changé
nous nous revoyons calmement mais nous avons changé
pourtant nous nous aimons toujours

élise pense que cette année toutes nos vies vont se stabiliser
elle se marie
moi je ne vais pas tarder à le faire aussi pense-t-elle
et elle souhaite à hélène de retrouver yannis
c’est la seule chose possible
et impossible
pour un amour trop fort pour vivre
aussi fort que la haine
fait de désespérance et de violence
comparable à rien d’autre
en dehors de toute norme humaine

élise était belle
peter était beau
ils s’harmonisaient étrangement en cette fin d’après-midi anglaise au jardin d’un pub devant la mare aux canards

élise à l’incroyable vie
élise aux yeux brillants des fumées de haschich
élise qui sereinement faisait des voyages au l s d
élise que rien n’étonnait jamais
élise qui aimait tout le monde et ne jugeait personne
comme brendan
mais pas par les mêmes moyens que lui
elle par le partage des corps
lui par l’ascèse de l’esprit
élise à qui la tante d’ava avait dit
ne perdez jamais le contact avec marine elle vous protège parce qu’elle est elle-même protégée
élise qui s’était dévoyée
élise qui se camait
élise qui aurait pu se perdre
élise la douce
élise la tendre
élise la majestueuse
élise était la plus pure d’entre nous
son amour universel rayonnait toujours par son demi-sourire boudhique et ses yeux plissés de compassion

Gaelle Kermen
Londres 26 août 1970

Bientôt in Clandestine 70

Clandestine 70 la 1ere manifestation du MLF Vincennes 21 mai 1970

 

le m l f mouvement de libération des femmes à vincennes

Extrait du Journal de l’année 1970 in Clandestine 70 (sortie imminente)

jeudi dernier je savais qu’il allait se passer quelque chose
j’avais peu dormi
je m’étais levée tôt pour aller au cours d’économie politique sur les problèmes de la paysannerie française

ça avait été une drôle de journée
mes yeux s’enfonçaient de douce fatigue
mais j’étais restée avec les camarades de sciences po
je me sentais forte et cinglante bardée de mon ceinturon marocain de cuir clouté

Ceinturon marocain clouté
Il y a 50 ans, je faisais 60 cm de tour de taille. Le temps a passé.

[…]

il y a eu une manifestation du nouveau mouvement de libération des femmes
des nanas avaient collé le matin des affiches provocantes style

nous sommes toutes des hystériques
nous sommes toutes des mal baisées
nous sommes toutes des frustrées

des mal baisées je les plains
j’ai dit que c’était leur faute qu’elles n’avaient pas à attendre d’être baisées bien ou mal mais qu’elles n’avaient qu’à baiser elles-mêmes et qu’elles ne seraient ni hystériques ni frustrées

leur tract était bien fait du genre

qui tape les stencils quand les types discutent de l’avenir de la révolution
qui fait la cuisine et qui garde les gosses pendant les réunions politiques
et cætera

très juste
c’est toujours pour les nanas les sales boulots

je me rappelle mon expérience d’il y a deux ans au temps de la sorbonne occupée et de la rue visconti
je pouvais les compter les petits révolutionnaires qui savaient ranger avant leur départ ou même seulement dire merci
je n’en ai connu qu’un c’était alain
philippe retrouvait instinctivement les gestes de maître à esclave
pierre n’en parlons pas

le plus grave c’est que j’acceptais
c’est là qu’est le problème
dans notre acceptation

c’est ça qu’elles ont décidé de secouer

il y avait beaucoup de monde à les attendre ces nymphettes comme disaient les types qui étaient dingues devant les affiches
ils n’en revenaient pas
ils ont toujours si bonne conscience de leurs bons droits

elles sont arrivées avec des banderoles
tee-shirt blanc avec sigle rouge du symbole féminin de vénus avec un poing dedans
elles criaient des mots d’ordre que l’on n’entendait pas à cause des hurlements des mecs

à poil à poil à poil

elles distribuaient leurs tracts tranquillement

dans les nanas j’ai reconnu mireille une amie de bébé

ce sont les types qui ont fait dégénérer la manifestation en kermesse folklorique
quand mon si tendre petit vietnamien christian duc m’a vue il s’est jeté sur moi en disant

libère-moi libère-moi

il a une voluptueuse peau de salope

il a aussi voulu me fourguer à une amie vietnamienne qui se rappelle m’avoir vue à l’internat de maurice ravel
ainsi qu’à un petit ami non moins joli que j’avais repéré depuis pas mal de temps et qui n’a pas l’air du tout homosexuel lui

finalement les filles ont pu tenir une assemblée générale dans le grand amphi et ont très bien posé les problèmes

il le fallait

###

Gaelle Kermen
Paris 21 mai 1970

Extrait de Clandestine 70 sortie septembre 2020