ScrivenerApp : un an avec l application Scrivener pour iPad

Un an avec l’application Scrivener pour iPad et iPhone

Il y a un an aujourd’hui que j’ai acheté un iPad mini 4 et un iPhone 5c et que j’ai téléchargé l’application Scrivener for iOS sur ces deux supports. Quel est le bilan de cette année ?
Après plus de quatre ans sur des PC et des tablettes Android, j’achetais l’iPad et l’iPhone d’Apple sous système iOS parce que Literature & Latte sortait l’application de Scrivener sur ces supports. Je n’avais pas un budget assez conséquent pour acheter l’iPad pro sur lequel le développeur de Scrivener nous montrait les différents avantages de l’application dans des articles annonçant sa sortie. Je me suis contentée d’un iPad plus ancien, plus petit, mais aussi plus léger, ce qui pour moi est un atout majeur, je cherche à alléger ma vie à tous points de vue.
Après un an d’utilisation effrénée et enthousiaste, je peux affirmer que cet outil est un des meilleurs investissements que j’aie faits de ma vie. Il a changé mon mode de vie, comme l’avait fait ma première connexion à l’Internet en août 1995. Il a changé ma relation à l’écriture comme le Kindle avait changé ma relation à la lecture en septembre 2010.

Comme l’iPad mini 4 est léger, je l’ai toujours sur moi ou avec moi, aussi bien dans une poche, qu’un sac à main ou un sac à dos. C’est aussi ce que je faisais avec le Kindle, maintenant, je n’en ai plus besoin, je peux aussi lire sur l’iPad mini dont l’écran fait la taille d’un livre de poche, en gardant la page ouverte sans que je sois obligée de forcer des deux mains comme pour un livre en papier.

Ma relation à l’écriture a changé. Je n’imagine plus l’écrivain comme quelqu’un d’assis à un bureau fixe devant un papier et un stylo ou devant un ordinateur avec un clavier. L’écriture s’est libérée. On peut écrire partout, sans contrainte majeure, sur ses genoux, dans un creux de rocher, un coin de plage, un talus, un banc ou une terrasse de café.




Trois coffrets, deux nouvelles éditions

Après avoir essayé l’application, convaincue très vite de son intérêt, j’ai décidé d’en faire un guide pour les francophones comme j’en avais fait un pour le logiciel d’écriture Scrivener pour Mac et Scrivener pour Windows, le premier fait sur un Mac mini branché sur un écran LCD (je choisis toujours des solutions Apple de base) et le deuxième sur un notebook Asus sur Windows. J’ai commencé à écrire le guide dans une chaise-longue sur ma terrasse à mi-ombre. J’ai continué à l’écrire au bord de la mer. Quand j’allais me baigner à vélo, j’emportais mon picnic et l’iPad mini dans le sac à dos. Je prenais des notes dès que l’idée se manifestait.

Au début, j’éprouvais le besoin de reprendre les chapitres sur un Mac de bureau. J’ai fait des erreurs dans le formatage des photos, parce que je restais encore accrochée à mes habitudes d’avant. J’ai dû recommencer certaines illustrations et j’ai mis du temps à faire ce guide iOS. Au passage, je précise que ce guide est le premier livre écrit sur l’application. Je n’en connais pas d’autres, même en anglais, à ce jour, treize mois après la sortie de l’application. C’est une première mondiale. Fière, je suis !

Je n’ai publié le guide que fin octobre 2016. Mais après, j’ai continué à travailler sur ce support, et bien vite j’ai vu que je pouvais manipuler des dossiers très conséquents, y compris avec de multiples illustrations. J’avais tellement galéré sur Word ou Open Office que j’avais renoncé à publier plusieurs ouvrages, restés en attente sur mes disques durs. Comme j’aime pousser les applications ou les logiciels que je teste dans leurs retranchements, j’ai essayé de faire un « boxset », un coffret reliant deux guides en même temps, puis les trois guides. Le guide complet des deux logiciels et de l’application fait plus de six cents pages avec plus de cinq cents illustrations. Aucun problème. Un jeu de construction. Un amusement.

Pour Noël 2016, j’ai sorti les trois guides en trois coffrets, tenant compte des dernières mises à jour de Scrivener.

Les seuls moments où j’interviens avec le logiciel de bureau pour Mac est le moment où je glisse un projet Scrivener écrit sur le Mac dans un dossier Dropbox et quand je compile à la fin les publications en plusieurs formats de base sur plusieurs plateformes numériques.

Dans la foulée j’ai fait une nouvelle édition des deux premiers guides avec les mises à jour, en révisant l’ensemble des ouvrages, toujours sur l’iPad si pratique pour lire un chapitre après l’autre.


Un nouveau guide Smashwords plus simple et Aquamarine Revisited

L’écriture devenait si facile sur l’application et l’iPad que j’ai décidé de faire un guide pour que les auteurs francophones accèdent plus facilement à la première plateforme numérique américaines (depuis 2008) : Smashwords dont le site est seulement en anglais. Cette fois, je maîtrisais bien les illustrations et le guide s’est construit rapidement. Il était publié le 3 mars.

J’avais aussi revu mon premier roman dont l’histoire se passait en 1967, et j’en ai fait une édition du cinquantenaire Aquamarine Revisited, publié le 28 mars.

Deux publications dans le même mois, c’était beaucoup. La fatigue m’est un peu tombée dessus. J’ai continué à écrire et corriger, mais sans publier, ce qui implique une autre énergie. Les formatages et publication se feront d’ici la fin de l’année 2017.




De l’accompagnement d’écriture

J’ai aidé une amie à réécrire un livre écrit il y a vingt-cinq ans et j’ai dû laisser de côté mes propres écrits en avril et mai. En juin, j’ai repris des travaux sur mon domaine en profitant du beau temps. J’ai eu l’idée d’un nouveau livre dont j’ai posé les bases dans une mindmap (carte mentale ou heuristique). J’ai récupéré le plan dans un nouveau projet Scrivener sur iOS et j’ai écrit le livre tout le mois de juillet dans le cadre du Camp NaNoWriMo, dont je compte les péripéties dans d’autres articles.

Ce mois d’août, mon amie reprend son roman, je lui prête mon bureau, je la conseille et l’aide à travailler la matière même du livre qui prend beaucoup plus de forces et de sens avec de nouveaux chapitres explorant des pistes qu’elle n’avait pas osé explorer. Mes journées ne sont pas réservées à mes écrits que je vais reprendre après le 15 août.


Un budget d’écriture à moins de 500 euros

Mon amie qui avait écrit son livre sur un PC en MSDos en 94, impressionnée de me voir travailler comme je le fais avec mes outils légers, en me posant et me posant comme un papillon ici ou là dans le jardin, va se récompenser de son dur labeur en achetant, selon mes conseils, un iPad à 409 euros (l’équivalent Samsung vaut 449 euros), une application Scrivener for iOS à 22 euros, un clavier Bluetooth de chez Pearl à 23 euros, un support et une housse autour de 29 euros. Pour moins de 500 euros, elle aura de quoi écrire tous les manuscrits qu’elle a laissé toute sa vie dormir dans des tiroirs !


Ecrire en liberté

Tous les jours, après le petit déjeuner, dehors sous la pergola au soleil, ou dans mon lit quand le temps est couvert, j’écris mon journal, prends des notes et ajoute des paragraphes au nouveau livre, qui s’étoffe lui-aussi. Plus tard dans la journée, je reprends des notes, selon l’inspiration.

Je ne sais plus comment je faisais avant quand j’écrivais au stylo sur des cahiers en papier, quand je tapais sur un clavier de bureau fixe ou sur un clavier de Macbook ou de notebook. Maintenant j’écris, j’écris, j’écris et rien d’autre ne compte pendant ce laps de temps où je me concentre sur le petit écran de l’iPad mini 4, sans aucune distraction, sans rien voir à côté, en coupant le téléphone, en fermant les notifications, en ne pensant qu’à mon sujet en cours.

Dans le nouveau livre sur la Vie créative plus simple, je détaille de nombreuses pratiques permettant la créativité et l’aboutissement des projets. Je voulais déjà, à l’occasion de l’anniversaire de l’iPad et de Scriv for iOS, partager avec vous ma sérénité d’écriture grâce à un outil abordable et à une application géniale.
Maintenant, je ne fais plus d’effort, j’écris, c’est tout. Et je publie.

Je vous souhaite le même bonheur. Surtout, mes ami-e-s, ne faites pas comme nous, n’attendez pas cinquante, trente, vingt-cinq, ni même deux ans, pour écrire et publier les écrits qui vous tiennent à cœur et vous rendent uniques.

Bel été d’écriture.
Gaelle Kermen

Kerantorec, le 12 août 2017


L’application Scrivener pour iOS est disponible sur le site de l’App Store au prix de 19,99 euros.

Iggybook : http://gaelle-kermen.iggybook.com/fr/

Amazon : https://www.amazon.fr/Gaelle-Kermen/

Smashwords : https://www.smashwords.com/profile/view/gaellekermen

 

Publicités

Camp NaNoWriMo 2017 programme

Au cours de ce mois d’écriture dans le cadre accompagné du NaNoWriMo, je vais noter le journal de mon expérience.

Capture d_écran 2017-07-06 à 20.06.39


Programme prévu

Première semaine : organisation

Deuxième semaine : rédaction

Troisième semaine : rédaction

Quatrième semaine : relecture


Feuille de route

Je pense consacrer la première semaine à la structuration détaillée du plan, élaboré en juin sur une carte mentale sur l’iPad 1 qui me sert à penser dans l’écran, via l’application SimpleMind+, disponible sur iTunes comme sur Google Play pour Android.

Point de départ

J’ai téléchargé la carte en OPML sur mon logiciel de bureau Scrivener pour Mac et l’idée de départ est devenu un projet déjà élaboré en chapitres. Ce projet a été enregistré dans mon dossier SCRIVENER sur Dropbox. Je peux y accéder depuis tous mes supports d’écriture, où que je sois, dans mon lit, comme au jardin, en balade au bord de la mer ou en campagne.

Plan-txt
Premier plan au format Texte issu de la Mindmap pour donner une idée de départ au projet

Les trois premiers jours ont été consacrés à l’inscription sur le site du Camp NaNoWriMo, à la vérification de la structure du plan et à compléter mes notes lorsque j’avais d’autres idées.

Je passerai la fin de la semaine à relire les titres de chapitres pour voir si je fais le tour de la question. Il est probable que je rédigerai déjà certains points, mais ce n’est pas ma préoccupation première.

Un peu d’écriture automatique

Pour l’instant, j’avance un peu en automatique, sans m’inquiéter de la forme, je m’occupe du fond, tendant de répondre à la question principale : quel message dois-je transmettre ?

Quand une idée arrive au cours de cette première semaine, je la note dès que possible dans un nouveau chapitre de mon projet Scrivener. Peut-être ai-je déjà noté cette idée, je ne recherche rien à ce stade, je note, c’est tout, à l’état brut. Avec une description sur la page, une Référence à rechercher en exemple. Ou rien. Juste l’idée pour ne pas oublier que c’est un point de vue utile à la démonstration du livre.

Quand j’en serai au stade de la rédaction, je verrai si l’idée a sa place ou pas. Je taillerai dans le vif plus tard au stade de la réécriture. Pour l’instant, je note.

La rédaction proprement dite

Ensuite, je pense rédiger pendant quinze jours, en me concentrant bien chaque jour sur un chapitre différent, ou plusieurs, suivant l’inspiration et la disponibilité.

Car pendant l’été, je me consacre aussi aux travaux extérieurs, en ce moment, je refais un volet ancien de ma chaumière ; je suis donc en pleine menuiserie et j’aime ça !

Autoportrait_combi
Autoportrait en combinaison Adolphe Laffont et casquette de chantier Dick

La cohérence du projet

La dernière semaine sera consacrée à la révision pour vérifier la cohérence. Je verrai ainsi si le projet tient la route, s’il a besoin d’être scindé en plusieurs livres, concernant divers points de vue.

Je le laisserai sans doute reposer après la fin du mois de juillet, pour passer à d’autres projets en cours. La correction, la réécriture et la révision interviendront plus tard. Pas trop tard non plus. Il est bon de garder le fil.

Prévoir la couverture

Il va falloir contacter mon graphiste pour créer une couverture pour le nouveau guide pratique en cours. Elle est demandée sur le site. J’ai téléchargé la carte mentale, point de départ du livre.

Dès que j’aurai construit le plan développé du livre, je l’enverrai au graphiste pour inspirer sa création. En fin de première semaine, sans doute. Cette étape donne une matérialisation au projet, qui n’existe pas seulement dans la tête, mais prend vie au regard des autres. C’est toujours un moment émouvant de voir le livre revêtir son manteau royal d’intronisation.

Cadre de ce camp NaNoWriMo

C’est une bonne idée de faire cette écriture suivant le mois du Camp NaNoWriMo. L’été est stimulant. Il est bon de se reposer en faisant des balades à vélo pour aller se baigner, comme je puis le faire ici en Bretagne Sud dans de petites criques sauvages où je peux me poser dans un creux de rocher pour travailler sur l’iPad.

Ipad_crique
Ecrire en liberté sur l’application Scrivener for iOS : l’outil d’un certain bonheur

Je vous souhaite le même bonheur pour vos propres projets et vous dis à bientôt pour la suite des aventures du Camp 2017.

Gaelle Kermen,
Kerantorec, le 6 juillet 2017

P.S. Mine de rien, sans avoir commencé la rédaction, juste en prenant des notes quand viennent les idées, j’en suis à plus de 6 000 mots ce soir. J’ai réduit le projet à 31000 mots, 1000 mots par jour, pour ne pas me mettre trop de pression.

6336 / 31000 (20.44%)

Bonne soirée, belles écritures à vous !


Site du Camp http://campnanowrimo.org/campers/gaellekermen

Applications citées
SimpleMind+ pour iPad et iPhone (disponible aussi pour Abdroid)
Scrivener for iOS pour iPad et iPhone

Logiciel studio d’écriture : Scrivener pour Mac