AeonTimeline Camp NaNo avril 2021

#AeonTimeline #CampNaNoWriMo

Je n’ai pas beaucoup écrit sur mes blogs au cours de l’année 2020. J’ai quelques excuses puisque j’ai eu le coronavirus et que j’ai créé un nouveau jardin. Il est difficile d’être opérationnel sur tous les fronts en même temps, j’avais donc laissé de côté la publication des articles sur mes blogs, que je reprends à l’occasion du Camp NaNoWriMo d’avril 2021.

Par contre, j’ai continué à transmettre mes enthousiasmes sur Facebook, en particulier sur les deux groupes dont je suis co-administratrice ScrivenerFR et AeonTimelineFR. Cela a été particulièrement stimulant. L’engagement vis à vis d’autrui est un gage de persévérance et d’aboutissement des projets.

Scrivener et AeonTimeline me permettent d’aller au bout de mes projets, en écriture ou en jardinage, priorités de ma maturité et de ma postérité. A 75 ans, on pense à ce qu’on laissera derrière soi.

Aussi, dès le début de l’année, j’organise mes projets dans Aeon Timeline comme dans Scrivener, pour savoir où je veux aller. Je suis ces tableaux de bord au quotidien. C’est un peu comme un examen de conscience en fin de journée, de faire le bilan de ce qui a été fait et déterminer la stratégie à adopter le lendemain pour avancer l’essentiel selon la météo prévue.

Actuellement, je travaille sur trois lignes de temps, PUBLICATIONS, CHANTIERS, RUCHER.

Je gère ainsi mes écrits et leur publication, mes travaux au jardin et à la maison, et je fais le journal de visites de ma première ruche, qui peut être produit en cas de surveillance vétérinaire.

Dès le début de l’année en cours, je crée un événement 2021_PUBLICATIONS dans la ligne de temps PUBLICATIONS.

Précédemment, j’ai les événements Parents, les Publications 2019 et les Publications 2020.

J’y range tous les événements des écrits, recherches et articles faits en 2019 et en 2020.

J’ai aussi un autre projet qui n’est pas fini, faire certains livres demandent plus de temps que d’autres, comme Kerantorec un domaine breton, sur l’histoire de mon village telle que je l’ai percue en vivant ici depuis plus de quatre décennies.

C’est clair et net, je peux prévoir et suivre mes projets de toutes natures.

Pendant les Camps NaNo et le NaNo 2020, j’ai révisé mon Journal de l’année 1970, devenu Clandestine 70, publié le 21 décembre 2020.

Ce n’est pas fini pour Clandestine 70, une correctrice professionnelle a dragué encore quelques coquilles dans le flux du texte et je vais tout revoir avant la publication brochée en impression à la demande.

Pour cette année 2021, je commence les Publications par le Camp NaNo du printemps.

Vous pouvez voir que je travaille rarement plus de trois heures par jour. Mais la routine acquise me permet d’aller au bout du chemin, aussi long soit-il.

Cet article sur Aeon Timeline est le deuxième de la série prévue ce mois-ci.

Un billet sur le groupe AeonTimelineFR

En novembre dernier, huit mois après ma maladie, je m’émerveillais de tout ce que j’avais été capable de réaliser sur mon domaine, par un billet posté sur le groupe AeonTimelineFR, qui est mon outil d’organisation quotidienne. Je résumais ainsi la situation particulière de cette année 2020 que nous ne pensions jamais connaître.

Facebook 6 novembre 2021

Bonjour, je vous transmets un peu de mon enthousiasme à utiliser l’application AeonTimeline tous les jours sur mon iPad pour organiser les multiples chantiers de restauration de mon domaine, agrandi cette année.

Me retournant sur quelques unes des récentes réalisations et suivis de récoltes, pommes au verger ou œufs au poulailler, je suis moi-même impressionnée.

Je ne suis pas une super woman toujours sur le pied de guerre. Je suis juste une femme qui tente de bien s’organiser pour ne pas perdre de temps, d’argent ni d’énergie.

AeonTimeline me permet d’être encore plus efficace au cours de cette année particulière à tous les titres.

Sincèrement, je ne pensais pas en faire autant, surtout après avoir été fatiguée 40 jours par le COVID-19 entre le 29 février et le 15 avril.

Pourtant, c’est fait, un rucher, un poulailler, une cabine sanitaire, des parcelles ensemencées de céréales et d’engrais verts, pour les abeilles d’abord avec les fleurs, pour les poules ensuite avec les grains, pour les poules et moi enfin pour les litières et toilettes sèches (j’en ai construit deux, une dans la cabane et une dans la salle de bains).

Plus que de simples réalisations dont je puisse me réjouir (j’ai déjà économisé deux mètres cubes d’eau avec mes toilettes sèches, c’est peu en budget, c’est beaucoup en ressources), AeonTimeline chaque jour me permet de faire le point, d’analyser les besoins, les résultats, d’anticiper les stratégies.

Lorsque j’ai écrit le guide pratique sur son utilisation, AeonTimeline plus simple pour les francophones, je n’imaginais pas tout ce que le logiciel d’abord, plus souvent l’application, allaient m’apporter en amélioration de mon quotidien. Je m’adressais surtout aux écrivains, alors que l’application peut être utilisée par tout le monde, dans de nombreux domaines de compétences.

J’ai l’impression d’avoir changé de civilisation et d’aller vers un progrès en respect de la nature, aidée d’un outil technologique très abordable et démocratique.

Vous servez-vous d’AeonTimeline ? Ou, si vous ne l’utilisez plus, pourquoi l’avoir abandonné ? Toutes les informations sont utilises pour définir et structurer nos besoins spécifiques.

Je vous souhaite de belles réalisations. Prenez soin de vous et de la terre.

Gaelle

Et bien sûr, tout est rédigé sur Scrivener iOS pour iPad.

Bonnes fêtes de Pâques !

Kerantorec, le 2 avril 2021

Gaelle Kermen

Groupes Facebook ScrivenerFR et AeonTimelineFR

Bilan 2014 3 restauration du salon

Les travaux du bois avaient été les principaux projets de l’année 2014, entre l’abattage de la haie de palmes, la menuiserie du mobilier de bureau, et celle en bois de palette. Comme j’étais dehors la plus grande partie de la journée, j’avais laissé de côté un élément essentiel de la chaumière, le salon.

Restauration du salon de septembre à Noël

Ce salon avait été sinistré par les eaux et portait des traces douloureuses. Une fuite d’eau, décelée seulement au bout de… 32 ans, avait sali un mur dans le coin sud-est de la cheminée et des infiltrations d’eau avaient coulé depuis le toit de chaume, que nous avions réparé l’été 2013.

Coin du feu au chat dans le salon restauré. Noël 2014
Coin du feu au chat dans l e salon restauré. Noël 2014

J’avais tenté de garder cette pièce en état de salubrité en mettant un poêle à granulés, une occasion vieille de 20 ans, qui a au moins permis d’enlever de l’humidité lors des tempêtes de l’hiver 2013. Mais il n’était plus performant, je voulais le changer. J’ai opté pour un poêle très peu cher (à la mesure de mon modeste budget), un Taïfun de Moderna, fabriqué en Bulgarie. En voici les aventures.

Début septembre, après le départ des enfants, j’ai entamé le rangement des livres qui attendaient sur la grande table du salon, par terre, dans tous les coins, depuis que j’avais démonté la grande bibliothèque Monta Bruynzeel pour la changer de côté et gagner de la place dans la pièce, en permettant une meilleure expositions de tableaux grands formats. J’avais fait ce démontage début 2013 et commencé le rangement des compacts discs et des disques vynile. Je tenais entre mes mains les disques de Kevin Ayers, musicien pop anglais que j’avais connu en décembre 1972 à Londres, et revu à Montolieu en mai 2011. J’allais les ranger au début de la collection vynile pop, bien classée de A à Z, de Ayers à Zeppellin, quand je me suis arrêtée, troublée par sa présence. C’était comme si Kevin avait été dans la pièce auprès de moi. Il se passait quelque chose. J’avais déjà eu ce type d’intersignes. J’étais dans un état second. J’ai rangé les disques à leur place et j’ai cessé les réinstallations du salon. Impossible de m’y remettre. Un peu plus tard, j’ai appris la mort de Kevin, au moment où le temps s’était suspendu.

Rangement de la grande bibliothèque

Il a fallu la visite de ma camarade de classe du lycée Hélène Boucher à Paris, ma voisine de table l’année scolaire 1960-61, pour que je fasse l’effort immense de ranger mes livres. Nous ne nous étions pas vues depuis 54 ans et je ne pouvais imaginer lui montrer mes livres en désordre, c’est ensemble que nous avions appris leur valeur. Grâces soient rendues à mon amie Liliane Willefert-Bénard, philosophe. Le salon était à peu près présentable quand elle est arrivée avec son mari.

Ils m’ont emmenées me reposer à Erdeven et j’ai pu continuer les travaux au retour, rechargée par les grandes pierres, la mer et leur chaleureuse amitié au-delà du temps.

rangement du salon01
Rangement du salon début septembre avec le nouveau poêle

Démontage du poêle à granulés et installation du poêle Taïfun

Les deux poêles attendaient dans le coin de la cheminée. C’est là qu’est arrivé un petit miracle. Car je ne pouvais décemment les déplacer toute seule et mon cousin-voisin était bloqué !

Les deux poêles en attente dans le coin cheminée
Les deux poêles en attente dans le coin cheminée

Un extrait de mon cahier de chantier 2014

Vendredi 12 septembre 2014

21:20 Il y a des jours où je n’ai pas l’impression d’avancer, du moins pas autant que je le voudrais, quand je fais mes plannings et mes listes de tâches, toujours trop longues et abondantes. Mais certains jours comme celui-ci, un grand pas en avant se fait, alors que je ne m’y attendais pas.
Ce midi, j’étais à nettoyer la cour de la petite chaumière, en tenue de chantier, short, chaussettes et chaussures de jardin, veste bleue de travail, gants de protection et casquette Dick sur la tête, quand j’ai entendu une voiture s’arrêter. Curieuse, je me suis avancée sur le parking, car je pensais qu’il s’agissait enfin des nouveaux voisins, que nous n’avons pas encore vus.
Un monsieur sortait d’une Mercedes immatriculée en Allemagne, son iPhone à la main, et me voyant, m’a demandé l’autorisation de photographier le village. J’ai dit oui, et je repartais vers ma cour, quand il m’a appelée : « Madame ! ». Je suis revenue sur mes pas, il voulait savoir s’il était possible de passer des vacances ici. J’ai dit non, sauf peut-être dans la petite maison. Il a alors remarqué ma casquette Dick et il a dit qu’il était « carpenter », qu’il faisait des « furnitures » et qu’il se fournissait chez eux. J’ai dit que j’y trouvais mes « japanese saws ».
Et du coup, j’ai eu toute confiance en cet homme sympathique et comme il me posait des questions sur mes bâtiments et les travaux en cours, je lui ai montré mon bureau, puis la cuisine, il a dit : « It’s your living room ? », « No, my kitchen! »‘ « Oh! Wonderful ! In oak ! », puis, après hésitation, le salon.
Là il s’est passé quelque chose. Il n’a pas vu l’immense foutoir dont j’ai honte, ou il a eu la délicatesse de ne pas le signaler, mais il a vu tout de suite la cheminée, avec le poêle démonté dedans et le nouveau poêle en bas en attente. Il a proposé de descendre le poêle à granulés. « Together! ».
Il a craint un moment que je ne puisse pas soutenir la masse lourde. J’ai dit : « Tell me when. You count. » « Three, two, one, go. » Impeccable, nous avons déposé le poêle sur la palette, puis nous avons fait glisser la palette sur la marche, jusqu’au sol du salon. Ensuite, il a dit : « We put the new one ? ». « Yes, thank you ! » Cette fois, c’était nettement plus léger et le Taifun a trouvé sa place aisément.
Incroyable ! Un genre de miracle. J’espérais bien que quelqu’un m’aiderait à changer ces deux poêles de place, puisque Guenal, en maladie, ne pouvait m’aider. Mais je n’imaginais pas qu’un inconnu de passage, étranger de surcroit, serait cette personne providentielle. Je l’ai remercié. Il a pris des photos de la maison, de moi assise sur la terrasse, j’ai protesté que je n’étais guère présentable, mais il a dit : « Well, you’re a worker ! » « Yes, I am a worker. »
Il a admiré le jardin. J’ai demandé son mail, pour lui envoyer des photos du poêle quand il sera en marche. Il a parlé de revenir avec sa femme me donner sa carte. Nous nous sommes serrés la main, avec respect mutuel. Il a dit que c’était étonnant que je lui aie montré ma maison. J’ai dit que c’était parce qu’il m’avait dit qu’il était « carpenter ». Il a dit que c’était à cause de Dick qu’il m’avait parlé.
A quoi ça tient, une relation, un échange. Ici à Dick, la marque allemande qui vend de si bons outils !

Scie japonaises de bûcheronnage et casquette Dick de travaux
Scie japonaises de bûcheronnage et casquette Dick de travaux

Cette action d’Axel Seger a servi de détonateur à toute mon action de restauration du salon. Qu’il en soit ici vivement remercié. Il s’inscrit au Hall of Fame des bienfaiteurs de Kerantorec.

Très vite j’ai pu faire fonctionner le nouveau poêle, ce qui a changé la vie du salon, un coeur rebattait dans le foyer de la maison.

L'installation du poêle Taifun a réveillé le salon.
L’installation du poêle Taifun a réveillé le salon.

Pose d’une plaque en zinc dans le conduit

Premier petit déjeuner de l'an 2015, près du feu, désormais isolé du froid du conduit de cheminée par une plaque isolante.
Premier petit déjeuner de l’an 2015, près du feu, désormais isolé du froid du conduit de cheminée par une plaque isolante.

Ensuite j’ai pu effectuer de nombreux rangements, dans le salon, la petite chaumière, la réserve, profitant des derniers jours longs de soleil, période de dons à Emmaüs, ou de voyages à la déchetterie.

De la Toussaint à la fin de l’année 2014

A la Toussaint, le temps a changé, il n’étais plus question de travailler dehors. Deux gros problèmes restaient à résoudre pour que le salon redevienne vivable. La poutre devant la cheminée avait été entamée par la fuite d’eau qui avait duré 32 ans. Elle menaçait de tomber. Du moins je l’imaginais ! Il a fallu l’étayer pour la sécuriser.

Alors seulement j’ai pu envisager la réfection de l’enduit du mur abîmé par les traces d’eau, en chaux, chanvre et sable, comme les autres enduits faits dans la maison depuis 1996 et qui ne bougent pas au fil du temps.

Quand je prenais des photos sur l’avancement des rangements du salon, j’étais toujours gênée par l’état des poutres, que j’avais badigeonnées à la chaux en 1995. La chaux s’écaillait, tombait, c’était hideux. Ayant rangé les bibliothèques, je ne supportais plus d’avoir le ciel qui me tombait sur la tête. Un jour j’en ai eu assez, j’ai entrepris le décapage des poutres. Un travail sale et déplaisant, mais dont le résultat immédiat me remontait le moral. A part la première poutre, qui avait souffert de circonstances extérieures, les poutres étaient saines et en bon état. Maintenant j’oublie le plafond, il a repris sa juste place.

Décapage des poutres du salon

Début du décapage des poutres, pas simple quand la pièce où on le fait est habitée. Tout à la main, brosse métallique, grattoir, acide chlorhydrique final.
Début du décapage des poutres, pas simple quand la pièce où on le fait est habitée. Tout à la main, brosse métallique, grattoir, acide chlorhydrique final.

Enduit de chaux et chanvre dans coin cheminée abîmé par suie et infiltrations d’eau

Après l’étayage de la poutre devant la cheminée, je pouvais refaire les enduits.

Enduit de chaux, sable, chanvre (1 tiers de chaque) au dessus du linteau du passage et dans le coin de la cheminée.
Enduit de chaux, sable, chanvre (1 tiers de chaque) au dessus du linteau du passage et dans le coin de la cheminée.

Pose de rideaux dans le salon et la cuisine

Poser de nouveaux rideaux devenait une tâche facile à réaliser, eu égard aux forces qu’il avait fallu déployer dans la restauration du salon et un vrai plaisir d’avoir une grande table de cuisine pour tailler les tissus.

Pour occulter du froid, j’ai fait des rideaux avec des doublures en tissu thermique, c’est très joli et efficace.

rideaux-doublures-thermiques_3

Finitions dans la cuisine et le salon

Tout était fini dix jours avant Noël. J’avais respecté les engagements pris vis à vis de moi-même. J’avais fait beaucoup plus de choses que je ne pensais. 2014 a été une année très productive. Ma maison d’habitation a retrouvé ses couleurs, sa chaleur, sa vie.

Désormais la cuisine vibre bien avec ses nouveaux rideaux, sa belle table en chêne et ses dessertes rénovées.
Désormais la cuisine vibre bien avec ses nouveaux rideaux, sa belle table en chêne et ses dessertes rénovées.

Me voici arrivée au bout de ce bilan 2014 des chantiers, en trois pages de blog. Au départ ce devait être juste une liste des tâches effectuées avec leur illustration. Mais le sujet a emporté mon écriture.

J’espère vous avoir donné du courage. Dîtes-vous bien que si j’arrive à mener à bien ces chantiers parfois durs, sans grandes forces ni grands moyens, c’est que tout le monde peut en faire autant. Il faut savoir ce que l’on veut, faire preuve d’imagination, regarder dans les matériaux accumulés, investir dans des outils, oser se lancer, bien s’organiser, demander conseil aux gens compétents, accepter l’aide providentielle qui peut se manifester, recommencer si on s’est trompé, et apprécier le bonheur de travailler de ses mains. C’est un grand privilège.

Bricolez ! Prenez de la peine ! La récompense sera au rendez-vous !
Excellente nouvelle année 2015 pour de nouveaux chantiers.

Gaelle Kermen 2015

Remerciements à Axel Seger, Ideen aus Holz, Königswinter, Deutschland, avec toute ma reconnaissance

Tissu thermique trouvé sur le site de Tissus-Price

Rideaux occultants rouges trouvés au magasin Leroy-Merlin de Lorient-Queven Collection Inspire Manchester Rouge N°3
Rideaux occultants argent commandés sur le site Leroy-Merlin Collection Inspire Galet N°5

Poêle à bois Taïfun de Moderna trouvé sur le site poeleaboismaison.com

Outils Dick pour le bois, le jardin et autres belles choses site de commande

Bilan 1 mobilier intérieur
Bilan 2 mobilier de jardin en bois de palette
Bilan 3 restauration du salon

Plus de photos sur Galerie Flickr