Fac de Vincennes-mai-1969

samedi 3 mai

je crois avoir trouvé le moyen de ne plus avoir ces crises d’asthme démentielles
je vais dorénavant faire l’amour
et faire l’amour
et faire l’amour

ça ne peut plus durer
ça fait plus d’un mois ou je ne sais combien que je n’ai pas touché un homme

j’en ai envie
de nouveau

ce salaud de pierre est mort pour moi

je crois que je vais commencer par michel mon petit camarade de vincennes qui a dix-huit ans


dimanche 4 mai tard le soir

jane a appelé de londres tout à l’heure
elle aimerait être mannequin chez féraud
je verrai ça avec louis cette semaine

surtout elle m’a appris que pierre était venu chez elle avec sa nana une blonde vraisemblablement la finnoise que j’avais vue avec lui la dernière fois

quand je pense qu’il a osé m’écrire et m’appeler au secours me dire qu’il avait froid qu’il avait faim qu’il était fauché et
je viens de relire sa lettre
que son seul refuge
était le lit

je suis furieuse
le salaud
je le vomis
qu’il ne reparaisse jamais ici
je lui arracherais les yeux


lundi 5 mai

voilà je suis promue au grade de moniteur du cours de casamayor
ai-je de la chance
j’estime la mériter
j’ai longtemps perdu mon temps j’ai souvent gaspillé mes talents mais j’en avais
je les dois à papa et à dix ans je m’étais juré de ne pas laisser pourrir mes dons
j’y arrive
j’arriverai
je réussirai
ce sera dur
je vais travailler comme une folle mais j’y arriverai

pierre tu serais heureux de ce que je deviens

à part ça une dent de sagesse me donne envie de hurler


lundi 12 mai

me sens bizarre vague triste
je meurs d’être seule
je ne sens plus mon corps

je n’ai pas compris casamayor ce matin
pourquoi tout à coup remettait-il en cause le bon fonctionnement des monitorats
non je n’ai pas compris
ça m’ennuie
enfin demain on va commencer à lui démontrer le contraire

je me languis d’être amoureuse


lundi 19 mai

journée agréable j’ai réussi à avoir par philippe houzé de la s f i o l’adresse de georges monnet ministre de l’agriculture du front populaire

il fait assez froid
lundi matin dans l’amphi
casamayor est gelé
professeurs vous nous faites
geler
je réclame un homme
un gros

quand je rentre à la maison philibert qui fait aussi des adresses a pris une communication de kiki
je la rappelle
je suis invitée à un méchoui à ris-orangis

après plusieurs appels téléphoniques je rejoins trois autres personnes qui m’y conduisent chez un décorateur de l’île saint-louis


mardi 20 mai

belle soirée hier
de la poésie
je me rends compte qu’à force de travailler de ne voir que les trucs concrets réels vitaux j’avais oublié la poésie
d’un feu de bois
dans la nuit

un psychanalyste s’intéressait à la dynamique de groupe

kiki jolie yves vivant
moi sûre de moi très à l’aise je me sens plus intelligente que les autres nanas
je ne crains plus personne

le décorateur donald
voix belle dans les flammes
il m’appellera

j’avais oublié tant de choses
et déjà je suis retombée dans le cycle du boulot


mercredi 23 mai

a g
histoires dans le département droit
tout le monde s’étripe
même moi je deviens agressive
un assistant a très peur de moi paraît-il

il fait beau
on rentre de la fac


jeudi 22 mai

a g
on travaille
on discute
on se passionne
on s’engueule

surtout
il y a des rapports de personne et des règlements de compte dans toutes ces salades

meeting de la ligue communiste à la mutualité avec daniel bensaïd henri weber et le camarade candidat à la présidence de la république alain krivine
je rentre avant qu’il prenne la parole

philibert a encore pris une communication pour moi
donald a téléphoné
je le savais


vendredi 23 mai

je rappelle donald
il m’invite ce soir
il vient me chercher
triumph blanche décapotable
voix grave voix belle
il parle il me parle
yellow submarine des beatles à la radio

la coupole
visages connus visages quittés tout à l’heure à vincennes à l’a g de droit

donald dit qu’il se sent vieux soudain près de moi
seine il pleut doucement sur la capote de la voiture
il m’embrasse
il m’emmène chez lui
il me prend sur des fourrures blanches
il croit que je suis plus faite pour les fourrures que pour les pavés


samedi 24 mai

au réveil enveloppe glissée sous la porte
c’est pour anne un relevé de la b n p banque nationale populaire
mais dessus au crayon en fautes d’orthographe que je reconnais toujours
— la révolution ?
— ouai
— avec qui ?
— y a personn !
suit une citation
am For you sir
entre parenthèses Roméo et Juliette
Sch
encore une faute Shakespeare n’a pas de c
en signature un soleil
il est revenu
pourquoi aujourd’hui
pourquoi maintenant que j’ai trouvé quelqu’un

ce soir en rentrant je vois un ticket de métro qu’il a dû glisser dans la porte
pour savoir si j’étais rentrée


dimanche 25 mai pentecôte
je travaille pas mal
j’attends le retour d’anne ce soir
don m’appelle
il m’invite
anne rentre
je le rejoins

est-ce de savoir pierre revenu à paris
mais je suis nerveuse
je me déteste quand je suis comme ça
et ça me rend encore plus nerveuse

don m’emmène à la contrescarpe
j’en tremble
brendan brendan
le centre du monde

en tout cas nous faisons très bien l’amour
je me sens devenir plus douce plus pleine
et au réveil il me fait un énorme petit déjeuner
je rentre quittant l’île saint-louis tendrement ensoleillée

hélène yannis
je travaille


mardi 27 mai

j’ai déjà perdu mon agressivité vis-à-vis de luc et des autres
au fond je m’en fous
ou j’ai oublié mes rancœurs
je me sens moins concernée par vincennes

il n’appelle pas
je travaille mal


mercredi 28 mai

valérie
bébés
articles sur naissance et sur attente

brusquement j’ai devant moi l’image
d’un petit garçon
issu de moi
qui ressemblerait à don
un petit garçon tout rond
avec beaucoup de cheveux

mon dieu
que j’ai mal au ventre

vincennes me pèse
vincennes m’ennuie
je dois je devrais
pouvoir faire
quelque chose
de plus important

comme un enfant

pourquoi ce silence de donald
depuis trois jours
j’en désespère
il est tellement trop occupé
peut-être n’a-t-il pas envie de me voir
j’ai envie de le voir de le toucher
je l’appelle il est occupé

soir il me rappelle
voix rassurante
pas tellement
il me rappellera demain soir


vendredi 30 mai

depuis patrice cournot je m’étais juré de ne plus jamais attendre un homme
juré d’être toujours suffisamment active et occupée pour ne pas penser à un homme
pour ne plus souffrir
pour ne plus jamais désespérer

il y a une semaine j’étais forte de moi
et puis aujourd’hui je ne sais pas j’ai peur l’autre jour d’avoir cassé quelque chose entre nous

ennuis de téléphone
donald ne pourra pas m’appeler
moi de vincennes je l’appelle
j’entends sa voix mais il ne m’entend pas
est-ce un symbole
je le perds

après il est trop tard
il est parti

mais j’ai tellement mal dans mon ventre


samedi 31 mai

tout à l’heure je pensais que maman était la personne au monde que j’estimais le plus et que j’arriverais à lui faire comprendre mon amour et à me rapprocher d’elle seulement lorsque j’attendrais moi-même un enfant

elle vient de m’appeler
pour m’apprendre
et je l’ai deviné avant qu’elle me le dise
youennick et rosa attendent un enfant
mon dieu j’en suis heureuse

mais moi je sers à quoi

soir
donald m’appelle

hier soir il a essayé pendant une heure de m’appeler
il voulait que j’aille dîner avec lui chez des amis

ce mois de mai a été pas mal
je me suis vue proposer un travail intéressant
puis comme je me languissais d’être amoureuse
au moment où j’y pensais le moins parce que je travaillais beaucoup
j’ai fait une rencontre
elle a mis un peu de poésie dans ma vie
puisse-t-elle y rester

pour la première fois de ma vie j’ai le sentiment d’être avec un homme


Écrit en mai 1969, publié in Maquisards du Bois de Vincennes, Gaelle Kermen, 2011 books2read.com/u/brG76M

Gaelle Kermen
Kerantorec, le 2 mai 2019


Fac de Vincennes-août-1969 / Fac de Vincennes-juillet-1969 / Fac de Vincennes-juin-1969 / Fac de Vincennes-mai-1969 / Fac de Vincennes-avril-1969 / Fac de Vincennes-1969-mars / Fac de Vincennes–1969-février / Fac de Vincennes 1969-Janvier

crepe-party au pot de fer pour la chandeleur 67

***
vendredi soir deux février 1967
crêpe-party au Pot de Fer pour la Chandeleur

De Aquamarine67

Marine à la terrasse du Buci, photo de Jacques Morpain, 1967

pas mal de monde dont beaucoup que nous ne connaissons pas comme d’habitude quand Marianne invite
en début de soirée j’ai ouvert la porte à Marianne qui arrivait avec des amis du Buci
derrière elle une fille
ainsi que
mais dans l’ombre du palier où n’arrive jamais la lumière je le reconnais
mais je vous ai vu déjà
il n’y a pas très longtemps
oui dans la rue
devant la Chope
j’achetais le Monde
c’est fantastic
il a dit c’est fantastic avec cet accent tonique à peine amerloque
sur la deuxième syllabe
qui est-il
Marianne a fait sommairement les présentations en bafouillant avec son charme bien à elle
Brendan est américain d’origine irlandaise comme son nom l’indique il fait une thèse à la Sorbonne vous vous êtes peut-être vus là-bas
Marine est bretonne toute mignonne elle fait de jolies robes et elle a des tas de pensées dans sa petite tête
Marianne savait toujours mettre les gens en contact et en valeur

il y avait au moins trente personnes assises par terre et sur le lit dans l’espace restreint du Pot de Fer
à manger des crêpes
bien sûr pour le folklore deux ou trois pseudo-beatniks plus ou moins beurrés ou camés
l’autre qui était l’autre mais j’oubliais déjà mon récent boy-friend petit bourgeois que ma robe courte gênait et qui ne pouvait s’empêcher de tirer sur l’ourlet comme si ça avait quelque importance
Brendan s’est assis par terre le dos contre un côté de l’armoire calme les mains ouvertes sur les genoux
yeux très bleu irlandais
il a dit aujourd’hui c’est mon anniversaire de naissance
le 2 février le jour de la Présentation du Seigneur au Temple
vingt-sept ans aujourd’hui
aquarius être de l’air pur et de la fraternité à partir des sources initiatiques
si j’ai bien compris ce premier soir il était à Paris depuis trois ans pour faire une thèse d’Université sur l’ascèse de l’esprit à la Sorbonne
à Paris Brendan cherchait Dieu
quand j’étais gosse en Bretagne au catéchisme j’avais appris que Dieu est partout et en tous lieux
Brendan cherchait Dieu dans les rues dans les visages rencontrés ou en lui-même
maîtrise de soi
recherche de Dieu
quand je lui ai parlé de l’Arche de Lanza del Vasto il a dit
il faut que j’aille là-bas

cette fascination qu’il exerçait déjà sur tous
même quand il se taisait
parce qu’il parlait peu Brendan
et toujours avec douceur
cette fascination qu’il exerçait déjà sur tous
au-delà des apparences
il était différent
ses vêtements
qu’avaient ses vêtements de si particulier
un peu fatigués peut-être dans la pénombre du Pot de Fer
son bonnet de laine il l’avait posé en haut de l’armoire où il est resté des mois dans l’épaisse poussière oubliée

quand je me suis réveillée le lendemain matin j’ai su que quelqu’un était venu à notre rencontre
quelque chose d’autre dans nos vies dans ma vie
un signe peut-être

***
Marianne le connaissait depuis pas mal de temps comme elle connaissait tous les américains de passage à Paris entre Montparnasse et Saint-Germain entre la Coupole et le Buci suivant certains itinéraires empruntés par Fitzgerald Hemingway ou Miller
Brendan elle ne s’était pas contentée de le rencontrer du côté de la Seine elle l’avait retrouvé l’été dernier chez des amis communs à Mikonos elle avait aussi dû partager la même chambre au fond du jardin dans l’île
Brendan étudiait le zen et passait ses journées en méditation sur des dessins ésotériques
Marianne avait le droit de faire la bouffe le ménage et surtout de se taire
beaucoup de problèmes Brendan disait Marianne qui s’y connaissait en problèmes à l’époque il était complètement fou en crise grave
après Mikonos ils s’étaient perdus de vue la bouffe le ménage le silence et les petits dessins zen c’était trop pour Marianne elle savait seulement qu’il était resté huit jours à Délos seul huit jours et huit nuits sur les plages désertes de Délos
puis elle l’avait retrouvé vers le Buci ou la Contrescarpe et hier elle avait pensé qu’il irait très bien dans le cadre du Pot de Fer qu’il nous manquait ce genre d’échantillon sociologique pour parfaire nos Pot-de-Fer-parties on avait eu pas mal de peintres poètes musiciens et tout et tout mais jamais encore de mystiques

Anne avait déjà rencontré Brendan un soir d’hiver à la Chope avec Marianne elle avait été impressionnée en apprenant qu’il avait passé huit jours seul à Délos son rêve

après le départ d’Anne Brendan avait demandé à Marianne
avec son sale accent du sud

est-ce qu’on peut baiser avec elle

mais comme disait Marianne qui s’y connaissait
beaucoup de problèmes avec les nanas Brendan

© gaelle kermen 2011

Extrait de Aquamarine 67 de Gaelle Kermen