Combat Nº 7441 Mardi 18 Juin 1968

Journal de Paris devise : « de la Résistance à la Révolution »

Combat_18_juinRENAULT FERA TACHE D’HUILE

Chez Citroën et Peugeot les syndicats réclament la reprise des négociations sur la base des accords ratifiés par les ouvriers de la Régie Nationale


Le droit syndical est reconnu chez Renault

Les problèmes d’emploi seront traités par une commission paritaire direction-syndicats

LES DÉLÉGUÉS POURRONT CONSACRER À LEUR ACTIVITÉ 100 HEURES PAR MOIS PAYÉES PAR L’ENTREPRISE

L’AFFICHAGE, LE COLLECTAGE ET LA DIFFUSION DE LA PRESSE SYNDICALE SE FERONT LIBREMENT


Extrait de l’éditorial : la fin

« Le pouvoir peut occuper la Sorbonne. Il est trop tard : le grain qui y avait été semé en Mai commence déjà à lever. »
COMBAT


« L’INFORMATION EST SERVE »

Le rapport de la Commission sénatoriale d’enquête sur l’ORTF dénonce la soumission de l’Office au gouvernement (page 16).


OPÉRATIONS LÉGISLATIVES

Aujourd’hui une interview de Michel Rocard, secrétaire général du PSU


18 JUIN

par Maurice CLAVEL

Cette année c’est net. Hors quelques héros vénérables et indignés, le 18 juin sera fêté par tous ceux qui l’auraient vomi en 40 ; (…) qui ont, qui auraient tremblé de toutes leurs tripes liquides que la patrie se libère…
Voici le 18 juin des âmes vichyssoises et versaillaises. Voici le 18 juin des Daumier qui sortent de leur cadre et grouillent, et se vengent avec cautèle de leur trouille. Voici le 18 juin de nos enfants humiliés.
O comme la coupole de la Sorbonne aujourd’hui est lourde !
(…)


LE RETOUR DES BATONS

par Jacques-Arnaud PENENT

Ils ont encore volé la Sorbonne !
Pour avoir vécu, seul journaliste parisien, mais surtout seul militant journaliste, les péripéties de ce vol, je déclare bien haut que le « Comité d’occupation » n’a fait qu’opposer la force redoutable de la bonne foi aux manœuvres policières. Car, devant les CRS, on avait mis Maigret. Et toute la P.J. Mais depuis l’affaire Ben Barka, nous savons que les secrets d’Etat, que les vérités gênantes brûlent aussi dans la pipe de ces Maigret pour s’évanouir en fumée. Et, les poings serrés, les vu les rats en gabardine ronge tous nos drapeaux. Ah ! les bien-pensants peuvent pavoiser ! La Sorbonne entre en servitude. Ah ! les folliculaires aux ordres peuvent applaudir ! La Sorbonne a retrouvé son calme et les murs leur mémoire du vide. On nettoie la Sorbonne ? Voire. La jeunesse ouvrière, ces dizaines de jeunes chômeurs prêts, hier, à toutes les résistances, cette jeunesse n’a pas sali la Sorbonne. Au contraire, elle y était chez elle. C’est cela la démocratisation de l’enseignement. C’est cela la révolution universitaire. Tout le reste, tous les colloques, toutes les réformes entre initiés n’intéressent que les gens d’un même monde, l’ancien. Furieux d’avoir raté « l’opération des Katangais », furieux de subir une Faculté libérée et ordonnée par ses occupants, le Pouvoir a voulu montrer sa force aux électeurs, tandis qu’il prouvait, en fait, son hypocrisie et sa lâcheté. (…)
Allons ! finissons-en. Nous reprendrons la Sorbonne. Définitivement. Nous la rendrons à sa destination populaire. »


Gaelle Kermen, Kerantorec, le 7 juin 2018

Jacques-Arnaud PENENT
Maurice Clavel

Extrait de Des pavés à la plage, Mai 68 vu par une jeune fille de la Sorbonne

En exclusivité numérique sur Amazon tout l’été 2018

Combat Nº 7421 Samedi 25 et Dimanche 26 Mai 1968

Journal de Paris devise : « de la Résistance à la Révolution »

Une interview exclusive d’André Barjonet

Combat_25-26_mai

NON !

LE CHEF DE L’ÉTAT DEMANDE À LA NATION DE LUI DONNER PAR RÉFÉRENDUM « UN MANDAT POUR LA RÉNOVATION »


SI LA RÉPONSE EST NON IL SE RETIRERA

LA CONSULTATION AURA LIEU EN JUIN

  • Le général de Gaulle promet, sans en préciser le contenu des réformes de structures « partout où il le faut »
  • Les syndicats accueillent mal les propos du Chef de l’État
  • M. Mendès-France : « Un plébiscite, cela ne se discute pas, cela se combat »

L’émeute a gagné hier la rive droite : 50 000 jeunes dans la rue

LES POINTS CHAUDS ONT ÉTÉ : LA GARE DE LYON, LA BOURSE, L’OPÉRA, LA RUE DE RIVOLI.

  • La manifestation s’est prolongée au Quartier Latin.
  • Violentes barrages à Lyon : un commissaire de police est tué.
  • Le mouvement fondamental de révolte a échappé aux syndicats et aux partis qui tentaient de le récupérer : répondant à l’appel des organisations d’étudiants, des dizaines de milliers de jeunes, étudiants et travailleurs, ont convergé en fin d’après-midi des portes de Paris vers la Gare de Lyon.
  • Empêchés de gagner la Bastille, ils se sont violemment opposés aux forces de la police dans la Rue de Lyon. L’émeute s’est étendue dans la nuit jusqu’à la Rue de Rivoli et au Quartier Latin.
  • Les propos du Chef de l’État ne peuvent qu’étendre et aggraver la révolte dans les jours qui viennent.
  • Dans l’après-midi les militants de la CGT ont calmement défilé sur les deux rives de la Seine.
  • A Lyon, des milliers d’étudiants et d’ouvriers se sont violemment opposés aux forces de l’ordre : un commissaire de police à été tué.

Première rencontre « au sommet » gouvernement-syndicats cet après-midi

M. POMPIDOU SOUHAITE AU MOINS UN ACCORD SUR LA SUITE DES DISCUSSIONS

M. Pompidou n’aura pas attendu l’allocution du Chef de l’État pour lancer son invitation de négociation aux syndicats qui l’ont immédiatement acceptée (…)
La négociation s’annonce difficile. La CGT a réaffirmé jeudi sa volonté de contraindre le patronat et le gouvernement à céder. La CFDT quant à elle va demander d’entrée de jeu des engagements précis sur l’abrogation des ordonnances et sur les libertés syndicales. Elles trouveront en face d’elles un patronat décidé à ne pas augmenter la charge salariale dans des proportions telles que les prix atteindraient un niveau qui ne seraient pas compétitif.
Mais on a de bonnes raisons de penser que ce gouvernement est disposé à de larges concessions. L’essentiel pour lui est de rétablir l’ordre, c’est-à-dire venir à bout des grèves et de se maintenir au pouvoir jusqu’à la date du référendum.


Gaelle Kermen, Kerantorec, le 23 mai 2018

Blog auteur : gaellekermen.net

Extrait de Des pavés à la plage, Mai 68 vu par une jeune fille de la Sorbonne