Jean Azarel : la genèse de Waiting for Tina

Aujourd’hui, j’invite le poète-écrivain Jean Azarel pour raconter la genèse de son roman biographique sur Tina Aumont, à paraître cette fin d’année 2018 : Waiting for Tina.


De la page blanche à l’actrice Tina Aumont

par Jean AZAREL

Image17
Crédit photo Tina Aumont : Jean Mascolo, dit Outa

En 2006, l’actrice Tina Aumont, fille de deux monstres sacrés du 7e art, Maria Montez et Jean-Pierre Aumont, décédait à soixante ans d’un emphysème pulmonaire. Star consacrée notamment par Losey, Vadim, Fellini ou Bertolucci, icône de l’underground des années 60/70, Tina Aumont a saccagé sa carrière à cause de sa dépendance aux drogues dures avant de mourir dans le dénuement dans un modeste appartement parisien.

Fin 2009, constatant l’absence totale de biographie sur la vie d’“une des dix plus belles filles du monde” (Tinto Brass), j’ai décidé de me lancer à l’aventure en écrivant “Waiting for Tina”.

Ma philosophie de vie a été fortement influencée par les mouvements contestataires post-Mai 68, plus particulièrement la tendance “hippie libertaire”. Arrivé à 55 ans, j’ai éprouvé le besoin de témoigner sur cette époque et le sujet Tina Aumont m’en donnait l’occasion. D’elle, j’avais gardé le souvenir prégnant d’une comédienne présentée à l’époque comme “sulfureuse”, qui m’avait impressionné dans le film de Philippe Garrel Les hautes solitudes.

Par où commencer ? Devant moi, la page était blanche. Je n’avais pas de contacts ou de connaissances particulières susceptibles de m’aider. C’est Internet qui m’a mis le pied à l’étrier. J’ai passé des centaines d’heures à fouiller sur la toile pour récupérer de la matière. Le site “Paris 70” a été l’élément déclencheur. Son créateur, Bernard Bacos a de suite répondu à ma demande quand il a su l’objet et m’a régulièrement aidé en me donnant des mails et téléphones de témoins les plus divers que j’ai pu, à de rares exceptions près, rencontrer. Ensuite, c’est de fil en aiguille que le livre s’est construit, un rendez-vous avec l’un(e) engendrant un rendez-vous avec l’autre. Cinéastes, artistes, musiciens, amis, membres de la famille, chanteurs, acteurs, journalistes, connus ou anonymes ont peu à peu forgé le corps de “Waiting for Tina”.

Parallèlement, j’ai acquis pour les visionner une bonne vingtaine de DVD des films de Tina Aumont, récupéré des photos inédites, accumulé des informations qu’il m’a fallu mettre en forme, trier, croiser, éliminer parfois. J’ai passé des jours et des nuits fébriles. Une biographie c’est une enquête. Le biographe a tout du détective, il est à la recherche du moindre indice pour avancer vers le dénouement d’une affaire.

Pendant près de six ans, je peux dire que j’ai ainsi vécu virtuellement avec Tina Aumont. J’ai appris à la connaître et à m’attacher au personnage, qui fait partie de ces “perdants magnifiques” de l’existence, pour reprendre la traduction du titre d’un roman de Léonard Cohen. Un jour, Bernardo Bertolucci m’a dit au téléphone : “De la façon dont vous en parlez, vous n’êtes pas un peu amoureux d’elle ?”. Abusif sans doute, mais l’amour est aussi protéiforme. Cette période de ma vie a été intense et émouvante à titre personnel. Mon travail sur Tina Aumont m’a permis de rencontrer des gens remarquables, dont certains étaient, sinon mes idoles, du moins mes modèles à suivre, quand j’avais vingt ans.

Le processus créatif, dont je suis coutumier côté écriture, s’enrichissait d’échanges, d’images, de documents, de voyages, d’une matière sans cesse nouvelle et renouvelée. Il m’a bouffé le cerveau par moments et, pour rester à peu près maître de la situation, je me rabattais sur d’autres travaux d’écriture et, heureusement finalement, mes activités professionnelles (je suis un intermittent de la littérature) me lavaient la tête de l’obsession Tina. Rentrer dans la vie de quelqu’un par l’écriture est un exercice fascinant, même s’il se fait par procuration. Il oblige à s’oublier, à ne plus parler égoïstement de soi pour se consacrer à l’autre, révéler sa vérité sans le trahir, en faisant œuvre de “passeur” un peu comme un historien.

J’ai bien sûr eu des blancs, des moments de doute, voire de découragement devant certains refus. J’ai attendu près de quatre ans de pouvoir converser avec des témoins qui me paraissaient essentiels et qui se dérobaient pour des raisons compréhensibles. Lorsqu’on a été intime de quelqu’un, c’est difficile de se livrer à un étranger. Quand un journaliste m’a appelé de New York en pleine nuit, alors que n’y croyais plus, pour un entretien de deux bonnes heures, ce fut comme un miracle. Je prenais des notes à toute vitesse, j’avais mal au poignet, mais quelle joie !

“Waiting for Tina” est aujourd’hui achevé. Il ne m’a pas été facile de dire “stop”. J’aurais encore pu poursuivre les recherches, prolonger une sorte d’amitié amoureuse fantasmée, post mortem, mais de toute façon sans avenir. Il fallait passer à autre chose. Pour moi comme pour elle. Par respect de son histoire. Pour la faire partager puisque le portrait est, je pense, fidèle à l’original, mais bien sûr ça reste une reproduction. J’ai désormais hâte que le livre soit publié. Je le dois en remerciements à tous ceux qui ont bien voulu me recevoir, me faire confiance. C’est comme une dette à payer et certains ne sont plus de ce monde malheureusement. Après des vicissitudes avec les éditeurs, le livre doit paraître en 2018.

Jean AzarelPasted Graphic.png


WAITING FOR TINA de Jean AZAREL raconte l’histoire romancée de Tina AUMONT, de l’enfance dorée sous les auspices de Jean COCTEAU, à sa mort en 2009.

Jean Azarel publie sur la page Facebook Waiting for Tina publie de nombreuses photos de Tina Aumont.


Tina-vignette

Après six ans de recherches, rencontres, interviews, doutes et passion« WAITING FOR TINA« , 1ère biographie consacrée à « notre » Tina AUMONT, est prête à être publiée dans un ouvrage d’environ 500 pages, écrit dans un style qui alterne poésie, recueil de témoignages et volonté littéraire, avec des photos et documents inédits
La campagne de pré-financement est disponible sur le site de financement participatif Ulule  https://fr.ulule.com/tina-aumont/

Mai 68 : la Une du Nouvel Observateur, le film de Michel Cournot à Cannes

Première Une de Mai 68 : le Nouvel Observateur du 30 avril au 7 mai 1968

Le film de Michel Cournot à Cannes

Très émue de commencer cette série de publication de Unes de journaux d’archives par la couverture de la revue Le Nouvel Observateur avec le profil de Cournot.

Une68_NouvelObs.JPG

Au cours de ma vie, il m’est arrivé de raconter certains éléments essentiels de mes années 60, je parlais alors de l’importance qu’avait eu, au début de mes études, ma lecture hebdomadaire des articles de Michel Cournot sur le cinéma dans Le Nouvel Observateur auquel j’étais abonnée. Parfois, j’ai rencontré des gens qui lisaient aussi le Nouvel Observateur rien que pour les chroniques de Cournot. Nous nous reconnaissions admirateurs de Cournot, soudain émus et nostalgiques d’une époque révolue. Les adorateurs de Cournot sont aussi décalés en cinéphilie que les fans de Kevin Ayers en musique pop des années 70 ou les lecteurs de Malcolm Lowry en littérature anglo-saxonne des années 50. Une espèce à part, avide de champs inexplorés, de découvertes enthousiastes, hors des chemins balisés par la mode imposée. Nous formions presque une société secrète.

Michel Cournot fait partie des personnes qui m’ont donné envie d’écrire et m’y ont encouragée. Son univers était toujours hors des sentiers battus, mais il nous faisait, dans un simple article, vibrer de tant de façons qu’on se sentait régénéré pour la semaine, dans l’attente du jeudi suivant pour le prochain article.

En avril 68, juste avant les événements de Mai qui allaient annuler le Festival de Cannes pour la première fois depuis sa création, Michel Cournot n’était plus critique de cinéma au Nouvel Observateur. Il avait été viré dès 1966, parce que les lecteurs normaux n’aimaient pas qu’il «  parle de tout, sauf de cinéma ».  Il avait été remplacé par Jean-Louis Bory, qui avait eu le prix Goncourt pour son roman Mon village à l’heure allemande.

Michel Cournot avait tourné un film Les Gauloise bleues. Il devait être projeté au Festival de Cannes. Le Festival n’a pas eu lieu. Cournot n’est pas entré dans l’histoire du cinéma. Mais il est resté dans le cœur et la mémoire de quelques uns d’entre nous, qui lui rendons encore hommage après plus d’un demi-siècle.

De la revue, je n’ai gardé que la couverture dans mes archives.

Les hasards des déménagements impliquaient des choix, j’ai arraché la couverture de ce numéro de Mai, sans doute quand, au mois de juin 1968, j’ai brûlé beaucoup de papiers avant de quitter la rue Visconti où j’habitais avec mon révolutionnaire malgache, Michel Bablon. Il m’a fait brûler des revues cubaines qui pouvaient être compromettantes si une descente de police arrivait dans l’appartement que nous avions prévu de quitter par les toits… Je ne pouvais pas brûler Cournot !

Une68_Cournot.JPG

Je regrette de n’avoir pas conservé la collection des numéros du Nouvel Observateur, restées chez mes parents à Saint-Leu-la-forêt, qui ont dû aussi faire des choix quand ils sont revenus habiter en Bretagne.

J’ai gardé les livres de Michel Cournot dans ma bibliothèque, près de ceux de son neveu Patrice Cournot. Tous deux ont été des phares dans ma vie.

Bibli_Cournot2.JPG
Bibliothèque : livres de Michel et Patrice Cournot (archives personnelles)

J’aimerais tellement pouvoir relire tous les articles de Cournot.

Ils mériteraient une réédition dans un recueil dédié à son souvenir, rien que pour lui.

Gaelle Kermen,

Kerantorec, le 30 avril 2018


Livres de Michel Cournot : Le premier spectateur et Enfants de la Justice

Livres de Patrice Cournot : Le jour de gloire, Le bonheur des autres, Le retour des Indiens Peaux-rouges


Mes cahiers sur cette époque : Le vent d’Avezan et Le soleil dans l’œil.


Gaelle Kermen, Kerantorec, le 30 avril 2018

Blog auteur : gaellekermen.net

Extrait de Des pavés à la plage, Mai 68 vu par une jeune fille de la Sorbonne


Pour en savoir plus sur le film de Cournot à Cannes :

https://www.festival-cannes.com/en/films/les-gauloises-bleues

Sur l’attitude de Michel Cournot pendant les événements de Mai 68, voir :

http://www.cannes.com/fr/culture/cannes-et-le-cinema/le-festival-de-cannes/histoire-du-festival-de-cannes/de-1939-a-nos-jours/les-annees-70-un-nouveau-depart-apres-la-crise-de-mai-1968.html

« Les réalisateurs Milos Forman, Jan Nemec, Michel Cournot, Salvatore Samperi et Mai Zetterling ont un film engagé en compétition mais, témoins de la scène, ils se rangent immédiatement aux côtés des contestataires et se retirent du concours, encourageant les autres candidats et les membres du jury à les rejoindre. »